Refus et refusés d’école

Un nouvel ouvrage sous la direction de Julien Cahon et Youenn Michel vient de sortir aux presses universitaires de Grenoble. Il traite à la fois du décrochage scolaire, de l’absentéisme, de l’éducation à domicile, de l’école privée hors contrat, de l’éducation séparée à l’inclusion scolaire. Les refus d’école interrogent de façon pressante le monde éducatif contemporain. C’est sur leur histoire longue, complexe, et jusqu’alors méconnue, que ce livre propose de revenir. Dans une logique interdisciplinaire, l’ouvrage montre la multiplicité des formes et des significations des refus d’école, ainsi que l’attitude et les réponses de l’État éducateur face à ces diverses conduites contestataires. Il questionne les résistances à l’ordre scolaire, les refus de la forme de l’école, la mise en place de dispositifs éducatifs alternatifs, ou encore la nature du débat public. Au‑delà des acteurs et chercheurs de l’éducation, ce sujet sensible interpelle la société tout entière, car il questionne les principes fondamentaux de notre système éducatif.Samuel Boussion et Mathias Gardet y ont participé sous forme d’un chapitre sous le tire : “Les éducateurs scolaires contre l’école, 19591967″

Revue d’histoire de l’enfance irrégulière n°21

Le dernier numéro de la revue vient de sortir,

Un dossier coordonné par Mathias Gardet et David Niget inspiré de “l’exposition l’autre au pays de la Justice des enfants” se penche sur les figures de l’étrangeté à travers l’histoire de la justice des enfants et de l’aide sociale à l’enfance. Il s’agit là de s’intéresser à la construction de ces étrangers que sont les délinquants et plus généralement les enfants dits en danger pour la Justice des enfants et l’aide sociale à l’enfance depuis le XIXe siècle. En tout premier lieu, parce que le «mineur irrégulier» est pour bon nombre d’observateurs, hors norme, donc considéré comme différent. Mais également parce que les mineur.e.s pris.e.s en charge peuvent être étrangers à la commune, région, pays où ils sont placé.e.s. Ils, elles peuvent également être désigné.e.s comme différent.e.s du fait de leur âge, de leur classe, de leur sexe, ou de leurs handicaps éventuels. Enfin, l’enfance est une figure singulière de l’étrangeté, certes familière, mais progressivement construite, dans la modernité, comme une altérité, dont le statut social et la vie psychique la distinguent de l’âge adulte. L’enfant est cet intime étranger qu’il s’agit d’éduquer, voire de discipliner. La psychanalyse a identifié « l’inquiétante étrangeté » (Freud, 1919) comme cette angoisse révélée par un élément qui pourtant familier et intime devient étranger, inconnu. Il est donc intéressant de suivre le cheminement de cette terminologie pour interroger la manière dont la justice des enfants et l’aide sociale à l’enfance ont construit des catégories d’étrangeté pour corriger/traiter/rééduquer ces mineur.e.s parfois désigné.e.s comme « frustres », « débiles » ; catégorisé.e.s par les experts « psy » comme des anormaux à soigner ; les gays, lesbiennes, jeunes gens ou jeunes filles hétérosexuels ayant des relations sexuelles considérées comme hors normes, situations qui suffisent parfois à les retrouver devant un tribunal. Il s’agissait également de se pencher sur cette catégorie spéciale de l’étrangeté qu’est l’« étranger », cette catégorie de mineur.e.s « venu.e.s d’ailleurs ». En effet, la justice des enfants et l’aide sociale à l’enfance depuis le XIXe siècle ont été marquées par les théories sur l’hérédité et n’échappe pas à une vision raciste et hiérarchisée des jeunes justiciables étrangers. La question de la colonisation et des institutions judiciaires en contexte colonial nous intéressera également ainsi que les enfants tout simplement venus du tréfonds des provinces ou même, plus proches de la « zone » ou des « faubourgs », à la périphérie des villes. En outre, la période plus contemporaine permettra de s’interroger sur le traitement des mineur.e.s étranger.ère.s isolé.e.s. Ici frontières, territoires, géographies urbaines, locales et internationales seront convoqués.

Mauvaise Graine

Deux siècles d’histoire de la justice des enfants

Véronique Blanchard , Mathias Gardet

Editions Textuels, 2017

De mauvaise graine à racaille : les mots changent, la stigmatisation perdure.

Mauvaises graines, apaches, voyous, blousons noirs, racailles : les mots changent, la stigmatisation perdure pour qualifier les mêmes rejetons des classes laborieuses. Depuis deux siècles, les mentalités oscillent entre punir et éduquer. L’invention des lieux de punition réservés aux enfants débute en 1836 avec la Petite Roquette à Paris, première et unique prison pour enfants. Suivie en 1850 des maisons de correction et colonies pénitentiaires dénoncées près d’un siècle plus tard par Jacques Prévert comme des bagnes d’enfants.
Au tournant du siècle, un discours scientifique et médical défend l’idée d’une hérédité du crime et appelle à durcir les modalités d’enfermement. Ce n’est qu’à la Libération que naît dans l’opinion un consensus en faveur de la priorité de l’éducatif sur le répressif. Si les Trente Glorieuses saluent la montée des baby-boomers, une autre jeunesse fait peur, caricaturée par les médias : les bandes de Blousons noirs. Au lendemain de Mai 68, ce sont les travailleurs sociaux eux-mêmes qui dénoncent les foyers éducatifs comme étant avant tout des lieux de répression et de discipline.

Portail enfants en justice

www.enfantsenjustice.fr est né en 2008, dans le prolongement du centre d’exposition de Savigny-sur-Orge, « Enfants en justice XIXe-XXe siècles ». Il s’agit d’un outil pédagogique et de recherche unique, qui permet, par le biais de nombreuses thématiques, d’avoir accès à des notices explicatives, des documents et des images d’archives sur l’histoire de la justice des mineurs d’hier à aujourd’hui.

Ce premier après-midi d’étude a été consacré aux approches critiques du regard posé sur la délinquance juvénile depuis le XIXe siècle. Thématique abordée par des spécialistes de différentes disciplines. Chaque intervention a été ponctuée des apports numériques du Portail enfants en justice, afin de montrer les articulations riches entre le travail social, l’histoire et le numérique.

Programme

 

Dernier numéro de la Revue d’histoire de l’enfance irrégulière (RHEI) sur l’abandon d’enfants et les parents abandonneurs

Revue d’histoire de l’enfance “irrégulière”, n°19, automne 2017

Abandon d’enfants et parents abandonneurs (XIXe-XXIe siècles)

La Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière » (RHEI) a consacré son dernier numéro à l’abandon d’enfants du XIXe siècle à nos jours. Sans exclure du champ d’investigation ni le sort des enfants abandonnés ni les structures qui les prennent en charge, ce numéro entend susciter des réflexions centrées sur les parents abandonneurs et leurs trajectoires sociales, en amont et en aval de la séparation, ainsi que sur leurs rapports avec les institutions d’assistance à l’enfance.

 

Les enfants juifs recueillis par l’Assistance publique de Paris (1940-1944)

Mis en avant

Antoine Rivière travaille actuellement sur l’histoire des enfants juifs confiés à l’Assistance publique pendant la Seconde Guerre mondiale. En janvier 2016, il a remis à Martin Hirsch, Directeur général de l’AP-HP, une première étude sur le sujet.

Retrouvez le texte de l’étude :

Et la présentation en vidéo du travail historique réalisé :

Parution, l’Œuvre de Secours aux Enfants et les populations juives au XXème siècle

9782200285463-VDeux membres de notre équipe, Mathias Gardet et Samuel Boussion ont participé à l’ouvrage L’Œuvre de Secours aux Enfants et les populations juives au XXème siècle : Prévenir et Guérir dans un siècle de violences, publié par les éditions Armand Colin et dirigé par Laura Hobson Faure, Mathias Gardet, Kathy Hazan et Catherine Nicault

À l’automne 1912, un journal de Saint-Pétersbourg annonce la création d’une société chargée de « protéger la santé de la population juive en Russie ». Ainsi naît l’OZE, dont l’action, limitée tout d’abord à l’Empire tsariste, se développe dès 1923 dans l’ensemble de l’Europe.
En 2012, l’OZE, devenue OSE, a fêté ses 100 ans. Tandis que le segment français de son histoire, centré autour du sauvetage des enfants pendant et après la Seconde Guerre mondiale, est assez connu, son parcours transnational est resté dans l’ombre. Cet ouvrage collectif comble en partie cette lacune : il relate les mutations institutionnelles successives de l’OSE par-delà les frontières, évoque l’évolution des modalités de son action médico-sociale et les populations prises en charge, dans l’Empire russe, en Union soviétique, en Pologne, en Allemagne, en France, aux États-Unis et en Afrique du Nord, interroge enfin la spécificité de l’association au regard des politiques sociales des pays où elle s’est implantée.

Avec les contributions de :

Laura Hobson Faure, Mathias Gardet, Katy Hazan, et Catherine Nicault (co-directeurs de l’ouvrage), Michael Beizer, Samuel Boussion, Jean-Christophe Coffin, Ariel Danan, Nadav Davidovitch, Patrick Dubéchot, Christine Garcette, Daniela Gauding, Fouzi Ghlis, Mikhail Mitsel, Gary Pozin, Georges Weill, Rakefet Zalashik et Sabine Zeitoun

Ouvrage publié avec le soutien de la Fondation pour la mémoire de la Shoah et l’Œuvre de Secours aux Enfants.

Un exemple de transfert international de compétences : Louis Raillon , passeur d’éducation nouvelle entre la France et le Québec – Fabienne Serina-Karsky

Article paru dans la revue Recherche et Éducation, le 10 mars 2014, vous pouvez le lire ici ou télécharger le PDF.

Résumé :

En 1966, dans le cadre de l’accord de coopération franco-québécois sur l’éducation qui marque l’entrée du Québec sur la scène diplomatique internationale, Louis Raillon, qui dirige alors aux côtés de Roger Cousinet la revue Éducation et développement, est invité à partager son expérience au sein de la Commission des écoles catholiques de Montréal. Continuer la lecture

Les classes-promenades d’Edmond Blanguernon – Fabienne Serina-Karsky

poetes_et_chansonniers_blanguernon
Carte postale représentant Edmond Blanguernon chez lui, comme “poète lillois” © Lehembre-Boucq – 1904

Fabienne Serina-Karsky est intervenue au congrès international de l’Actualité de la recherche en éducation et formation (AREF) en 2013. Cet article s’inscrit dans le symposium consacré aux méthodes actives, propose de s’intéresser aux « classes-promenades » telles qu’elles ont été instaurées par l’inspecteur d’Académie de la Haute-Marne Edmond Blanguernon dès 1909, dans le but de répondre aux besoins d’activité des élèves et de mettre en contact « l’école et la vie ».

Après avoir retracé le parcours d’Edmond Blanguernon, professeur de lettres puis inspecteur, Fabienne Serina-Karsky décrit l’expérience pédagogique des classes promenades menées au début du XXè siècle.

Retrouvez l’article complet sur le site de l’AREF, et en PDF ici : Les classes-promenades d’Edmond Blanguernon

Les colonies de vacances, Mathias Gardet, 2014

9782749134888Mathias Gardet publie le 16 octobre 2014 aux éditions du Cherche-Midi, un beau livre illustré de nombreuses photographies sur les colonies de vacances.

Expérience souvent fondatrice de notre enfance, les colonies de vacances sont profondément enracinées dans nos souvenirs et notre imaginaire. Continuer la lecture

Les éducateurs spécialisés, naissance d’une profession – Samuel Boussion 2014

educateurs_spe_couv.inddSamuel Boussion a publié en 2013 au Presse Universitaire de Rennes, un livre issu de sa thèse de doctorat : Les éducateurs spécialisés, naissance d’une profession, Le rôle de l’Association nationale des éducateurs de jeunes inadaptés (1947-1959).

L’histoire de la profession d’éducateur spécialisé est ici revisitée à travers celle de la principale association professionnelle d’éducateurs, l’Aneji (Association nationale des éducateurs de jeunes inadaptés). Continuer la lecture

Des couloirs du métro à l’hôpital psychiatrique : la trajectoire d’un jeune prostitué parisien en 1946 – Guillaume Périssol

 

Un bal interlope au Magic City dans les années 1940, ©Brassaï

Un bal interlope au Magic City dans les années 1940, ©Brassaï

Un article de Guillaume Périssol, publié dans la Revue d’histoire de l’enfance irrégulière.

Un prostitué de 17 ans comparaît en 1946 devant le tribunal pour enfants de la Seine sous le motif attrape-tout de vagabondage, ses clients étant jugés selon d’autres logiques disciplinaires pour « actes contre nature » avec un individu de même sexe de moins de 21 ans. Continuer la lecture