Refus et refusés d’école

Un nouvel ouvrage sous la direction de Julien Cahon et Youenn Michel vient de sortir aux presses universitaires de Grenoble. Il traite à la fois du décrochage scolaire, de l’absentéisme, de l’éducation à domicile, de l’école privée hors contrat, de l’éducation séparée à l’inclusion scolaire. Les refus d’école interrogent de façon pressante le monde éducatif contemporain. C’est sur leur histoire longue, complexe, et jusqu’alors méconnue, que ce livre propose de revenir. Dans une logique interdisciplinaire, l’ouvrage montre la multiplicité des formes et des significations des refus d’école, ainsi que l’attitude et les réponses de l’État éducateur face à ces diverses conduites contestataires. Il questionne les résistances à l’ordre scolaire, les refus de la forme de l’école, la mise en place de dispositifs éducatifs alternatifs, ou encore la nature du débat public. Au‑delà des acteurs et chercheurs de l’éducation, ce sujet sensible interpelle la société tout entière, car il questionne les principes fondamentaux de notre système éducatif.Samuel Boussion et Mathias Gardet y ont participé sous forme d’un chapitre sous le tire : “Les éducateurs scolaires contre l’école, 19591967″

Revue d’histoire de l’enfance irrégulière n°21

Le dernier numéro de la revue vient de sortir,

Un dossier coordonné par Mathias Gardet et David Niget inspiré de “l’exposition l’autre au pays de la Justice des enfants” se penche sur les figures de l’étrangeté à travers l’histoire de la justice des enfants et de l’aide sociale à l’enfance. Il s’agit là de s’intéresser à la construction de ces étrangers que sont les délinquants et plus généralement les enfants dits en danger pour la Justice des enfants et l’aide sociale à l’enfance depuis le XIXe siècle. En tout premier lieu, parce que le «mineur irrégulier» est pour bon nombre d’observateurs, hors norme, donc considéré comme différent. Mais également parce que les mineur.e.s pris.e.s en charge peuvent être étrangers à la commune, région, pays où ils sont placé.e.s. Ils, elles peuvent également être désigné.e.s comme différent.e.s du fait de leur âge, de leur classe, de leur sexe, ou de leurs handicaps éventuels. Enfin, l’enfance est une figure singulière de l’étrangeté, certes familière, mais progressivement construite, dans la modernité, comme une altérité, dont le statut social et la vie psychique la distinguent de l’âge adulte. L’enfant est cet intime étranger qu’il s’agit d’éduquer, voire de discipliner. La psychanalyse a identifié « l’inquiétante étrangeté » (Freud, 1919) comme cette angoisse révélée par un élément qui pourtant familier et intime devient étranger, inconnu. Il est donc intéressant de suivre le cheminement de cette terminologie pour interroger la manière dont la justice des enfants et l’aide sociale à l’enfance ont construit des catégories d’étrangeté pour corriger/traiter/rééduquer ces mineur.e.s parfois désigné.e.s comme « frustres », « débiles » ; catégorisé.e.s par les experts « psy » comme des anormaux à soigner ; les gays, lesbiennes, jeunes gens ou jeunes filles hétérosexuels ayant des relations sexuelles considérées comme hors normes, situations qui suffisent parfois à les retrouver devant un tribunal. Il s’agissait également de se pencher sur cette catégorie spéciale de l’étrangeté qu’est l’« étranger », cette catégorie de mineur.e.s « venu.e.s d’ailleurs ». En effet, la justice des enfants et l’aide sociale à l’enfance depuis le XIXe siècle ont été marquées par les théories sur l’hérédité et n’échappe pas à une vision raciste et hiérarchisée des jeunes justiciables étrangers. La question de la colonisation et des institutions judiciaires en contexte colonial nous intéressera également ainsi que les enfants tout simplement venus du tréfonds des provinces ou même, plus proches de la « zone » ou des « faubourgs », à la périphérie des villes. En outre, la période plus contemporaine permettra de s’interroger sur le traitement des mineur.e.s étranger.ère.s isolé.e.s. Ici frontières, territoires, géographies urbaines, locales et internationales seront convoqués.

20e anniversaire des archives départementales de l’Essonne à Chamarande

20e anniversaire de l’installation des Archives départementales de l’Essonne, Domaine de Chamarande, 19 octobre 2019

Les Archives départementales de l’Essonne fêtent, samedi 19 octobre 2019, le 20e anniversaire de leur installation au Domaine départemental de Chamarande.

Continuer la lecture

COFECUB CAPES 2019

L’axe HEDUC et l’axe CLEF du Laboratoire CIRCEFT ont déposé et obtenu un projet Cofecub intitulé “La dissémination des savoirs experts dans le domaine de l’enfance” en partenariat avec l’Universidad Federal Santa Catarina du Brésil. Il se déroulera sur 4 ans : 2019-2023. Voir le projet

Dans ce cadre un premier workshop est organisé à l’université de Paris 8 le 18 juin 2019 et une première journée d’étude le 20 juin 2019

 

Notre collègue Samuel Boussion s’est rendu septembre-début octobre 2019 à Florianapolis, Mathias Gardet s’y rendra fin mars début avril 2020

 

Éducation populaire : engagement, médiation, transmission (XIXe-XXIe siècles)

L’Axe HEDUC est co-organisateur du cycle d’ateliers consacré à l’histoire et à l’actualité de l’éducation populaire tout au long de l’année 2019, en partenariat avec les Archives nationales, la Bibliothèque nationale de France (BnF), le Fonds de coopération de la jeunesse et de l’éducation populaire (Fonjep) ainsi que les universités de Paris-8, Paris-Nanterre et Tours.

Le programme est consultable ici

Mauvaise Graine

Deux siècles d’histoire de la justice des enfants

Véronique Blanchard , Mathias Gardet

Editions Textuels, 2017

De mauvaise graine à racaille : les mots changent, la stigmatisation perdure.

Mauvaises graines, apaches, voyous, blousons noirs, racailles : les mots changent, la stigmatisation perdure pour qualifier les mêmes rejetons des classes laborieuses. Depuis deux siècles, les mentalités oscillent entre punir et éduquer. L’invention des lieux de punition réservés aux enfants débute en 1836 avec la Petite Roquette à Paris, première et unique prison pour enfants. Suivie en 1850 des maisons de correction et colonies pénitentiaires dénoncées près d’un siècle plus tard par Jacques Prévert comme des bagnes d’enfants.
Au tournant du siècle, un discours scientifique et médical défend l’idée d’une hérédité du crime et appelle à durcir les modalités d’enfermement. Ce n’est qu’à la Libération que naît dans l’opinion un consensus en faveur de la priorité de l’éducatif sur le répressif. Si les Trente Glorieuses saluent la montée des baby-boomers, une autre jeunesse fait peur, caricaturée par les médias : les bandes de Blousons noirs. Au lendemain de Mai 68, ce sont les travailleurs sociaux eux-mêmes qui dénoncent les foyers éducatifs comme étant avant tout des lieux de répression et de discipline.

Portail enfants en justice

www.enfantsenjustice.fr est né en 2008, dans le prolongement du centre d’exposition de Savigny-sur-Orge, « Enfants en justice XIXe-XXe siècles ». Il s’agit d’un outil pédagogique et de recherche unique, qui permet, par le biais de nombreuses thématiques, d’avoir accès à des notices explicatives, des documents et des images d’archives sur l’histoire de la justice des mineurs d’hier à aujourd’hui.

Ce premier après-midi d’étude a été consacré aux approches critiques du regard posé sur la délinquance juvénile depuis le XIXe siècle. Thématique abordée par des spécialistes de différentes disciplines. Chaque intervention a été ponctuée des apports numériques du Portail enfants en justice, afin de montrer les articulations riches entre le travail social, l’histoire et le numérique.

Programme

 

Dernier numéro de la Revue d’histoire de l’enfance irrégulière (RHEI) sur l’abandon d’enfants et les parents abandonneurs

Revue d’histoire de l’enfance “irrégulière”, n°19, automne 2017

Abandon d’enfants et parents abandonneurs (XIXe-XXIe siècles)

La Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière » (RHEI) a consacré son dernier numéro à l’abandon d’enfants du XIXe siècle à nos jours. Sans exclure du champ d’investigation ni le sort des enfants abandonnés ni les structures qui les prennent en charge, ce numéro entend susciter des réflexions centrées sur les parents abandonneurs et leurs trajectoires sociales, en amont et en aval de la séparation, ainsi que sur leurs rapports avec les institutions d’assistance à l’enfance.