Le CNAHES vient de publier son nouveau guide des sources sur le Travail social et l’action sociale

Le Conservatoire national des archives et de l’histoire de l’éducation spécialisée et de l’action sociale vient de publier son nouveau guide des sources en deux volumes, désormais consultables sur le site à l’adresse suivante :

Vendredi 5 mars 2021 Jean-Christophe Coffin a co-organisé une demi-journée sur “QUE FAIT LE GENRE À L’HISTOIRE DES SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES ?”

Demi-journée d’étude organisée par Jean-Christophe Coffin (Paris 8) et Serge Reubi (Centre A.-Koyré)

Via Zoom :

https://us04web.zoom.us/j/77884590519?pwd=Ums5THVmMjdXd3BFMDJpSGVLb3c2Zz09

Meeting ID: 778 8459 0519 Passcode: 4LVq3v

Mercredi 3 mars, Mathias Gardet a présenté “Les jeunes FMA (français musulmans d’Algérie) dans les années 1950-1960, des MNA avant la lettre ?”

Cette intervention s’effectue dans le cadre du projet de l’association “Futur au présent” intitulé Passer’Aile qui vise un échange de pratiques autour de la prise en charge des MNA :

Séance du 03 mars 2021 (10h-12h)

Mathias Gardet (Professeur à l’université Paris 8), “Les jeunes FMA (français musulmans d’Algérie) dans les années 1950-1960, des MNA avant la lettre ?”
Seyni Diedhiou (Travailleur social, Futur au présent), “L’importance de l’échange des bonnes pratiques entre travailleurs sociaux Ouest Africains et Français dans la prise en charge des Mineurs Non Accompagnés”

Pour vous connecter veuillez utiliser le lien suivant : https://zoom.univ-paris1.fr/j/99913870141?pwd=MzZMcDdkTjI3N0xvZkc4LzFlRmpEZz09

la parole est aux accusés Histoires d’une jeunesse sous surveillance, 1950-1960 paru chez Textuel septembre 2020


C’est grâce à des archives bouleversantes et totalement inédites que sont révélées ici les trajectoires de douze adolescents, six filles et six garçons, aux prises avec la justice au sortir de la guerre. Les deux auteurs, excellents connaisseurs des archives de la justice des mineurs, ont eu accès aux centaines de dossiers de deux centres d’observation, l’un à Savigny-sur-Orge (pour garçons) et l’autre à Chevilly-Larue (pour filles). Ces centres qui dépendent de l’Éducation surveillée, détiennent des J.V., « Jeune à vérifier », avant leur passage devant le juge des enfants. Ces dossiers contiennent notamment les écrits et les dessins des adolescents soumis à de nombreux tests et exercices variés. Ces jeunes, issus très majoritairement des classes populaires, se racontent au travers de rédactions, bandes dessinées, lettres à la famille ou au fiancé, ou encore au juge auprès duquel ils tentent de plaider leur cause.
Mais dans ces dossiers est aussi conservée la parole de l’administration : police, médecins, psychologues, assistantes sociales, etc. Le face-à-face entre les mots des jeunes et ceux des experts est d’une violence inouïe. Il en dit long sur les préjugés de classe et de genre, sur le sexisme et le racisme qui prévalaient, conduisant à des décisions de justice aberrantes, lourdes de conséquences pour une jeunesse certes surveillée mais ni écoutée, ni entendue.

Le communiqué de presse est consultable ici

Lien avec Textuel

Le livre a été présenté par Mathias dans un entretien effectué par Louis Dabir dans le journal Vice publié le 24 septembre 2020

Le livre a bénéficié d’une recension dans Elle

Le livre a été présenté aux rendez-vous de l’histoire de Blois le samedi 10 octobre 2020 de 16h à 17h30, vous pouvez avoir un aperçu de la table-ronde en cliquant ici.

Pour lire la recension faite dans Lien social cliquer ici

Pour la critique de Philippe Artières cliquer ici

Le livre a été présenté en décembre 2020 dans le cadre du Salon du livre judiciaire

Le livre a été présenté le 2 mars 2021 par Véronique Blanchard dans l’émission “Le cours de l’Histoire” de Xavier Mauduit

Livre paru chez Anamosa et disponible en librairie depuis le 27 août 2020

Cet ouvrage est le résultat d’une découverte faite au détour de nos recherches respectives dans le domaine de l’enfance dite irrégulière : la mise en place pendant la Seconde Guerre mondiale de communautés pédagogiques exceptionnelles créées pour accueillir de façon temporaire des enfants orphelins ou se retrouvant du fait du conflit brutalement séparés et pour un temps indéterminé de leurs parents et donc sans foyer. Certaines d’entre-elles se baptisent du drôle d’épithète de « Républiques d’enfants ». Elles sont en effet administrées en partie par les enfants, sous la forme d’un selfgovernment, avec l’élection de jeunes maires, de gouvernements (conseils fédéraux, conseils municipaux, syndicats…), parfois aussi la mise en place d’une police, d’un tribunal, d’une banque, d’une monnaie intérieure, d’un système de coopératives avec magasin vendant la production locale, la fabrication et l’impression d’un journal.

Le phénomène des républiques et autres communautés d’enfants, dans l’après-guerre, prend d’autant plus d’ampleur qu’elles finissent par faire réseau. Dans les dix années suivant la guerre, sont ainsi recensées plus d’une centaine d’initiatives de ce type dans toute l’Europe. Du 5 au 10 juillet 1948, l’Unesco convoque l’ensemble des directeurs de communautés d’enfants à une conférence internationale au village Pestalozzi de Trogen en Suisse. 14 directeurs et directrices de villages d’enfants, 11 experts et douze observateurs, originaires de douze pays différents répondent à l’appel. Le 10 juillet, en clôture, une Fédération internationale des communautés d’enfants (FICE) est fondée, censée promouvoir et réaliser cette idée, en assurant notamment les contacts internationaux entre éducateurs ainsi qu’entre les enfants. Continuer la lecture

Séminaire “Enfants modèles” La prochaine séance aura lieu le jeudi 3 décembre 2021

Mis en avant

Nous recevrons Roxane Hamery (université de Rennes 2) pour une intervention intitulée : Ténèbres empoisonnées ? Cinéma, jeunesse et délinquance de la Libération aux années 1960

  Le séminaire se tiendra au campus Condorcet, bâtiment de recherche Nord, salle 0.009. Métro “Front Populaire”, L12. 

 

 

Refus et refusés d’école

Un nouvel ouvrage sous la direction de Julien Cahon et Youenn Michel vient de sortir aux presses universitaires de Grenoble. Il traite à la fois du décrochage scolaire, de l’absentéisme, de l’éducation à domicile, de l’école privée hors contrat, de l’éducation séparée à l’inclusion scolaire. Les refus d’école interrogent de façon pressante le monde éducatif contemporain. C’est sur leur histoire longue, complexe, et jusqu’alors méconnue, que ce livre propose de revenir. Dans une logique interdisciplinaire, l’ouvrage montre la multiplicité des formes et des significations des refus d’école, ainsi que l’attitude et les réponses de l’État éducateur face à ces diverses conduites contestataires. Il questionne les résistances à l’ordre scolaire, les refus de la forme de l’école, la mise en place de dispositifs éducatifs alternatifs, ou encore la nature du débat public. Au‑delà des acteurs et chercheurs de l’éducation, ce sujet sensible interpelle la société tout entière, car il questionne les principes fondamentaux de notre système éducatif.Samuel Boussion et Mathias Gardet y ont participé sous forme d’un chapitre sous le tire : “Les éducateurs scolaires contre l’école, 19591967″

Revue d’histoire de l’enfance irrégulière n°21

Le dernier numéro de la revue vient de sortir,

Un dossier coordonné par Mathias Gardet et David Niget inspiré de “l’exposition l’autre au pays de la Justice des enfants” se penche sur les figures de l’étrangeté à travers l’histoire de la justice des enfants et de l’aide sociale à l’enfance.

Continuer la lecture