la parole est aux accusés Histoires d’une jeunesse sous surveillance, 1950-1960 paru chez Textuel septembre 2020


C’est grâce à des archives bouleversantes et totalement inédites que sont révélées ici les trajectoires de douze adolescents, six filles et six garçons, aux prises avec la justice au sortir de la guerre. Les deux auteurs, excellents connaisseurs des archives de la justice des mineurs, ont eu accès aux centaines de dossiers de deux centres d’observation, l’un à Savigny-sur-Orge (pour garçons) et l’autre à Chevilly-Larue (pour filles). Ces centres qui dépendent de l’Éducation surveillée, détiennent des J.V., « Jeune à vérifier », avant leur passage devant le juge des enfants. Ces dossiers contiennent notamment les écrits et les dessins des adolescents soumis à de nombreux tests et exercices variés. Ces jeunes, issus très majoritairement des classes populaires, se racontent au travers de rédactions, bandes dessinées, lettres à la famille ou au fiancé, ou encore au juge auprès duquel ils tentent de plaider leur cause.
Mais dans ces dossiers est aussi conservée la parole de l’administration : police, médecins, psychologues, assistantes sociales, etc. Le face-à-face entre les mots des jeunes et ceux des experts est d’une violence inouïe. Il en dit long sur les préjugés de classe et de genre, sur le sexisme et le racisme qui prévalaient, conduisant à des décisions de justice aberrantes, lourdes de conséquences pour une jeunesse certes surveillée mais ni écoutée, ni entendue.

Le communiqué de presse est consultable ici

Lien avec Textuel

Le livre a été présenté par Mathias dans un entretien effectué par Louis Dabir dans le journal Vice publié le 24 septembre 2020

Le livre a bénéficié d’une recension dans Elle

Le livre sera présenté aux rendez-vous de l’histoire de Blois le samedi 10 octobre 2020 de 16h à 17h30

Livre paru chez Anamosa et disponible en librairie depuis le 27 août 2020

Cet ouvrage est le résultat d’une découverte faite au détour de nos recherches respectives dans le domaine de l’enfance dite irrégulière : la mise en place pendant la Seconde Guerre mondiale de communautés pédagogiques exceptionnelles créées pour accueillir de façon temporaire des enfants orphelins ou se retrouvant du fait du conflit brutalement séparés et pour un temps indéterminé de leurs parents et donc sans foyer. Certaines d’entre-elles se baptisent du drôle d’épithète de « Républiques d’enfants ». Elles sont en effet administrées en partie par les enfants, sous la forme d’un selfgovernment, avec l’élection de jeunes maires, de gouvernements (conseils fédéraux, conseils municipaux, syndicats…), parfois aussi la mise en place d’une police, d’un tribunal, d’une banque, d’une monnaie intérieure, d’un système de coopératives avec magasin vendant la production locale, la fabrication et l’impression d’un journal.

Le phénomène des républiques et autres communautés d’enfants, dans l’après-guerre, prend d’autant plus d’ampleur qu’elles finissent par faire réseau. Dans les dix années suivant la guerre, sont ainsi recensées plus d’une centaine d’initiatives de ce type dans toute l’Europe. Du 5 au 10 juillet 1948, l’Unesco convoque l’ensemble des directeurs de communautés d’enfants à une conférence internationale au village Pestalozzi de Trogen en Suisse. 14 directeurs et directrices de villages d’enfants, 11 experts et douze observateurs, originaires de douze pays différents répondent à l’appel. Le 10 juillet, en clôture, une Fédération internationale des communautés d’enfants (FICE) est fondée, censée promouvoir et réaliser cette idée, en assurant notamment les contacts internationaux entre éducateurs ainsi qu’entre les enfants. Continuer la lecture

Séminaire « Enfants modèles » prochaine séance le 22 octobre 2020 – 15h-18h

Mis en avant

Nous aurons le plaisir de vous accueillir comme d’habitude à l’IRTS Paris-Ile de France, 145 avenue Parmentier dans le 10e arrondissement de 15h à 18h

Le programme va être disponible tout bientôt en attendant réservez vos dates :

8 OCTOBRE 2020 : L’internationale des républiques d’enfants par Samuel Boussion, Mathias Gardet et Martine Ruchat

22 OCTOBRE 2020 : Amélie Rabine sur sa thèse en cours : « Paroles de « déviantes » : trajectoires de jeunes filles placées en institutions de rééducation (1945-1975) »

5 NOVEMBRE 2020 :

19 NOVEMBRE 2020

3 DECEMBRE 2020:  

17 DECEMBRE 2020:

21 JANVIER 2021 :

4 FEVRIER 2021 :

18 FEVRIER 2021 

4 MARS 2021 

18 MARS 2021 :

1er AVRIL 2021  

15 AVRIL 2021 : 

Refus et refusés d’école

Un nouvel ouvrage sous la direction de Julien Cahon et Youenn Michel vient de sortir aux presses universitaires de Grenoble. Il traite à la fois du décrochage scolaire, de l’absentéisme, de l’éducation à domicile, de l’école privée hors contrat, de l’éducation séparée à l’inclusion scolaire. Les refus d’école interrogent de façon pressante le monde éducatif contemporain. C’est sur leur histoire longue, complexe, et jusqu’alors méconnue, que ce livre propose de revenir. Dans une logique interdisciplinaire, l’ouvrage montre la multiplicité des formes et des significations des refus d’école, ainsi que l’attitude et les réponses de l’État éducateur face à ces diverses conduites contestataires. Il questionne les résistances à l’ordre scolaire, les refus de la forme de l’école, la mise en place de dispositifs éducatifs alternatifs, ou encore la nature du débat public. Au‑delà des acteurs et chercheurs de l’éducation, ce sujet sensible interpelle la société tout entière, car il questionne les principes fondamentaux de notre système éducatif.Samuel Boussion et Mathias Gardet y ont participé sous forme d’un chapitre sous le tire : « Les éducateurs scolaires contre l’école, 19591967″

Revue d’histoire de l’enfance irrégulière n°21

Le dernier numéro de la revue vient de sortir,

Un dossier coordonné par Mathias Gardet et David Niget inspiré de « l’exposition l’autre au pays de la Justice des enfants » se penche sur les figures de l’étrangeté à travers l’histoire de la justice des enfants et de l’aide sociale à l’enfance.

Continuer la lecture

ISCHE 2019 : Spaces and places in education

Porto, 18-20 juillet 2019

Fabienne Serina-Karsky participe à la 41e édition du colloque de l’International Standind Conference in History in Education (ISCHE) qui a lieu à Porto du 18 au 20 juillet. Vous trouverez le programme ici.

Elle présente une communication intitulée « Le montessorisme dans l’institution publique de l’après seconde guerre mondiale : l’expérience de l’école nouvelle de Boulogne (1947-1956) », dans le cadre du Standing Working Group « Réformisme(s), Progressisme(s), Conservatisme (s) en éducation: quelles argumentations critiques? » (REFORPRO) tenu par André Robert, Frédéric Mole et Joaquim Pintassilgo. 

Résumé :

Nos recherches dans le cadre de ce SWG ont pour ambition de mettre au jour le cheminement du montessorisme dans l’institution publique française du XXe siècle, à des moments charnières qui favorisent l’éclosion de réformes éducatives empreintes de progressisme sur les décombres d’une première, puis d’une seconde guerre mondiale.

Après l’action philanthropique de Miss Cromwell qui équipe nombre d’écoles maternelles françaises du « parfait kit montessorien » (mobilier, outils pédagogiques, méthode en 2 volumes) entre 1918 et 1922[1], nous voyons ensuite le montessorisme s’installer aux confins de l’école française jusqu’à la fin des années 30. D’une part dans les classes enfantines des lycées publics, grâce à  la prise en charge par l’Etat de la formation des jardinières d’enfants entre 1921 et 1931[2], et d’autre part dans les jardins d’enfants et les petites écoles nouvelles privées qui fleurissent jusqu’à ce que sonne le glas d’une seconde guerre mondiale. Vient le moment de l’après-guerre, marqué par une volonté forte de réformer l’école, dont la commission Langevin-Wallon est le fer de lance (Gutierrez, Kahn, 2016). Cependant, malgré le progressisme pédagogique affiché, le conservatisme de l’institution, que l’on retrouve dans les sous-commissions, l’emporte, et seules quelques expérimentations voient le jour : les classes nouvelles du secondaire sous la houlette de G. Monod (Savoye, 2010), la création d’un corps de psychologues scolaires, et l’ouverture de deux écoles expérimentales de l’Education nationale aux projets pédagogiques résolument teintés d’éducation nouvelle. Il s’agit de l’école Decroly qui ouvre à Saint-Mandé en 1945 (Wagnon, 2007), et de l’école nouvelle de Boulogne, créée en 1947 sous l’égide des CEMEA et dirigée par les montessoriennes Marie-Aimée Niox-Chateau et Blanche Harvaux toutes deux membres de la Nouvelle éducation de Cousinet et Guéritte. Le statut expérimental qui est octroyé à cette école de quartier permet un aménagement du temps scolaire et des programmes dans des classes à effectif limité, avec un personnel choisi en fonction du projet pédagogique. En contrepartie, l’école s’engage à amener les élèves au niveau exigé pour la fin du premier degré et l’examen d’entrée en sixième. Ce partenariat établi entre les CEMEA, l’Éducation nationale et la ville de Boulogne prend fin en 1956, rejetant par là même à plus tard l’établissement d’un statut commun aux écoles expérimentales.

L’approche socio-historique que nous privilégions permettra d’interroger la mise en place de cette expérimentation teintée de montessorisme, dans une institution conservatrice ayant échoué à adopter la réforme portée par la commission Langevin-Wallon, à travers le parcours de Marie-Aimée Niox-Chateau dans les réseaux d’éducation nouvelle au sein desquels elle évolue. Les sources sur lesquelles nous nous basons sont constituées de dossiers d’archives, de la revue La Nouvelle Education de Cousinet et Guéritte, et de l’ouvrage relatant l’expérience de l’école de Boulogne écrit par Niox-Chateau et Harvaux.

Bibliographie :

Gutierrez L., Kahn P., dir. (2016). Le Plan Langevin-Wallon. Histoire et actualité d’une réforme de l’enseignement. Nancy : Presses universitaires de Nancy/Éditions universitaires de Lorraine.
Harvaux B., Niox-Chateau M.-A. (1958). L'Éducation nouvelle à l'école. L'expérience de Boulogne. 1947-1956. Paris : éditions du Scarabée.
Savoye A. (2010), « Langevin et l'expérience des Classes nouvelles, une préfiguration de la Réforme de l'enseignement », Gutierrez L. et Kounelis C. (dir.), Paul Langevin et la réforme de l'enseignement, Grenoble : Presses universitaires de Grenoble, pp. 107-120.
Wagnon S. (2007). « L'École Decroly de Saint-Mandé (1944-1985) ». Les Etudes Sociales, 145, p. 59-70.

[1] Serina-Karsky F. (2018). L’école française de l’après-première guerre mondiale, un creuset du montessorisme ? SWG REFORPRO, ISCHE 40, Humböldt Universität, Berlin, 28-31 août 2019.

[2] Serina-Karsky F. (2017). Une éducation nouvelle pour la petite enfance : les jardinières d’enfants de l’entre-deux guerres, des professionnelles pour changer l’école ? SWG REFORPRO, ISCHE 39, Buenos Aires Universidad, 18-21 juillet 2017

Diaporama de la communication

 

Colloque « Passage, transferts, trajectoires en éducation »

24-25 juin 2019, Uni-Mail, Université de Genève : colloque international de l’Association transdisciplinaire pour les recherches historiques sur l’éducation (ATRHE), organisé par ERHISE (Equipe de recherche en histoire sociale de l’éducation), Université de Genève, et l’ATRHE. Vous trouverez le programme et les résumés des communications ici.

Notre collègue Fabienne Serina-Karsky y présente une communication dont vous trouverez  le résumé et le diaporama ci-dessous.

Un exemple de transfert du montessorisme en France : l’action philanthropique de Miss Cromwell entre 1914 et 1922

Dès 1914, la philanthropie américaine intervient auprès de la France en guerre en créant des fonds pour les régions dévastées portés par des hommes et des femmes qui se mobilisent de part et d’autre de l’Atlantique pour les alimenter.

Au-delà de la participation financière, on retrouve l’implication sur le terrain d’acteurs et d’actrices qui participent par leur personne à l’effort de guerre. Parmi les femmes américaines engagées, citons Edith Wharton qui dès novembre 1914 ouvre les American Hostels for Refugees et parcourt le territoire français pour écrire des chroniques journalistiques témoignant des horreurs de la guerre[1], Anne Morgan qui investit sa fortune personnelle et participe à ravitailler les villages du soissonnais[2], ou encore Mary Cromwell qui s’investit auprès de la petite enfance et ouvre des jardins d’enfants à Paris et sa région pour accueillir les petits réfugiés belges et du nord de la France.

A travers l’action de Miss Cromwell et de ses disciples, et par une approche socio-historique, nous retracerons l’essor du montessorisme en France à travers les jardins d’enfants créés pendant la première guerre mondiale, et son transfert dans l’école maternelle de l’après-guerre, tant du point de vue théorique que pratique[3]. En parallèle de l’école maternelle, nous verrons également comment le montessorisme essaime dans les jardins d’enfants et les écoles portés par les réseaux d’éducation nouvelle de l’entre-deux guerres.

[1] Wharton Edith, La France en guerre 1914-1915, Editions de Tournon, Paris, 2007.

[2] Diebolt Evelyne, Fouche Nicole. « 1917-1923 : Les Américaines en Soissonnais, leur influence sur la France ». In: Revue Française d’Etudes Américaines, N°59, février 1994. La présence américaine en France XIXe-XXe siècles. pp. 45-63.

[3] Flayol Emilie, La méthode Montessori en action : Théorie, pratique, critique, F. Nathan, Paris, 1922.

Diaporama_Serina-Karsky_ATRHE2019

 

COFECUB CAPES 2019

L’axe HEDUC et l’axe CLEF du Laboratoire CIRCEFT ont déposé et obtenu un projet Cofecub intitulé « La dissémination des savoirs experts dans le domaine de l’enfance » en partenariat avec l’Universidad Federal Santa Catarina du Brésil. Il se déroulera sur 4 ans : 2019-2023. Voir le projet

Dans ce cadre un premier workshop est organisé à l’université de Paris 8 le 18 juin 2019 et une première journée d’étude le 20 juin 2019

 

Notre collègue Samuel Boussion s’est rendu septembre-début octobre 2019 à Florianapolis, Mathias Gardet n’a pu s’y rendre fin mars début avril 2020 à cause de la pandémie du Covid