L’apparition de professionnelles polyvalentes et techniciennes du diagnostic social

Dans ce canevas imbriqué entre politiques publiques et délégation de service public, les années 1930 signent l’apparition d’un nouveau corps de métier : les assistantes sociales qui vont se retrouver comme un des acteurs clés, jouant l’interface entre administrations d’État et monde de l’initiative privée. Malgré les approches historiques proposées sur les origines de cette profession, associée et même confondue un peu hâtivement à la fondation des premières écoles de carrières sociales en 1908-1911 ou aux premiers métiers féminins de l’action sociale émergents à la même époque[1], l’appellation « assistante sociale » n’apparaît que plus tardivement au début des années 1920, pour finalement être reconnue officiellement et dominer le champ du travail social au début des années 1930[2]. Avant les années 1920, le terme même d’« assistante sociale » est en effet peu employé et l’idée de « service social », qui est en revanche d’usage courant, ne semble ni représenter le siège visible d’une activité, ni incarner une méthode uniforme d’intervention ni devoir donner naissance à un métier spécifique. Le 23 juin 1923, par exemple, lorsque le conseil supérieur de l’Assistance publique est sollicité par cinq écoles formant essentiellement des femmes aux « carrières sociales », pour réfléchir à l’élaboration d’un diplôme d’État de service social à l’image des infirmières[3], les responsables du conseil répondent, lors de la session du 26 juin 1924, qu’il ne pourrait être question de réglementer une profession qui ne se définit pas, qui, en France, tout au moins, existe à peine et qui, par sa nature même, échappe à la réglementation. Ils concluent leur rapport en disant : « le service social ne constitue pas à proprement parler, l’exercice d’une profession[4]. » Cette lente élaboration du métier est confirmée dix ans plus tard par Henri Rollet lui-même dans un article paru dans le journal Correspondance édité par l’École normale sociale, dans laquelle il évoque les prémices de cette action au début du XXe siècle : « De cette époque à la création du diplôme d’État en 1932, le service social a très peu encore le caractère d’une profession ; ni statut, ni vraies coutumes, ni usages établis. Le service social n’offre que quelques types de réalisations, il est loin d’être généralisé. Il est rétribué, mais d’une façon encore indécise et quelque peu aléatoire. Les écoles ne délivrent pas de diplôme officiel[5]. »

Les premières écoles dénommées par la suite de « service social » qui précèdent l’établissement et la reconnaissance officielle de ce métier, ne sont pas toutes créées dans l’idée d’une professionnalisation. Certaines d’entre elles forment auparavant des militantes de syndicats féminins, des jeunes filles ou des « dames » bénévoles qui veulent dédier une partie de leur temps dans les œuvres et même, dans une optique d’éducation populaire, offrent des cours d’adultes pour les femmes des milieux ouvriers, afin de les aider à mieux gérer leur économie domestique et leur inculquer des notions d’enseignement ménager, d’hygiène et de puériculture[6]. Quand ces écoles commencent à devenir des centres de formation professionnelle, elles s’intéressent aussi à bien d’autres « carrières sociales » qui semblent à l’époque beaucoup plus structurées et donc plus valorisées, ou tout du moins plus visibles, sur le terrain : les résidentes sociales, les surintendantes d’usine, les infirmières visiteuses ou visiteuses d’hygiène sociale, les infirmières rurales dites aussi « dames de village », les jardinières d’enfants, les secrétaires de services sociaux, les directrices d’aériums, de préventoriums, de colonies de vacances, les « rééducatrices d’anormaux », les conseillères d’orientation professionnelle… Par exemple, dans son ouvrage faisant la publicité pour les formations offertes dans ses murs, afin d’attirer de nouvelles élèves, l’École normale sociale préfère encore en 1931 mettre en avant sous forme de monographie la surintendante, la secrétaire d’œuvres sociales, l’infirmière visiteuse des caisses de compensation, la jardinière d’enfants et la dame de village[7].

Si plusieurs de ces professions sont tombées depuis dans l’oubli, comme la résidente sociale (qui continue cependant à subsister jusqu’à la fin des années 1940[8]), la directrice d’aérium ou la secrétaire d’œuvre, d’autres comme celle de conseillère d’orientation professionnelle ou de jardinière d’enfants ont mené leur propre cheminement de professionnalisation[9]. D’autres encore vont tenter de se maintenir parallèlement avant d’être absorbées plus tard, souvent à leur corps défendant, par les assistantes sociales pour finalement en devenir des branches d’activité : c’est le cas des surintendantes d’usine qui sont supplantées progressivement dans les années 1950 par les assistantes sociales du travail ; des infirmières visiteuses dont la spécialité acquise au sein du diplôme d’État des infirmières en 1922, puis de façon autonome en 1923, est finalement perdue en 1938 dans le nouveau diplôme d’État commun qui réunit le brevet de capacité professionnelle des infirmières et celui des assistants ou assistantes de service social acquis entretemps le 12 janvier 1932 (La formule unique retenue dans le décret du 17 février 1938 précisant bien que « la nouvelle réglementation supprime tout d’abord les différentes spécialités de visiteuses d’hygiène sociale[10] »), ces dernières sont alors peu à peu remplacées par les assistantes des services sociaux à l’hôpital[11] ; ou encore de la « dame de village » qui se dilue avec l’extension des assistantes attachées aux services sociaux ruraux. La chronologie concomitante et les rapports parfois conflictuels de ces différents corps de métier avec celui apparu plus tardivement d’assistante sociale, ne permettent pas de les ranger dans la seule catégorie des pionniers – il serait juste de dire plutôt « des pionnières » étant donné la configuration exclusivement féminine de ces professionnelles – qui auraient toutes convergé pour forger une nouvelle identité professionnelle unanimement acceptée, celle d’assistante sociale, qui en serait leur héritière naturelle et dans laquelle elles se reconnaitraient toutes. Malgré les nombreux croisements et rencontres qui se tissent au début du XXe siècle entre les fondatrices des différents corps de métiers à travers les congrès, les écoles, les associations et les œuvres, celles-ci semblant former une seule famille appartenant plus ou moins à une même classe sociale de filles de la bonne société[12], les tensions sont parfois vives entre les caractères affirmés de ces dames, leurs appartenances politiques et confessionnelles et leur conception de l’action sociale. Outre les oppositions entre une vision « médico-sociale » et un « social pur » mises en exergue dans les travaux historiques, les conflits s’exacerbent entre « neutres », catholiques et protestantes, féministes et décideurs politiques, métiers à dominante masculine et rôle d’auxiliaires accordée aux femmes qui cherchent une voie professionnelle à part entière[13]. Dans un tel contexte, l’unification présentée a posteriori comme concertée autour du personnage de l’assistante sociale dans les années 1930 n’a pu se réaliser sans négociations à couteaux tirés, voire amertumes et exclusions.

La toute première association loi 1901 des « travailleuses sociales » (ATS) créée en juin 1922 et déclarée le 25 septembre 1923 par Juliette Delagrange (elle-même surintendante d’usine) dont l’histoire est encore peu explorée[14] montre bien la difficulté de trouver une plateforme d’entente commune, qui ne se veut en aucun cas une recherche de fusion des différents métiers. Une plaquette de présentation de l’association nous indique que son comité central est composé de 36 membres (33 femmes et 3 hommes) : on y trouve aussi bien une représentante de l’Union des femmes de France, la présidente de la Fédération des centres sociaux, un médecin de l’Office public d’hygiène, une responsable du bureau central des infirmières, les directrices ou représentantes de l’école pratique de service social, de l’école sociale d’action familiale, de l’école d’assistance aux malades, de l’école des surintendantes, de l’école de puériculture de la faculté de médecine et de l’école d’infirmières de la Salpêtrière ; plusieurs assistantes sociales et directrices de services sociaux, des visiteuses de l’hygiène, des surintendantes ainsi que des directrices d’œuvre ou de sociétés de secours, la palette est large. L’article premier des statuts stipule que l’association a pour but : « de grouper les femmes qui consacrent leur vie à l’hygiène, l’éducation et l’assistance sociales, de leur fournir un organisme d’entr’aide, d’établir entre elles des relations suivies, qui leur permettront d’étudier les questions professionnelles et le développement des institutions auxquelles elles sont attachées. » L’objectif de créer une plate-forme commune est énoncé clairement, mais la lecture de l’article 5 vient nuancer cette voix unanime, puisqu’il impose une règle pour la composition du comité central : « les différentes catégories de travailleuses sociales seront représentées par une déléguée qu’elles éliront par correspondance ou en réunion spéciale. » La « travailleuse sociale » modèle 1923 met donc en avant sa propre appartenance professionnelle témoignant des difficultés que rencontre chacune de ces professions pour défendre – âprement – son statut, parfois face ou au détriment des autres[15].

Cette reconstruction de l’histoire du service social établissant une corrélation étroite entre tous les premiers investissements bénévoles ou professionnels de figures féminines militantes comme autant de ramifications d’une seule et même profession d’assistante sociale est tout à fait révélatrice de la capacité d’imposition de ce nouveau métier qui, en l’espace de vingt ans, du début des années 1920 à la fin des années 1930, réussit à dominer toutes les représentations en matière de « carrières sociales. » Les clés de ce succès reposent sur plusieurs facteurs qui expliquent en grande partie les tentations anachroniques des analyses postérieures.

Tout d’abord, la profession d’assistante sociale s’ancre concomitamment dans plusieurs secteurs d’activité tout en réussissant à ne pas être sectorisée. À quelques années près et de façon visibles à la fin des années 1920, elles apparaissent puis sont reconnues sous cette même appellation dans pas moins de six fonctions clés de l’action sanitaire et sociale de l’époque :

1) dans le service social à l’hôpital. Malgré une première expérience tentée en 1913-1914 à l’hôpital des enfants malades de Necker, celle-ci est interrompue par la première guerre et ne prend son essor qu’en 1920 sous l’impulsion de Mme Joséphine Getting[16] ;

2) dans les écoles publiques. Le service social scolaire est expérimenté tout d’abord au début des années 1920 à Paris dans le XIIIe arrondissement de façon presque clandestine par Ysabel de Hurtado[17], avant de s’étendre dans les écoles du XIe, du XIVe et du XVe arrondissements puis de se développer en banlieue, et en particulier à Suresnes sous la houlette de son maire et futur ministre de la Santé, Henri Sellier ;

3) auprès des tribunaux. Le premier service social de l’enfance est créé en 1923 à Paris au sein du tribunal pour enfants et adolescents du 36 quai des Orfèvres, sous le triple marrainage de l’américaine Cloé Owings, la femme d’industriel Olga Spitzer et de l’assistance sociale formée aux États-Unis, Marie-Thérèse Vieillot[18] ;

4) dans les services de police. Issues d’une revendication formulée par le conseil national des femmes françaises en 1927, à l’initiative notamment de Georgette Barbizet, trois brigades d’agentes féminines, dites « assistantes de police » et toutes en possession du diplôme d’assistante sociale sont finalement mises en circulation parallèlement à Paris à Grenoble et à Lyon respectivement en 1935, 1936 et 1937. Des exemples suivis un peu plus tard par la ville de Marseille, pour s’occuper exclusivement de l’enfance vagabonde[19] ;

5) dans les caisses de compensation. Le service est mis en place par Madeleine Hardouin en 1921 et se développe par la suite avec l’adoption des premières lois sur les allocations familiales des années 1930[20] ;

6) dans les politiques d’aide aux émigrants. Le SSAE naît en 1926 sous l’instigation de Mme Chevalley[21].

Sans parler de l’extension à la même époque de services sociaux dans les campagnes, les mairies et les principales entreprises publiques ou privées ayant développé un versant social (les offices HBM avec un service social dès 1920, les Sociétés de Chemin de fer[22], Michelin…). Or, tout en faisant une large propagande de l’action menée dans chacun des secteurs sous forme de monographies de service social publiées dans les principales revues de l’action médico-sociale de l’entre-deux-guerres (Annales d’hygiène publique, industrielle et sociale, Bulletin de l’union des sociétés de patronage, L’Enfant, Foi et Vie, L’infirmière française, Le mouvement sanitaire, Pour l’Enfance coupable, la Revue des établissements et œuvres de bienfaisance…), les promotrices de cette profession défendent en même temps leur polyvalence ou leur « multivalence » en présentant un panorama d’ensemble des différents services et leur capacité à intervenir de manière multiforme dans chacun d’entre eux. Le cas exemplaire de cette polyvalence revendiquée est incarné par les services sociaux municipaux tels qu’ils sont décrits, dès 1927, à Vitry puis à Suresnes par le docteur Roger-Henri Hazemann (directeur des services d’hygiène et d’assistance sociale de Vitry-sur-Seine et proche collaborateur de Henri Sellier) qui invente la notion d’assistante sociale de secteur, entendu non pas comme un secteur d’activité mais comme un zonage géographique[23]. Dans un article daté de 1929 et publié dans la revue Foi et vie, un collaborateur du Pasteur Paul Doumergue (le fondateur de la revue et de l’école pratique de service social), Pierre Derou, justifie la nécessité d’instituer un diplôme d’État de service social en argumentant que la diffusion des assistantes sociales est telle, qu’elle dépasse le seul domaine de l’initiative privée : « Le service social entre dans les mœurs et dans l’opinion en France : il s’organise avec entrain et ampleur. […] il commence à y avoir un grand nombre de fonctions – et très diverses – d’assistantes sociales : il en existe au service des hôpitaux, des écoles, du tribunal d’enfants…, tout aussi bien que des foyers, des usines… Il arrive donc que des assistantes en service public – que ce soit l’Administration nationale proprement dite, ou la Commune – ne peuvent être titularisées comme fonctionnaires[24]… »

Léonie Chaptal elle-même qui, étant à l’origine de la profession d’infirmière, était pourtant au départ peu favorable à un nouveau diplôme d’assistant de service social vécu comme concurrent, finit par rédiger un ouvrage intitulé Service social et assistantes sociales. Ce « manuel de vie pratique » consacre cette fonction à la fois « multivalente » et « plus spécialisée » qui dorénavant de façon générique devient l’appellation d’ensemble des travailleuses sociales, en offrant une vision globale des écoles de service social[25].

Par ailleurs, ces nouvelles professionnelles ont su tisser un réseau administratif dense en investissant des lieux bien identifiés et devenant par là même plus familiers dans le paysage de l’assistance, sous la forme de bureaux ou de permanences, les fameux « secrétariats sociaux », qui ont donné une entité physique à la notion de service social : « Quand l’école et l’office de service social s’avisèrent de prendre ce mot pour titre, que de gens se demandèrent ce qu’il signifiait. Il n’y eut guère pour comprendre que les gens ayant quelques connaissance de la vie anglaise ou américaine, – qui croyaient même ces mots anglais et les prononçaient à l’anglaise -. Aujourd’hui presque toutes les mairies ont un secrétariat de service social[26]. »

Même si elles n’y restent pas cantonnées, les assistantes sociales les utilisent comme des points d’ancrage à partir desquelles elles rayonnent ou vers lesquels elles rabattent les populations qu’elles sont allées prospecter : « Nos assistantes tiennent une permanence le samedi après-midi, de 3 à 6 heures 30. Chacune devrait avoir son bureau personnel, véritable confessionnal où elle écoute dans le tête-à-tête et l’intimité, la personne qui s’épanche. C’est assez dire que ce bureau ne doit pas avoir plus l’air d’un boudoir que d’une chambrée de caserne ; il est utile qu’il soit dans le même immeuble que le bureau d’hygiène, le dispensaire, les bureaux administratifs d’assistance, etc.[27] » Ces lieux deviennent incontournables en concentrant les informations ramenées du terrain, rangées sous forme de fiches, et constituant un « casier social », dans le sens tout à fait physique du terme, comme le montre par exemple l’album photo effectué en 1932 dans les locaux du premier service social de l’enfance près des tribunaux (voir planche photo page suivante). Dans un numéro bien postérieur de la revue Informations sociales consacré au « Bureau de l’assistante sociale », est proposé à la toute nouvelle diplômée tout un catalogue de meubles et fichiers en bois, qui ont fait leur preuve dans la pratique professionnelle[28]. Ce système de fichage, utilisé dans les services sociaux, a pour vocation d’être partagé avec échange d’informations d’un service social à l’autre, comme l’atteste la mise en place d’un fichier central – vieux rêve des réformateurs sociaux qui avait connu une première ébauche à l’Ocob – et qui semblerait bien avoir eu une certaine efficacité au début des années 1920 dans la capitale : « La création du Fichier central, établi à Paris à l’image des Confidential exchanges, qui existent dans la plupart des grandes cités américaines, est venu répondre à ce besoin sur un champ beaucoup plus vaste. Il favorise d’une manière efficace le fonctionnement de beaucoup d’œuvres, puisqu’il connaissait déjà, après une année de fonctionnement, plus de 50.000 familles et possédait plus de 150.000 fiches, mettant en rapport plus de 500 œuvres ou bienfaiteurs. Le fichier central a pour but de recueillir les renseignements sur tous les individus ou toutes les familles secourues par les différentes œuvres et réciproquement, de fournir à ces œuvres des fiches portant l’indication des différentes œuvres qui ont déjà eu ou ont encore à secourir ces individus ou ces familles.

Par conséquent, le Fichier central groupe des fiches qui sont le répertoire de dossiers disséminés dans toutes les œuvres[29]. »

Des assistantes sociales au rapport, 1932

Une mise en fiche

Les photos prises de l’ensemble de l’équipe du service social de l’enfance de Paris, le premier service social près des tribunaux fondé en 1923, au moment du déménagement (du 2 ter de la rue Surcouf dans le 7e arrondissement au 19 rue du Pot de fer dans le 5e arrondissement) témoignent de l’importance du travail d’écriture, en aval de l’enquête de terrain. Dans la panoplie de l’assistante sociale, outre l’inévitable Remington pour dactylographier le rapport d’« enquête sociale », trônent sur le bureau les nombreuses boîtes à fiches et aux murs les casiers à rangement. (Sources : Album photo du service social de l’enfance en danger moral, 1932, archives privées du SSE Olga Spitzer)

 

Leur troisième point fort est d’avoir su uniformiser un outil qui va devenir un des supports principaux de leur mode d’intervention, une marque de fabrique en quelque sorte, et être indissociable de leur profession quelque soit leur lieu d’exercice : la fameuse « enquête sociale » dont les assistantes sociales ne sont pourtant pas les inventeurs. L’enquête sociale telle qu’elle va être formalisée progressivement dans les années 1920-1930 est en fait une formule mixte issue de la réappropriation de trois modèles : le premier, le plus ancien, pourrait être le prototype de l’« endéiamètre ». Il est imaginé dès 1820 par le baron Joseph de Gérando dans la première version de son ouvrage Le visiteur du pauvre, proposant à l’usage des visiteurs un livret ou un formulaire standard pour chaque pauvre ou chaque famille de pauvres visitée avec déjà des rubriques spécifiques et une liste de questions précises à remplir sur la parenté, les secours accordés, une description physique du logement et se concluait par des notes sur la moralité et la conduite des familles visitées[30]. Malgré les ressemblances troublantes avec l’enquête sociale des années 1920, on ne peut que s’interroger sur la diffusion effective de cet endéiamètre d’autant que, dans les versions postérieures du livre de Joseph de Gérando, il ne figure plus. La deuxième source d’inspiration dont nous possédons cette fois-ci la certitude qu’elle a influé sur les milieux de l’action sociale est le mode d’investigation sociologique basé sur les monographies de famille diffusées par l’école de Le Play et dont on retrouve de nombreux disciples, notamment à l’Ocob comme nous l’avons évoqué. Frédéric Le Play avait notamment mis au point un procédé d’étude des dépenses et des revenus d’une famille, dit « budget familial » et des instructions sur la méthode d’observation qui sont réutilisés par les enquêteurs (et enquêtrices) et réformateurs sociaux de l’entre-deux-guerres[31]. La revue Foi et Vie, comme celle Assistance éducative (bulletin publié par l’abbé Jean Viollet, fondateur de la toute première école répertoriée de travailleuses sociales : l’école d’action sociale familiale[32]), publient régulièrement des « cas familiaux » de plusieurs pages qui, pour certains d’entre eux, de par leur consistance, prennent la forme de véritables monographies[33]. Le troisième apport qui donne aux assistantes sociales une touche d’originalité par rapport aux formes plus connues de l’enquête à domicile, telle qu’elle était pratiquée par de nombreux visiteurs, est l’arrivée en France des méthodes du case work américain, théorisé par Mary Ellen Richmond dans ses deux ouvrages Social Diagnosis, mis en vente en 1917, et What is social case work, publié en 1922. C’est ce second livre qui est traduit dès 1926, par le médecin belge René Sand, un des fondateurs du service social en Belgique et un des principaux organisateurs de la première conférence internationale de service social qui se tient à Paris lors de la Quinzaine sociale du 1er au 13 juillet 1928 (2500 congressistes venus de 42 pays !). Il est préfacé par le docteur Paul-Félix Armand-Delille, médecin des hôpitaux de Paris et secrétaire de l’œuvre Grancher, personnalité influente dans les milieux du travail social français et qui, suite à une mission effectuée aux États-Unis en 1918, avait publié en 1922 le livre, intitulé L’assistante sociale et ses méthodes dans lequel il se référait déjà explicitement aux premiers ouvrages de Mary E. Richmond, offrant même une traduction des formulaires d’enquêtes proposés par cette dernière. Brigitte Bouquet a démontré que l’importation de la méthode du case-work se fait au départ non sans une certaine réticence à l’égard d’un modèle étranger et donne lieu à une grande simplification de la théorie pour une application concrète réductrice sous le nom de « méthode des cas individuels[34]. » Sans doute faut-il voir dans cette simplification, le décalage dans la formation des social-workers américains plus en lien avec l’université et où sont établies et reconnues de façon plus précoce les apports des sciences du psychisme (psychologie et psychanalyse notamment). Il n’en reste pas moins que le modèle américain dans sa version appauvri est un des éléments clés du formulaire désormais standard de l’enquête sociale, considéré comme l’outil par excellence à l’usage des assistantes sociales ainsi que l’exprime sans équivoque Paul-Félix Armand-Delille dans sa préface. Cette nécessaire uniformisation de l’enquête avait été déjà signalée par la doctoresse Clotilde Mulon, (médecin-chef de la pouponnière renommée du Camouflage, fondée par l’Entr’aide des femmes françaises rue de l’Atlas à Paris, membre du conseil supérieur de l’enfance et auteur d’un manuel de puériculture à usage des infirmières visiteuses) qui, après avoir assisté au congrès annuel des social-workers à Atlantic-City en juin 1919, prône à son retour une « unification des méthodes d’assistance sociale » en préconisant de suivre un modèle-type[35].

Cette imbrication entre plusieurs inspirations d’origine française et américaine est perceptible par exemple dans un article de la revue Foi et vie intitulé « Pages de service social. La famille, le cas social. » Toute la première partie du texte est consacrée à une analyse de la structure familiale dont les inspirations Leplaysiennes ne font aucun doute, malgré les critiques formulées à l’égard de cette école de pensée dans la revue à cette même époque[36] :

« Le Service social prend l’homme où il est, en pleine société. Or, quel est dans cette société l’élément constitutif primordial, l’unité de vie ? C’est la famille. La société est un ensemble de familles : c’est de la famille que sortent, par la génération, les “générations” ; la famille est le vivant qui transmet la vie. L’individu seul n’est rien : il lui faut une famille pour naître, et s’il ne crée pas une famille pour naître, il éteint en lui les virtualités de survie sociale. C’est la famille qui est, ou plutôt – en prenant le mot au sens économique et juridique – qui a la personnalité sociale. […] Il ne faut pas oublier que dans la famille les éléments sont très divers : ils sont le père, la mère, le mari, la femme, l’enfant, le salaire, le budget, le logement, la table, le vêtement, l’hygiène, le travail et le repos, l’autorité et l’obéissance, la discipline de tous et l’initiative de chacun, la communion des esprits et des âmes, l’amour, – et parfois ce qui surgit de la vie familiale c’est le contraire de tout cela, c’est l’affaiblissement ou le renversement de tout cela[37]. »

La seconde partie reprend de façon explicite les apports de Mary E. Richmond qui, outre l’introduction de la notion de cas individuel – dont une des interprétations donne une des premières définitions du « cas social » -, juxtapose au diagnostic médical l’idée d’un « diagnostic social » : « Je viens d’écrire – le mot est venu de lui-même, tout naturellement, sous ma plume – “cas”. Voilà, me semble-t-il, le mot juste. Il faut le prendre dans son sens le plus usuel, qui nous reporte sur le terrain médical. On dit en médecine : un cas, pour dire un mal. On dit : voici un cas à étudier, un cas à soigner, plus couramment un cas à traiter. On dit : un cas bénin, ou un cas grave ; un cas guérissable, ou un cas désespéré. Eh bien ! – parallèlement au cas médical – il y a le cas social. Cas veut dire simplement matière à intervention, occasion de secours. Dans le mot n’entre aucune théorie, nul a priori. Le cas, c’est le mal qui nous tombe sous la main, et nous avons à voir quel coup de main donner, puis à le donner. […] Le médecin prend le cas, l’examine, le tourne et le retourne, l’examine encore, le sonde, finalement il fait une ordonnance, il établit le traitement, et si le traitement “convient” la guérison s’ensuit. Tous ces mouvements peuvent être reproduits, toutes ces démarches peuvent être transposées sur le terrain du Service social. Le Service social devient de la médecine sociale[38]. »

Dans son travail sur le réseau de réformateurs sociaux à l’origine de la revue Pour l’enfance coupable, Nagisa Mitsushima montre comment au cours des années 1920-1930 la technique de l’enquête sociale se perfectionne parmi les assistantes sociales du premier service social de l’enfance près des tribunaux à Paris, passant d’une description folklorique de la « zone » s’apparentant à des « impressions de voyage, dans la tradition ethnographique et sociologique dix-neuvièmiste », aux « portraits d’enfants » exposant en cinq lignes l’identité socio-médicale d’un enfant et la décision judiciaire prise à son égard (des présentations qui se veulent des études de cas scientifiques, avec un relevé sténographique des facteurs jugés les plus déterminants pour la décision socio-judiciaire), pour enfin adopter un troisième type d’enquête sociale dite « enquête scientifique à l’américaine » : « à la fois plus fouillée (plusieurs pages) et plus méthodique dans sa présentation (plan structuré) comme dans l’administration de la preuve (contrôle et hiérarchisation des sources). » Nagisa Mitsushima émet alors l’hypothèse que le perfectionnement de cette technique d’enquête permet aux assistantes sociales « de l’emporter dans les concurrences dans lesquelles elles sont engagées avec les infirmières-visiteuses qui soutiennent un modèle littéraire plutôt que scientifique d’enquête sociale[39]. » L’autre hypothèse qui peut être émise est la question de la marge de diagnostic laissée à ces professionnelles féminines, face au corps médical encore largement masculin. Dans son ouvrage L’assistante sociale et ses méthodes, autant le médecin Armand-Delille se prononce favorablement à l’égard d’un « diagnostic social », tel qu’il est modélisé par Mary Richmond et qui sera par la suite revendiqué par le corps des assistantes sociales, autant au contraire il se montre réservé lorsque Mary E. Richmond établit un parallèle entre diagnostic social et diagnostic médical. Il affirme alors avec véhémence que cela ne saurait être comparable et rappelle aux infirmières visiteuses, comme le font à la manière d’un leitmotiv tous les manuels à leur usage, qu’elles doivent rester sous la subordination totale de leur supérieur hiérarchique qu’est le médecin et bien se garder de toute tentation d’établir leur propre diagnostic. L’inquiétude quant au risque d’autonomisation de ces dernières est d’autant plus grande que, de par leurs tournées à domicile, elles s’éloignent de l’enceinte de l’hôpital. De plus, les populations qu’elles sont appelées à rencontrer sont elles mêmes peu enclines à faire appel au généraliste, aux honoraires souvent trop élevés, et peuvent être alors tentées de profiter de l’aubaine d’une visite gratuite pour interpeller les infirmières visiteuses à faire office de médecin traitant.

Si au cours des années 1930, les assistantes sociales semblent donc dominer le paysage des carrières sociales, leur implantation généralisée dans les différentes œuvres et services publics est encore mal connu. Certes, la mise en place et le développement laborieux du service social de l’enfance à Paris à partir de 1923 ont été bien étudiés ; en revanche l’extension du modèle en province durant les années 1930 reste encore à répertorier et à cartographier de façon précise. Dans un article rédigé en 1931, Henri Verdun, docteur en droit et substitut du procureur à Lille signale que le « système des enquêtes sociales gagne en province ; il est appliqué à Lyon. On tâche de l’organiser à Marseille. Depuis le début de 1931, il commence à fonctionner à Lille. » Il signale par ailleurs que dans le budget de 1931, adopté par la Chambre le 28 février, le ministère de la Justice a prévu un crédit de 500.000 francs destiné « aux œuvres ayant un service social de dépistage des enfants malheureux ou coupables[40]. » Pour ma part, dans une étude centrée sur l’éducation spécialisée en Bretagne, j’avais montré comment les assistantes sociales, mais aussi leurs auxiliaires (les « non-diplômées » dont le rôle pourtant décisif est souvent passé sous silence) émergent durant cette période pour finalement faire réseau et s’imposer dans tous les dispositifs judiciaires publics et privées de la cour d’appel de Rennes au point de former un « empire des demoiselles[41]. » La plupart des sociétés bretonnes de patronage des années 1930 sont animées par des assistantes sociales de caractère comme Mlle Couplet à Quimper, Mlle Muller à Lorient ou Jeanne Lalouette à Nantes puis à Vannes. Par ailleurs, se détache la forte personnalité de Mme de La Morlais, née Anne-Marie de Coynart, mère de huit enfants, femme d’un général de brigade aérienne, Armand des Prez de La Morlais, dont elle finit par se séparer pour se dédier entièrement à son œuvre. Ancienne infirmière puis assistante sociale rattachée au tribunal de Saint-Brieuc, elle crée et dirige en 1937-1938 le service social de sauvegarde de l’enfance et de l’adolescence des Côtes-du-Nord puis, en 1939, le service social de sauvegarde de l’enfance et de l’adolescence d’Ille-et-Vilaine installé au palais de Justice de Rennes. Elle est en contact étroit avec les expériences parisiennes, puisqu’elle rattache dès 1939 ses services au Comité français de service social, dont le siège est 6 rue de Berri dans le VIIIe arrondissement. Les services sociaux mis en place ont tous à peu près la même organisation : ils sont situés à proximité, voire au sein, du tribunal du chef lieu du département. Ils se constituent en associations loi 1901, avec un conseil d’administration comprenant quelques notables, souvent le procureur ou un autre magistrat, un avocat, un notaire, un directeur de banque… le reste des membres étant à forte composante féminine, demoiselles pour la plupart : assistantes sociales, dont certaines diplômées, qui agissent dans le rayonnement du tribunal ou dans les annexes des différents arrondissements judiciaires. Celles-ci assurent, souvent sur mandat du juge, « le dépistage, la surveillance et le cas échéant le placement des enfants qui leur sont signalés » et suggèrent « les mesures susceptibles d’assurer dans les meilleures conditions et avec les meilleures chances de succès la protection ou l’amendement de ces enfants[42]. » Ces services sociaux vivent au départ des cotisations de leurs membres, de dons manuels, de rétributions correspondant aux services rendus avant de recevoir, au début des années 1940, des subventions publiques et privées conséquentes (Secours national, ministère de la Justice, Commissariat général à la famille, Conseils généraux, municipalités, Caisse d’épargne…). D’autres documents témoignent du fonctionnement déjà bien rôdé de services sociaux du même type à Bordeaux, dans la région de Toulouse et à Montpellier au milieu des années 1930[43].

Alors qu’elles étaient pratiquement absentes du paysage judiciaire (exception faite de la capitale) avant les années 1930, les assistantes sociales occupent donc le devant de la scène en l’espace de quelques années. Cette présence est d’autant plus manifeste que leur rôle est élargi par la série de décrets-lois du 30 octobre 1935 dont l’impact est encore mal connu[44]. En particulier le décret relatif à la protection de l’enfance qui dépénalise théoriquement le vagabondage (délit jusqu’alors considéré comme majeur dans les statistiques de la délinquance juvénile) tout en offrant aux magistrats par le biais de « l’assistance éducative » une ampliation de sa marge d’intervention. Le décret précise en effet que « les mineurs de dix-huit ans, qu’ils aient quitté leurs parents, qu’ils aient été abandonnés par eux ou qu’ils soient orphelins, n’ayant d’autre part, ni travail, ni domicile fixe, ou tirant leurs ressources de la débauche ou des métiers prohibés, seront soit sur leur demande, soit d’office, confiés préventivement à un établissement spécialement habilité ou à l’Assistance publique ». Il est dit de plus qu’ils feront l’objet d’une enquête. L’apparition concomitante des premières brigades d’assistantes de police dénommées par une de leurs principales instigatrices, Georgette Barbizet : des « assistantes sociales munies des pouvoirs de police », n’est pas une coïncidence. Elles révèlent au contraire comment la dépénalisation est accompagnée d’un renforcement des mesures de contrôle sur les populations juvéniles, les assistantes de police « revêtues d’un uniforme bleu marine » étant chargée en priorité de « l’inspection des squares, promenades, fêtes foraines et, en général, des lieux où se réunissent les enfants[45]. » Alors que leurs consœurs travaillant auprès des tribunaux sont mandatées par le juge pour faire l’enquête, les assistantes de police font en amont tout un travail de dépistage et ce sont elles qui transmettent certains cas aux tribunaux pour enfants.

Cette extension de facto des catégories d’enfants justiciables et de l’intervention des assistantes sociales en amont et en aval de l’ordonnance du juge est perçue comme suffisamment concurrentielle pour qu’un décret-loi du 17 juin 1938 vienne rappeler de façon complètement contradictoire que les dispositions du décret du 30 octobre 1935 « ne sont pas applicables aux mineurs bénéficiant ou susceptibles de bénéficier de la loi du 27 juin 1904 sur les enfants assistés (enfants en garde, enfants trouvés, abandonnés, orphelins pauvres, enfants maltraités ou moralement abandonnés, enfants en dépôt) » qui, même s’ils sont trouvés en état de vagabondage, devraient eux être remis de plein droit au service des enfants assistés[46]. Ce n’est qu’en 1943, avec la loi du 15 avril et la refonte des services de l’Assistance publique en service d’assistance à l’enfance, que le rôle des assistantes sociales sera officiellement reconnu et intégré dans son fonctionnement[47]. Leur omniprésence et polyvalence les avaient déjà inscrites de fait au cœur des dépistages et de l’accompagnement pour la prise en charge des mineurs dits inadaptés qu’ils soient délinquants, moralement abandonnés, en danger moral, vagabonds ou orphelins. Dans une enquête commanditée en 1943 par M. Ricaud, procureur général de la cour d’appel de Rennes et par Pierre Bianquis, inspecteur divisionnaire de la Population sur les équipements pour l’enfance délinquante en Bretagne, l’ancien magistrat breton Henri Joubrel déclare : « L’assistante sociale se révèle de nos jours une auxiliaire indispensable de la vie du pays. On peut la comparer au leucocyte qui, dans tout l’organisme, lutte contre les causes d’affaiblissement ou d’infection. À l’époque où l’on va combattre en France tous les maux qui lentement nous conduisaient à la dégénérescence, il faut multiplier les assistantes sociales[48]. »

[1] Roger-Henri Guerrand, Marie-Antoinette Rupp, Brève histoire du service social en France (1896-1976), Toulouse, Privat, 1978 ; « Histoire des premières écoles de service social en France 1908-1938 », Vie sociale, n°1-2, 1995 ; Christine Rater-Garcette, La professionnalisation du travail social : action sociale, syndicalisme, formation, 1880-1920, Paris, l’Harmattan, 1996 ; Brigitte Bouquet, Christine Garcette, Assistante sociale aujourd’hui, Paris, Maloine, 1998.

[2] Mathias Gardet, Françoise Tétard, « L’utopie du travailleur social unique », dans Les origines des centres de formation de personnels sociaux et éducatifs à Toulouse (1938-1964), Érès, novembre 2000, p. 133-156.

[3] Ces dernières l’avaient obtenu sous forme d’un brevet de capacitation professionnelle, décrété le 27 juin 1922.

[4] Simone Boyer, Christine Rater-Garcette, « Le comité d’Entente des écoles de service social », Vie sociale, n°1-2, 1995, p. 123-124.

[5] H. Rollet, « Le service social est-il une profession ? Comment se pose la question en France », Correspondance, n°36, août-octobre 1937, p. 2.

[6] C’est le cas par exemple de l’École normale sociale fondée en 1911, voir Henri Pascal, Des syndicats féminins au service sociale. L’école normale sociale, étude réalisée dans le cadre de l’UER d’histoire de l’Université de Provence et la Confédération française des professions sociales, 1982 ; Christine Garcette, « De l’éducation syndicale à la formation en travail social : l’école normale sociale », dans La professionnalisation du travail social. Action syndicale, syndicalisme, formation 1880-1920, Paris, L’Harmattan, 1996, chapitre 3, p. 139-210.

[7] École normale sociale, Carrières sociales. Monographies et notes vécues, Paris, Action populaire, éditions SPES, 1931.

[8] Dans son ouvrage Sylvie Fayet-Scribe s’exclame : « En 1936, le temps des pionnières est fini. […] Dans son ouvrage [Celui d’Apolline de Gourlet] paru en 1946 : La formation des assistantes sociales, le métier de “résidente” est devenu l’une des spécialisations du métier d’assistante sociale », Associations féminines et catholicisme. De la charité à l’action sociale XIXe-XXe siècle, Paris, Les éditions ouvrières, 1990, p. 198. ; voir aussi Dominique Dessertine, Robert Durand, Jacques Eloy, Mathias Gardet, Yannick Marec, Françoise Tétard Les centres sociaux 1880-1980. Une résolution locale de la question sociale ?, en collaboration avec, Lille, Presses universitaires du Septentrion, 2004.

[9] Les jardinières d’enfants obtiennent en 1954 un agrément du ministère de la Santé publique pour les centres de formation délivrant un diplôme et, en 1973, un diplôme d’État d’éducateur de jeunes enfants, voir Daniel Verba, Le métier d’éducateur de jeunes enfants, Paris, Syros, 1993 et Grégory Degenaers, Educateur de jeunes enfants, ASH Editions, 2010.

[10] JO du 19 février 1938, Rapport de Marc Rucart, ministre de la Santé publique ; Yvonne Kniebiehler, « Les infirmières visiteuses (1922-1938) », revue Pénélope, numéro spécial sur « La Femme soignante », n°5 automne 1981.

[11] La première année de formation reste toutefois commune avec des infirmières jusqu’en 1968. Une fois achevée cette séparation, les infirmières retrouvent une forme d’action proche de celle des infirmières visiteuses avec le regain des aides à domicile.

[12] Voir l’étude sur les élèves des écoles faite par Simone Crapuchet, « Qui étaient-elles et qui sont elles ? 1905-1976 », Vie sociale, n°8-9, 1987, p. 417-442.

[13] Voir en particulier les travaux d’Evelyne Diebolt : « Les femmes engagées dans le monde associatif et la naissance de l’Etat providence », Matériaux pour l’histoire de notre temps, 1999, n°53. p. 13-26 ; « Utile, utilitaire, utilisé… Naissance et expansion du secteur associatif sanitaire et social (1901-2001) », Connexions 1/2002, n°77, p. 7-24 ; « 1901-2001, femmes et hommes dans la naissance et l’expansion du secteur sanitaire et social. De la coopération à la compétition ? », dans Évelyne Diebolt, Christiane Douyere-Demulanaere (sous la dir. de), Un siècle de vie associative : quelles opportunités pour les femmes ?, Colloque international tenu à l’Assemblée nationale et au CHAN, 14-16 mai 2001, pour la commémoration du centenaire de la loi 1901, Paris, Éd. Femmes et Associations, 2002 ; « Santé médecine et action sociale », dans Bruno Duriez, Etienne Fouilloux, Denis Pelletier, Nathalie Viet-Depaule, Les catholiques dans la République 1905-2005, Paris, Edition de l’Atelier/éditions ouvrières, 2005, p. 131-137.

[14] J’ai piloté la sauvegarde de ses archives au sein du Cnahes dont le dépôt est actuellement le service des archives du monde du travail à Roubaix avant d’être transféré à Pierrefitte et ai participé au documentaire : Une histoire du travail social, réalisé par Astrid Fontaine et Christophe Gendre, CFPS / Laboratoire de recherche en sciences humaines, 2008.

[15] Brigitte Bouquet, « La professionnalisation du service social (1900-1939) : de la naissance dans le creuset philanthropique à l’intégration des politiques sociales », dans Colette Bec, Catherine Duprat, Jean-Noël Luc, Jacques Guy Petit (réunis par), Philanthropies et politiques sociales en Europe (XVIIIe-XXe siècles), Paris, Anthropos, 1984, p. 213-224.

[16] Malgré les nombreux travaux sur les infirmières, l’histoire du service social à l’hôpital reste à faire, voir Michel Legros, Christiane Moussy, « Aux origines du service social hospitalier, Joséphine Getting ou le hasard et la méthode », Vie sociale, n°3-4, 1993, p. 71-76 ; Edouard Rist, « Le service social à l’Hôpital », Le mouvement sanitaire, n°44, 31 décembre 1927, p. 811-824 ; un article du Dr R. Targouwla et de Mlle G. Bernheim signale par ailleurs la création d’un service social à l’Hôpital psychiatrique Henri Rousselle, revue La prophylaxie mentale, n°9, 1er trimestre 1927, p. 254-258.

[17] L’histoire des assistantes d’hygiène scolaire devenues assistantes sociales scolaires est tout aussi en friche malgré l’ouvrage de Pascale Garnier, Les assistantes sociales à l’école, Paris, PUF, 1997. Voir « Ysabel de Hurtado, in memoriam », Vie sociale, n°1-2, 1984, p. 40-42 et Germaine Gury, Brigitte Bouquet, Christine Garcette, « Ysabel de Hurtado 1891-1983 », Vie sociale, n°3-4, 1993, p. 59-69 et sur Gallica : Louis Boulonnois, « Le service social à l’école », Le mouvement sanitaire, n°164, décembre 1937, p. 640-647. L’école de pratique sanitaire de l’Institut Lannelongue d’hygiène sociale située à Vanves semble avoir formé des « assistantes scolaires d’hygiène » dès le début des années 1920, voir le compte-rendu de la visite effectuée à cette école par le Dr Souvestre, Le mouvement sanitaire, 1ère année, n°5, 30 sept. 1924, p. 216-222.

[18] Ce service a fait l’objet de nombreux travaux : Michèle Becquemin, Protection de l’enfance. L’action de l’association Olga Spitzer, Paris, Érès, 2003 ; Colette Bonnot, Le service social de l’enfance entre les deux guerres, Paris, Université de Paris 1, Centre de recherches d’histoire des mouvements sociaux et du syndicalisme, 1997, 234 p. (Mémoire de maîtrise d’histoire) ; Denise Lenain, Georges-Michel Salomon, « Une pionnière du service social : Marie-Thérèse Vieillot », Vie sociale, n°10-11, oct-nov 1988, p. 411-436 ; Évelyne Diebolt, À l’origine de l’association Olga Spitzer. La protection de l’enfance hier et aujourd’hui 1923-1939, Rapport pour le conseil de la recherche du ministère de la Justice, avril 1993.

[19] Cette branche d’activité du service social est étonnamment oubliée des nombreux travaux cités sur l’histoire des assistantes sociales et reste encore à étudier malgré les apports de Audrey Ambraise, Les femmes dans la Police à Lyon de 1937 à 1956, mémoire de maîtrise d’histoire, Université de Lyon 2, 2000 et Des policières à Lyon. Etude sur les métiers des femmes dans la Police de Lyon et sa région 1937-1968, mémoire de DEA d’histoire, Université Lyon 2, 2002 ; Mathias Gardet, « La police des mineurs à l’heure de la prévention (1935-1966). Une mission oubliée ? », RHEI, n°12, février 2011, p. 111-137 ; Geneviève Pruvost, De la “sergeote” à la femme flic, une autre histoire de l’institution policière (1935-2005), Paris, La Découverte, 2008 et le chapitre 1 « Au nom des vertus féminines (1935-1968) » de sa thèse de doctorat : L’accès des femmes à la violence légale. La féminisation de la police (1935-2005), Ehess, 2005 ; Marie Vogel, « Police et espace urbain : Grenoble 1880-1930 », Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, Espaces policiers, XVIIe-XXe siècles, vol. 50, n°1, janv-mars 2003, p. 126-144 ; et Robert Baffos, « Premiers résultats donnés par l’installation de la police féminine à Paris », Bulletin international de la Protection de l’enfance, n°146, 1936, p. 1794-1796 ; Georgette Barbizet, « Les assistantes de police », Pour l’enfance coupable, n°2, avril 1935, p. 6-7 ; Suzanne Cordelier, « Les inspectrices de police », dans Service social féminin, Paris, Plon, 1938, p. 117-129 ; Fernand Zamaron, Police des mineurs, grande police, Paris, édition à compte d’auteur, 1958.

[20] « Madeleine Hardouin 1882-1960, Synthèse », Vie sociale, n°3-4, 1993, p. 53-57 ; G. Le Maignan, Madeleine Hardouin 1882-1960, brochure éditée à Paris, 1961 ; Jean-François Montes, « Le mythe originel des allocations familiales » dans Michel Chauvière, Monique Sassier, Brigitte Bouquet, Régis Allard, Bruno Ribes, Les implicites de la politique familiale, Paris, Dunod, 2000, p. 38-46.

[21] Lucienne Chibrac, Les pionnières du travail social auprès des étrangers : le Service social d’aide aux émigrants, des origines à la Libération, Paris, ENSP, 2005 ; Suzanne Roux (sous la dir.), Action sociale et migration : expérience et méthodes d’un service social spécialisé, Paris, L’Harmattan, 2005.

[22] Germaine Bardy, Le Service social dans les HBM et notamment à l’office public d’HBM du département de la Seine, thèse de l’IUP, Paris, 1938 ; Marie-Françoise Charrier et Élise Feller (dir.), Aux origines de l’Action sociale. L’invention des services sociaux aux chemins de fer, Toulouse, Éres, 2001 ; André Gueslin, Michelin, les hommes du pneu. Les ouvriers Michelin à Clermont-Ferrand de 1889 à 1940, Paris, Les éditions de l’Atelier, 1993.

[23] Roger-Henri Hazemann, « Essai sur l’organisation technique d’un service social dans une ville de banlieue parisienne », Le mouvement sanitaire, n°44, 31 décembre 1927, p. 833-849 et n°45, 31 janvier 1928, p. 15-33 ; Le service social municipal et ses relations avec les œuvres privées, Paris, Le mouvement sanitaire, 1928 ; le cas exemplaire du développement du service social à Suresnes, quant à lui, a été étudié en détail : Katherine Burlen, « Henri Sellier et la doctrine de Suresnes : techniques du social et services urbains » dans Yves Cohen, Rémi Baudouï, Les chantiers de la paix sociale (1900-1940), Fontenay/Saint-Cloud, ENS éditions, 1995, p. 265-285 et Henri Sellier et les cités-jardins 1900-1940, Saint-Denis, Presses universitaires de Vincennes, 1987 ; Yvonne Kniebiehler, « Sur le service social », Le mouvement social, juillet-septembre 1981, p. 123-126.

[24] Pierre Derou, « Pages sociales. Vers un diplôme d’assistante sociale », Foi et Vie, n°20, 1er décembre 1929, p. 108-112.

[25] L. Chaptal, Famille travail épargne, Manuel de vie pratique – I – Service social et assistantes sociales, Paris, SPES, 1933.

[26] « Pages de service social. Service social : le mot, l’idée, la chose », Foi et vie, n°4, 6 février 1925, p. 210.

[27] Roger-Henri Hazemann, « Essai sur l’organisation technique d’un service social dans une ville de banlieue parisienne », Le mouvement sanitaire, n°45, doc. cit., p. 19-20.

[28] « Le bureau de l’assistante sociale. Quelques notions d’organisation », Informations sociales, n°10, novembre 1954.

[29] Paul-Felix Armand-Delille, L’assistance sociale et ses moyens d’action, Paris, Librairie Félix Algan, 1922, p. 23-24. Dans son témoignage le médecin Armand Delille distingue les tentatives de fichier élaborées auparavant par l’Ocob ou la fondation Mamoz (assistance par le travail), qu’il qualifie de trop limitées ou d’imparfaites, de ce nouveau Fichier central parisien, dont les assistantes sociales seraient les principales artisanes. Bien qu’il décrive de façon minutieuse le contenu des fiches et donne des exemples concrets, il ne fournit aucune indication sur l’institution ou l’administration qui en serait gestionnaire. Peut-on créditer l’existence d’un tel fichier aujourd’hui tombé dans l’oubli ou bien s’agit-il d’une exagération de sa part, énième manifestation d’un fantasme de rationalisation de la charité privée ? La trace de formulaires portant l’indication fichier central retrouvés dans les mémoires des stagiaires de l’école normale sociale des années trente, nous invite en tout cas à traquer cette piste fantôme.

[30] Colette Chambelland, « Aux origines de l’enquête sociale », Vie sociale, n°7, 1986, p. 327-335.

[31] Antoine Savoye, « Les enquêtes sur les budgets familiaux : la famille au microscope », dans Yves Cohen, Rémi Baudouï, Les chantiers de la paix sociale… op. cit., p. 55-75 et « Les monographies de famille de l’École de Le Play (1855-1930), Les Études sociales, n°131-132, 1er et 2e semestres 2000.

[32] Brigitte Bouquet, « École d’action sociale familiale », Vie sociale, n°1-2, 1995, p. 25-36.

[33] Voir par exemple le « cas familial » décrit par Aline Giraud d’une vingtaine de pages publié sur deux numéros de Foi et Vie : n°21 du 16 décembre 1923, p. 1223-1231 et n°2 du 16 janvier 1924, p. 79-90.

[34] Voir la préface de Brigitte Bouquet à la réédition du livre de Marie E. Richmond, Les méthodes nouvelles d’assistance. Le service social des cas individuels, réédition de l’ouvrage paru en 1926, Paris, éditions de l’ENSP, 2002, p. V-XXIV reprenant les analyses qui en avait déjà été faite dans la revue Vie sociale : « À l’aube des savoirs en service social, 1920-1940 », n°4, 1996, p. 3-99.

[35] Clotilde Mulon, « Pages de service social. Sur l’unification des méthodes d’assistance sociale », Foi et Vie, n°16, 16 novembre 1919, p. 319-320.

[36] La revue publie par exemple une conférence critique de Gaston Richard, professeur de sciences sociales à Bordeaux, « La Concorde sociale et les rapports de classes », Foi et Vie, n°17- 18, 1er-16 septembre 1921, cahier B, p. 241-256.

[37] L’auteur, anonyme, de l’article parlant à la première personne peut nous laisser supposer qu’il s’agit de Paul Doumergue lui-même, Foi et Vie, n°5, 1er mars 1929, p. 284, 286.

[38] Ibid., p. 289-290. Cette double référence à Le Play et à Mary E. Richmond est aussi explicitement présente dans l’ouvrage d’Elisabeth Huguenin, directrice du foyer de Soulins dépendant du service social à l’enfance de Paris, « Les services sociaux », dans Les tribunaux pour enfants, Neuchâtel / Paris, éditions Delchaux & Niestlé, 1930, p. 27-36.

[39] Nagisa Mitsushima, L’expertise criminologique au sein de la revue Pour l’enfance coupable (1935-1942) : une expertise en action, communication à la IIe session de l’école thématique Cnrs Pacte/Latts/Epfl « Les nouvelles controverses de l’action publique », Atelier 2 « Expertise et Politique », Université de Paris Est, 25-26 septembre 2008. Thèse en cours sur Le mouvement réformateur Pour l’enfance coupable. Sociologie historique des sciences et pratiques de gouvernement de l’enfance délinquante (1890-1943), Université de Paris I Panthéon Sorbonne, département de science politique.

[40] Henri Verdun, « La participation médicale au relèvement de l’enfance coupable », Annales de médecine légale de criminologie et de police technique, 11e année, n°1, janvier 1931, p. 505.

[41] Mathias Gardet, « L’empire des assistantes sociales », dans L’éducation spécialisée en Bretagne 1944-1984, Rennes, PUR, 2007, p. 52-56.

[42] Statuts du service social de sauvegarde de l’enfance et de l’adolescence des Côtes-du-Nord, déposés le 20 mars 1938 (J.O. du 8 avril 1938), archives de l’Arass.

[43] Marcel Bonifacino, L’enfance délinquante à Bordeaux en 1934, Imprimerie-librairie Delmas, Bordeaux, 1936 ; Jean Laboucarie, Les facteurs de la délinquance juvénile dans la région de Toulouse, Imprimerie moderne, 1950 ; Robert Lafon, Et si je n’avais été que psychiatre ?, Montpellier, Actif, 1980.

[44] Malgré les éclairages apportés par Michèle Becquemin, « Les ambiguïtés des décrets-lois de 1935 », dans Protection de l’enfance…, op. cit., p. 86-91 ; Pascale Quincy-Lefevre, « Assistantes sociales et assistance éducative », dans Familles, institutions et déviances…, op. cit., p. 327-333 ; Marie-Thérèse Avon Soletti (sous la dir. de), Des vagabonds aux SDF : approche d’une marginalité, actes du colloque d’histoire du droit de Saint-Étienne, Publications de l’université de Saint-Étienne, 2002 ; Jean-Jacques Yvorel, « La régulation des rapports familiaux du code civil de 1804 à la vieille de la seconde guerre mondiale », dans La protection de l’enfance, un espace entre protéger et punir l’émergence d’une idée, l’étape 1958-59, les recompositions contemporaines, Vaucresson, Cnfe-Pjj, 2004, p. 11-20. Par ailleurs, Jacques Donzelot dans La Police des familles (Paris, éditions de Minuit, 1977) et Philippe Meyer dans L’enfant et la raison d’Etat (Paris, Seuil, 1977) avaient déjà repéré cette date du décret d’octobre 1935 comme une consécration du rôle des assistantes sociales.

[45] Georgette Barbizet, « Les assistantes de Police », Pour l’enfance coupable, n°2, avril 1935, et n°40, janvier-février 1942, p. 7.

[46] A. Rauzy, S. Picquenard, op. cit., p. 467.

[47] Les articles 29 et 36 de la loi du 15 avril 1943 rend obligatoire la création d’un ou plusieurs emplois d’assistantes spécialisées attachées au service d’assistance à l’enfance dans chaque département. En outre, les assistantes sociales de secteur du service santé participent à la surveillance administrative des placements, alors même que les enfants sont âgés de plus de 6 ans. Voir Jacques Dehaussy, L’assistance publique à l’enfance. Les enfants abandonnés, Paris, Librairie du recueil Sirey, 1951, p. 202.

[48] Henri Joubrel, La Délinquance juvénile en Bretagne, Centre régional d’éducation sanitaire, Rennes, 1943, p. 57.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.