La campagne de presse contre les « bagnes d’enfants », un phénomène médiatique aux faibles retombées institutionnelles

Autre signe de l’évolution apparente des sensibilités à l’égard de l’enfance malheureuse dans l’entre-deux-guerres est la mobilisation spectaculaire des médias autour de la question de l’enfance délinquante, qui correspond au développement des vecteurs de l’information : dans une France alphabétisée, la presse et le livre jouent un rôle de premier plan. Le cinéma, bientôt parlant, devient un spectacle populaire et la radio pénètre dans plus de 5 millions de foyers. Certains reporters vont alors utiliser cet archipel médiatique, croisant reportages, romans à succès, chansons, films et affiches pour faire du sauvetage de l’enfance un phénomène, en procédant avec habileté à une assimilation des colonies agricoles pénitentiaires à des « bagnes pour enfants » ; bagnes qui, eux-mêmes, depuis l’affaire Dreyfus et les reportages d’Albert Londres étaient devenus impopulaires[1]. Les « enfants sans voix » trouvent ainsi leurs porte-parole. Alexis Danan, journaliste à Paris soir, avec sa série de reportages sur La ronde des enfants perdus en est une figure exemplaire, de par son histoire personnelle, sa pugnacité et sa capacité de mobilisation[2]. Sa participation en tant qu’assistant au film de Léonide Moguy, Prison sans barreaux, sorti en salle en 1938, est l’apothéose de cet espoir de réforme, le scénario racontant comment suite aux campagnes de presse, une nouvelle directrice, – interprétée par l’actrice Annie Ducaux -, nommée par le ministère de la Justice à la tête d’une maison de redressement pour filles à la discipline de fer, vient révolutionner les pratiques sciant littéralement tous les barreaux et supprimant les règlements…

Cependant, malgré la virulence de la campagne contre « les bagnes d’enfants » et la fermeture déjà évoquée de la colonie agricole de Mettray, beaucoup d’autres, ne l’oublions pas, sont en revanche épargnés. Ainsi, bien que l’ancienne colonie pénitentiaire de Belle-Île-en-mer ait été un des déclencheurs de la campagne suite au scandale soulevé autour de la révolte puis de l’évasion massive des colons et des primes offertes aux habitants pour retrouver les fugitifs, qui ont inspiré le poème célèbre de La chasse à l’enfant de Jacques Prévert, l’établissement ne ferme ses portes qu’en 1977. Les colons évadés puis repris sont placés dans la colonie d’Eysses qui, malgré le scandale qui l’atteint en 1937, ne ferme ses portes qu’en 1941, son directeur ayant été entretemps décoré de la Légion d’honneur en lieu et place d’Alexis Danan. La réforme d’ensemble reste en fait une déclaration d’intention : les appellations changent, les colonies pénitentiaires devenant en 1927 des maisons d’éducation surveillée, les surveillants dorénavant appelés moniteurs, troquent leurs képis contre des casquettes, mais le régime intérieur connaît peu de variations[3]. Il en va de même pour les nombreux orphelinats qui semblent eux aussi relativement imperméables aux dénonciations orchestrées aussi dans ce champ par Alexis Danan.

[1] Albert Londres, Au bagne, Paris, Albin Michel 1923 ; Danielle Donet-Vincent, La fin du bagne (1923-1953), Rennes, Editions Ouest-France, 1992.

[2] Pascale Quincy-Lefebvre, op. cit.

[3] Jacques Bourquin, « Sur la trace des premiers éducateurs de l’Éducation surveillée : 1936-1947 », Cahiers du CRIV, n°2, 1985, p. 17.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.