DEUXIEME PARTIE : Des « moralement abandonnés » aux « cas sociaux » : un champ commun d’intervention ?

Prétendre aborder l’histoire des orphelins et des mineurs délinquants depuis les origines[1] pourrait être une gageure périlleuse qui relèverait plus de la démarche philosophique qu’historique, tant il est difficile de décrypter sur plusieurs siècles les réseaux humains et l’impact des politiques sociales sur un paysage contrasté d’œuvres et d’expériences, les filiations apparaissant alors ténues au risque souvent de l’anachronisme, comme le montrent les tentatives plus ou moins virtuoses de ceux qui s’y sont aventurés[2]. Je n’ai pas essayé non plus de repérer les plus anciennes organisations qui se sont occupées spécifiquement de les prendre en charge : les orphelinats et autres organismes de placement sont, sans aucun doute, des institutions séculaires que l’on peut faire remonter au XVIIe siècle, voire plus loin[3] ; celles pour jeunes détenus sont plus récentes, le débat sur les conditions de détention et les risques de contamination entre adultes et mineurs émergeant au cours du XIXe siècle, ce qui n’empêche pas qu’ils aient été enfermés bien avant, indistinctement avec leur congénères plus âgés, dans des prisons elles aussi séculaires. J’ai plutôt cherché à repérer des points de convergence entre ces deux histoires, qui peuvent être d’ailleurs des points de convergence en aveugle[4], dans le sens où des mêmes événements peuvent avoir eu des effets simultanés sans qu’il y ait eu forcément confrontation d’expériences ni concertation. Je propose sur un peu moins d’un siècle, les années 1880-1960, l’analyse de plusieurs champs événementiels selon la définition donnée par Paul Veyne de « croisements d’itinéraires possibles[5] », permettant de poser une intrigue, d’interroger, d’interpeller de façon transversale les politiques, les pratiques, les structures, les acteurs qui interagissent dans le domaine de la prise en charge des enfants orphelins ou des jeunes délinquants, au regard de la bibliographie existante et de ses lacunes. Outre la pertinence déjà exposée de sortir de l’ornière des travaux historiques trop souvent centrés sur une seule catégorie d’inadaptation, la trame principale de la démonstration proposée, qui justifie l’intérêt de cette confrontation entre « orphelins » et « mineurs délinquants », repose sur l’hypothèse de l’apparition puis de l’affirmation d’un champ commun d’intervention ou tout du moins de « zones communes de recouvrement entre correction et assistance[6] », autour de populations d’enfants qui avaient jusqu’alors échappées tant à la justice qu’aux politiques charitables déployées par les œuvres. Cette zone de recouvrement se dessine tout d’abord timidement à la fin du XIXe siècle, période durant laquelle apparaît une nouvelle catégorie d’enfants désignés comme « moralement abandonnés » – « ces orphelins qui ont le malheur d’avoir des parents[7] » – dont la prise en charge va être alternativement rejetée sur l’Administration pénitentiaire et l’Assistance publique. Ce champ d’intervention se déploie à la fin des années 1950, époque durant laquelle se confirme la délimitation d’un « no man’s land de la misère[8] » qui va donner naissance à l’invention d’une nouvelle catégorie d’usage, bien que peu reconnue par les experts « psy » : celle des « cas sociaux », ces « enfants qui ne sont pas ou pas encore, des déficients physiques ou mentaux, qui ne sont pas, ou pas encore, des “caractériels” déclarés ; ils sont seulement en danger de le devenir à plus ou moins brève échéance parce qu’ils ne trouvent pas, ou ne trouvent plus, dans le milieu où ils vivent, le minimum des conditions physiques, morales, psychologiques, requises pour leur développement normal[9]. » Ce terrain est cette fois-ci ouvertement convoité tant par les orphelinats qui commencent à entrevoir dans l’après seconde guerre des problèmes de pénurie dans le recrutement de leurs pupilles, que par les juges des enfants qui, se sentant cantonnés dans le pénal par l’ordonnance du 2 février 1945, cherchent à étendre leurs prérogatives et à gagner une marge d’intervention dans le civil auprès des enfants dits « en danger moral », ce qu’ils obtiennent finalement avec l’ordonnance du 23 décembre 1958 et les décrets du 7 janvier 1959.

Cette analyse proposée sur une longue durée qui connaît des bouleversements politiques et sociaux de grande ampleur est facilitée par la grande longévité d’un certain nombre d’œuvres et d’institutions que j’ai pu étudier et qui traversent toute la période retenue pour cette étude. C’est le cas par exemple de l’œuvre des orphelins-apprentis d’Auteuil fondée en 1866 et qui perdure jusqu’à aujourd’hui ou bien des colonies pénitentiaires d’Aniane, de Belle-Île-en-Mer, de Saint-Hilaire et de Saint-Maurice qui ouvrent leurs portes entre 1840 et 1880 et ne seront fermées respectivement qu’en 2000, 1977, 1975 et 1993. Il en va de même pour la plupart des établissements de la congrégation religieuse féminine du Bon Pasteur qui seront habilités dès les années 1870 à recevoir des jeunes filles envoyées par les tribunaux tout en ouvrant parallèlement des sections pour les jeunes orphelines et qui fermeront progressivement leurs portes dans les années 1960-1970, non pas parce qu’elles n’ont plus l’heur de plaire aux administrations de tutelle mais parce qu’elles connaissent une grave crise des vocations et ne sont plus en mesure d’assurer la gestion de leurs maisons avec la même compétitivité, notamment au niveau du coût de la prise en charge[10]. Les suivre sur le long cours permet de saisir à la fois les permanences, souvent en décalage avec les réalités de leur époque, mais aussi les mutations et les reconversions institutionnelles tant en matière de populations accueillies qu’au niveau des jeux de reconnaissance et des concurrences qui les obligent parfois, en fonction des évolutions législatives, à jongler avec les différents ministères.

[1] Marc Bloch dans son petit opuscule Apologie pour l’histoire ou métier d’historien dénonce avec humour cette « idole des origines » qui semble frapper certains auteurs : « Naturellement chère à ces hommes qui font du passé leur principal sujet de recherche, l’explication du plus proche par le plus lointain a parfois dominé nos études jusqu’à l’hypnose », Paris, Armand Colin, 1974, p. 37.

[2] Michel Foucaut, Surveiller et punir. Naissance de la prison, Paris, Gallimard, 1975 ; Albert Dupoux, Sur les pas de monsieur Vincent. Trois cent ans d’histoire parisienne de l’enfance abandonnée, Paris, Revue de l’assistance publique, 1958 ; John Boswell, Au bon cœur des inconnus. Les enfants abandonnés de l’Antiquité à la Renaissance, Paris, Gallimard, 1993 ; Hervé Tigréat, Pascale Planche, Jean-Luc Goascoz, L’aide sociale à l’enfance de l’Antiquité à nos jours, Boulogne-Billancourt, Tikinagan, 2010.

[3] Voir par exemple les travaux de Maurice Capul sur Les Enfants placés et Internat et internement sous l’Ancien régime, Paris, Ctnerhi, 1984 et Dunod, 1990.

[4] Je suis redevable de cette notion à Françoise Tétard qui, dans ses petits cahiers à la frontière entre journal intime et carnets de recherche, avait noté cette expression sous la plume de Philippe Dagen (critique d’art) dans Le Monde du 3 octobre 2003, à propos d’une exposition sur Maurice Pialat peintre (entre 1941 et 1946, avant qu’il ne devienne cinéaste) qu’il comparait avec les toiles de Pierre Tal Coat (peintre français 1905-1985) en disant : « Effet de l’époque sans doute : à partir d’éléments et de références identiques, les deux artistes en sont alors arrivés presque au même point de convergence en aveugle ». Françoise Tétard avait alors rajouté pour commentaire : « Une notion qui s’offre souvent à nous, les historiens ».

[5] Paul Veyne, « Structure du champ événementiel », dans Comment on écrit l’histoire, Paris, Seuil, 1996, p. 57-58.

[6] Expression empruntée à Éric Pierre, dans « La colonie agricole de Mettray : établissement pénitentiaire et établissement d’assistance (1839-1937) », Histoire & Sociétés, revue européenne d’histoire sociale, n°25-26, avril 2008, p. 84.

[7] Citation de Jules Simon (1814-1896, député, puis ministre de la gauche Républicaine, membre de l’Académie française, fondateur de la revue la Liberté de penser, puis directeur du journal Le siècle) dans Dominique Dessertine, Bernard Maradan, « La loi de 1889 et “ces orphelins qui ont le malheur d’avoir des parents” », Autorité, responsabilité parentale et protection de l’enfant, Lyon, Chronique sociale, 1992, p. 238-245.

[8] Pour reprendre l’expression utilisée par le Docteur Louis Le Guillant, « Remarques sur le statut légal des maisons d’enfants », revue Enfance, n°5, avril-décembre 1949, p. 376-393.

[9] L. Bails (inspecteur de l’Éducation nationale et professeur au Centre national d’éducation de plein air de Suresnes), « Les cas sociaux », dans Les enfants et les adolescents inadaptés, Paris, A. Colin, 1966, p. 22.

[10] Françoise Tétard, Claire Dumas, Filles de Justice. Du Bon Pasteur à l’Éducation surveillée (XIXe-XXe siècle), collection « Enfants hors la loi » dirigée par Mathias Gardet, Paris Beauchesne-ENPJJ, 2009.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.