Orphelins et mineurs délinquants (1889-1959)

Deux catégories et deux champs de recherche pour une enfance placée

Note de synthèse en vue de l’habilitation à diriger des recherches

présentée par Mathias Gardet

Tuteur : Antoine Savoye, professeur 70e section, université de Paris 8

Jury : Michel Chauvière (directeur de recherche au Cnrs-Cersa), Rebecca Rogers (professeure d’histoire de l’éducation à l’université Paris Descartes), Martine Ruchat (professeure en sciences de l’éducation à l’université de Genève), Antoine Savoye (professeur en sciences de l’éducation à l’université de Paris 8), Danielle Tartakowsky (professeure en histoire contemporaine à l’université de Paris 8), Alain Vulbeau (professeur en sciences de l’éducation à l’université de Paris-Ouest Nanterre).

CIRCEFT – EA 4384. Centre Interdisciplinaire de Recherche « Culture, Education, Formation, Travail »

université de Paris 8 ; 1er décembre 2012

 

« Tel Robinson sur la grève de son île, devant “le vestige d’un pied nu empreint sur le sable”, l’historien parcourt les bords de son présent ; il visite ces plages où l’autre apparaît seulement comme trace de ce qui a passé. Il y installe son industrie. À partir d’empreintes définitivement muettes (ce qui a passé ne reviendra plus, et la voix est à jamais perdue), se fabrique une littérature ; elle construit une mise en scène de l’opération qui confronte l’intelligible à cette perte. Ainsi se produit le discours qu’organise une présence manquante.1

 

Remerciements :

Je remercie tout d’abord le CNU et par ricochet le département des sciences de l’éducation de Paris 8 pour m’avoir accordé un semestre sabbatique qui s’est révélé indispensable pour se mettre à la tâche et Antoine Savoye pour avoir accepté de patronner ce travail, avec toute la confiance qu’il m’a accordée. Un remerciement tout spécial pour Dominique Dessertine qui a fait preuve de sa patience, rigueur et perspicacité légendaires pour relire sans concession les premières épreuves, tout en suggérant des lectures, des clarifications et des compléments que j’ai tenté de fournir, ainsi qu’à Eric Pierre pour sa relecture attentive de la chronologie concernant la fin du XIXe siècle. Une marque de reconnaissance aussi toute spéciale pour Samuel Boussion toujours encourageant et enthousiaste pour discuter et suivre les méandres parfois brouillons de mes raisonnements, tout en fournissant sans compter ses propres références biographiques et textes d’archives. Un grand remerciement pour Marta et Anna pour m’avoir donné pendant tout ce temps l’exclusivité de ce merveilleux studio, qui a pallié le manque d’espace de travail à l’université.

Sommaire :

INTRODUCTION GÉNÉRALE

PREMIERE PARTIEDe l’histoire de la jeunesse en mouvement à l’histoire de la jeunesse mouvementée

I) Jeu de cartes, jeux d’échelles : territoires redécoupés et frontières multiples

II) Jeu de concurrences : antagonismes au niveau national et stratégies locales d’acteurs

III) Jeu de mots : la laïcité à l’épreuve des dictionnaires

IV) Jeu de piste : les archives, miroir de l’histoire des associations

DEUXIEME PARTIEDes « moralement abandonnés » aux « cas sociaux » : un champ commun d’intervention ?

I) À la croisée de deux siècles : affirmation de politiques publiques mais aussi « concordat charitable »

II) Les politiques sociales de l’entre-deux guerres : entre réhabilitation des œuvres et surveillance d’État. Une historiographie lacunaire

1) Des orphelins de guerre aux orphelins « civils » : dette morale mais économie de moyens

2) La campagne de presse contre les « bagnes d’enfants », un phénomène médiatique aux faibles retombées institutionnelles

3) La loi de 1933 et la surveillance des établissements de bienfaisance privée  ou comment ménager la chèvre et le chou

4) L’apparition de professionnelles polyvalentes et techniciennes du diagnostic social

5) Face à la question sociale, la réponse médicale

III) L’héritage de Vichy : volontarisme planificateur d’État et art du semi-privé

1) Une jeunesse au sauvetage d’une autre ou l’internat comme monde presque parfait

2) Expressions historiques de l’étatisation mais aussi développement d’un secteur para-public

3) Une nouvelle échelle d’intervention : la région et la valse des départements

4) Une manne financière incontournable : le fonds d’action sanitaire et sociale

5) Des jeunes sous les feux de l’observation

6) La fin des orphelins et l’extension aux pré-délinquants : le « no man’s land de la misère » et l’avènement des « cas sociaux »

TROISIEME PARTIE Les matériaux de l’histoire de la protection de l’enfance comme outils pédagogiques pour les sciences de l’éducation

I. Un patrimoine d’archives

II. De la richesse de l’effeuillage des bibliothèques

III. Mise en image et mémoire des lieux

IV. Mise en ligne : http://www.enfantsenjustice.fr

V. Instruments de référence et méthodes de travail

VI. Jeux d’histoire : boîte à outils

ConclusionQuatre chantiers de recherche

Bibliographie des principaux auteurs cités

  1.  Michel de Certeau, L’absent de l’histoire, Tours, Maison Mame, 1973, p. 8-9. Je remercie Françoise Tétard de m’avoir fait découvrir cette belle citation où je reconnais ce goût du métier qu’elle a su me transmettre avant de quitter la scène précocement. Je lui rends hommage en lui reconnaissant ma dette []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.