Le séminaire, pourquoi et comment ? Compte-rendu #1

PicsArt_1412098673855La séance d’ouverture du premier séminaire de l’année 2014-2015 (programme complet ici) était l’occasion de rappeler son objet scientifique et sa spécificité et de donner le programme et les modalités de réflexion commune.

Mathias Gardet a ouvert la séance en rappelant la raison d’être du séminaire : l’éducation nouvelle, l’éducation spécialisée et l’éducation populaire sont trois champs qui gagnent à se confronter. D’autant plus que les croisements sont réels sur le terrain, ce ne sont pas trois secteurs hermétiques les uns aux autres. Le parcours d’historien de Mathias Gardet, en croisant celui d’autres chercheurs, lui a montré la nécessité de décloisonner la recherche entre les différents champs de l’éducation.

En 1994, il travaille sur les politiques sociales en direction de la jeunesse, en partenariat avec le Centre interdisciplinaire de recherche de Vaucresson, qui questionne cette « jeunesse qui va mal ». Il s’aperçoit que les premiers recrutements d’éducateurs, dans l’après Seconde Guerre mondiale, ont puisé dans le vivier des chefs scouts. L’étude de ce croisement entre éducation populaire et éducation spécialisée a donné lieu à un colloque et une publication : Le scoutisme et  la rééducation dans l’immédiat après guerre, lune de miel sans lendemain.

9782701015613Quelques années plus tard, un travail sur les reconversions architecturales des châteaux en lieux d’éducation met à jour des croisements entre éducation nouvelle, éducation spécialisée et éducation populaire. Ces recherches ont abouti à un ouvrage collectif, sous la direction de Mathias Gardet et  Samuel Boussion, Les Châteaux du social. On y comprend comment l’investissement dans des anciens châteaux a permis de fonder des centres d’éducation spécialisée, des lieux de formations ou de séjour pour l’éducation populaire, et des écoles nouvelles.

 

EcolPubFranç tome2 1952 001

Une maison des pupilles de l’école publique en vacances dans un château reconverti.

Autre exemple, celui des Pupilles de l’Ecole Publique, désormais appelées Fédération des PEP. À l’origine, en 1915, cette fédération qui voulait promouvoir les écoles publiques, a fondé des internats laïques pour s’occuper des orphelins de la guerre. Plus tard elle a participé à la « croisade sanitaire » contre la tuberculose, puis s’est engagée auprès des enfants victimes de la Seconde Guerre mondiale. Après 1945, elle s’est engagée pour la création des Centres médico-psychologiques pédagogiques (CMPP) et investit le champ des loisirs, via notamment les colonies de vacances. On voit donc, au sein de la même fédération, un croisement entre l’éducation à destination de « l’enfance en danger », l’éducation populaire, et l’école publique.

Enfin, Mathias Gardet, en collaboration avec une historienne suisse, réalise actuellement une recherche sur l’histoire des communautés, villages et républiques d’enfants. Au point de départ de ce travail, les archives de l’UNESCO sur un rassemblement international de communauté d’enfants qui a eu lieu en 1946 au village d’enfants Pestalozzi à Tröggen en Suisse, qui réunissait des acteurs de ces communautés, venus du monde entier. Cette conférence, réitérée par la suite, a réuni des personnalités issues des trois champs qui nous intéressent : des pédagogues de l’éducation nouvelle, des militants de l’éducation populaire, des médecins, des spécialistes médico-sociaux, etc.

Carte postale du village d'enfants Pestalozzi à Trögen, date inconnue

Carte postale du village d’enfants Pestalozzi à Trögen, date inconnue 

 

Ainsi, l’équipe de recherche sur l’histoire des éducations nouvelle, populaire et spécialisée, a trouvé souvent des liens et des croisements entre des réseaux pourtant séparés. Elle a remarqué les difficultés à croiser les archives dans des centres qui s’ouvriraient à plusieurs champs.

Dès lors, l’idée première du séminaire est de réfléchir à des thématiques transversales à ces trois champs. L’année dernière a été l’occasion d’aborder la formation des cadres, la place de l’internat, le rapport entre ville et campagne, l’architecture, etc). Il s’agit aussi d’inviter des spécialistes et de faire les compte-rendus d’ouvrages qui nous aident à questionner nos champs de manière transversale. Enfin, il sera proposé des ateliers sur des archives.

Les documents de travail  :


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.