Revue d’histoire de l’enfance irrégulière n°21

Le dernier numéro de la revue vient de sortir,

Un dossier coordonné par Mathias Gardet et David Niget inspiré de “l’exposition l’autre au pays de la Justice des enfants” se penche sur les figures de l’étrangeté à travers l’histoire de la justice des enfants et de l’aide sociale à l’enfance. Il s’agit là de s’intéresser à la construction de ces étrangers que sont les délinquants et plus généralement les enfants dits en danger pour la Justice des enfants et l’aide sociale à l’enfance depuis le XIXe siècle. En tout premier lieu, parce que le «mineur irrégulier» est pour bon nombre d’observateurs, hors norme, donc considéré comme différent. Mais également parce que les mineur.e.s pris.e.s en charge peuvent être étrangers à la commune, région, pays où ils sont placé.e.s. Ils, elles peuvent également être désigné.e.s comme différent.e.s du fait de leur âge, de leur classe, de leur sexe, ou de leurs handicaps éventuels. Enfin, l’enfance est une figure singulière de l’étrangeté, certes familière, mais progressivement construite, dans la modernité, comme une altérité, dont le statut social et la vie psychique la distinguent de l’âge adulte. L’enfant est cet intime étranger qu’il s’agit d’éduquer, voire de discipliner. La psychanalyse a identifié « l’inquiétante étrangeté » (Freud, 1919) comme cette angoisse révélée par un élément qui pourtant familier et intime devient étranger, inconnu. Il est donc intéressant de suivre le cheminement de cette terminologie pour interroger la manière dont la justice des enfants et l’aide sociale à l’enfance ont construit des catégories d’étrangeté pour corriger/traiter/rééduquer ces mineur.e.s parfois désigné.e.s comme « frustres », « débiles » ; catégorisé.e.s par les experts « psy » comme des anormaux à soigner ; les gays, lesbiennes, jeunes gens ou jeunes filles hétérosexuels ayant des relations sexuelles considérées comme hors normes, situations qui suffisent parfois à les retrouver devant un tribunal. Il s’agissait également de se pencher sur cette catégorie spéciale de l’étrangeté qu’est l’« étranger », cette catégorie de mineur.e.s « venu.e.s d’ailleurs ». En effet, la justice des enfants et l’aide sociale à l’enfance depuis le XIXe siècle ont été marquées par les théories sur l’hérédité et n’échappe pas à une vision raciste et hiérarchisée des jeunes justiciables étrangers. La question de la colonisation et des institutions judiciaires en contexte colonial nous intéressera également ainsi que les enfants tout simplement venus du tréfonds des provinces ou même, plus proches de la « zone » ou des « faubourgs », à la périphérie des villes. En outre, la période plus contemporaine permettra de s’interroger sur le traitement des mineur.e.s étranger.ère.s isolé.e.s. Ici frontières, territoires, géographies urbaines, locales et internationales seront convoqués.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.