Jeu de cartes, jeux d’échelles : territoires redécoupés et frontières multiples

Les données quantitatives sous formes de listes toponymiques sur l’implantation des organisations de jeunesses ramenées du Mexique m’ont fait faire une rencontre décisive. Devant l’impossibilité de les appréhender et de les analyser par le seul commentaire écrit, j’ai été amené à suivre le séminaire de cartographie proposé par Françoise Vergneault, alors directrice de recherche au laboratoire de graphique fondé par Jacques Bertin à l’Ehess. Le dialogue proposé entre son propre objet de recherche et une représentation spatiale raisonnée a marqué profondément mes travaux par la suite. Le fait de concevoir soi-même son propre support, dans une cartographie qui se veut expérimentale, « construisant, à partir d’un fond de carte topographique et de ses propres données, un matériel visuel approprié, un jeu de petites cartes thématiques par exemple », vous oblige non seulement à procéder à une analyse critique des traces déjà pré-inscrites sur ces images, mais aussi à donner sens à chaque signe porté sur le papier, sélectionnant sciemment les informations qui sont livrées de façon visuelle. Le chercheur ainsi que le lecteur sont invités à « expérimenter les données par le regard », à développer cet « œil qui pense » pour reprendre le titre du manuel de méthodologie et de philosophie graphique rédigé par Françoise Vergneault[1]. En réfléchissant par ailleurs sur les questions d’échelle, se pose la question des territoires d’intervention, chaque découpage ayant ses propres logiques et développant ses propres stratégies.

1) Frontières politiques, frontières religieuses : deux logiques territoriales différenciées

Ayant été invité à un séminaire organisé par Elisa Cárdenas, historienne mexicaine de l’Université de Guadalajara, dans le prolongement du colloque organisé dans le cadre de la chaire de sciences sociales « Émile Durkheim » en 2003, confrontant les points de vue de chercheurs sur l’Église tant Mexicains que Chiliens, Argentins et Français, j’ai été amené avec mes collègues à pointer plusieurs pièges inhérents aux recherches sur ce phénomène, qu’elles soient menées en France ou en Amérique latine. Tout d’abord, l’analyse du processus de sécularisation[2] de la société a été la plupart du temps influencée par les conflits idéologiques qui le sous-tendent, et que les débats encore actuels sur la question ne font qu’exacerber. Le phénomène a presque toujours été présenté comme une lutte opposant deux blocs : d’un côté une Église défenseuse de la foi cherchant par tous les moyens à préserver ses prérogatives et se lançant parfois dans des projets de reconquête spirituelle ; de l’autre, un État de plus en plus laïque voulant rogner les privilèges de cette première et bannir de la société toute religiosité. La confrontation des expériences, lors de ce séminaire de 2003, nous a fait penser plutôt que, loin d’être continu, le processus de laïcisation s’est effectué en dents de scie et pas toujours aux périodes les plus attendues. Par ailleurs, la législation nous est apparue comme nettement insuffisante pour juger du degré et de l’intensité de ce phénomène. Derrière les lois désignées comme anticléricales se jouent en effet de subtiles négociations entre les régimes au pouvoir, le clergé local et la diplomatie vaticane qui permettent la mise en place de statu quo, de simili-concordat favorisant l’essor des institutions et des associations religieuses. Ce dynamisme insoupçonné de l’Église a été mis pour ma part en relief avec l’élaboration d’une cartographie de la formation des diocèses au Mexique. Cette dimension géographique, malheureusement trop souvent négligée dans les travaux d’histoire actuels[3], fait prendre conscience des enjeux de territoire d’autant plus décisifs que les frontières religieuses et les frontières politico-administratives ne concordent pas. L’historien Jacques Dubois, partant du même constat d’absence de carte sur les diocèses, dans son travail sur la France d’avant la Révolution – mais dont les remarques restent valables pour le XXe siècle – en souligne l’importance : « Une idée nette des divisions ecclésiastiques de la France est indispensable pour comprendre et expliquer nombre de problèmes historiques. Ce sont les diocèses qui en constituent les circonscriptions essentielles, car la hiérarchie ecclésiastique est composée par le corps des évêques. Dans son diocèse l’évêque exerce une autorité souveraine, qui reste toujours considérable même quand elle est limitée, dans certains cas, par la volonté du Saint-Siège. Elle se fait sentir même sur les religieux qui jouissent du privilège de l’exemption, car ils ne peuvent exercer une activité quelconque sans entrer en relation avec les évêques[4]. »

La division territoriale politique mexicaine pensée, comme aux Etats-Unis, sous forme d’une fédération d’états en 1824 et réformée par la suite à plusieurs reprises, oscillant entre centralisme et fédéralisme, s’est en quelque sorte figée à partir de 1917, à quelques rares exceptions près. La division ecclésiastique par diocèse a suivi en revanche une logique dans la longue durée : conquête et couverture de l’ensemble du pays puis remembrement et morcellement progressif du territoire, sans s’être encore fixé de limite. Ce découpage ne s’est pas fait de façon régulière et continue, il s’est effectué par phases, par à-coups, liés bien entendu à la personnalité et aux priorités des différents papes qui se succèdent à la tête de l’Église, ainsi qu’aux événements politiques du pays. Mais ce découpage offre aussi quelques surprises et de grandes différences dans son dynamisme selon les époques. Les périodes d’offensive anticléricale n’engendrent pas forcément un ralentissement dans la création de nouveaux diocèses, à l’inverse, les périodes de trêve ne provoquent pas toujours la vitalité escomptée, provoquant même parfois un certain immobilisme pour l’Église mexicaine.

L’historien Jean A. Meyer a souligné cependant la nécessité de travailler sur une plus grande échelle, c’est-à-dire celle des municipalités, pour pouvoir analyser le comment de cette histoire. Une étude systématique menée parallèlement au niveau des paroisses permettrait non seulement d’établir avec plus de précision les limites des diocèses, mais aussi de mieux comprendre l’articulation entre l’organisation de l’Église et celle de l’État. Si à l’échelon des diocèses et des états les différences sont fortes, par contre à celui des paroisses et des municipalités l’écart est, semble-t-il, beaucoup moins sensible, ce qui laisse présager au niveau local des rapports de force différents.

2) Nouvelle terre de mission, reconquête spirituelle et remembrements paroissiaux

C’est justement au niveau des paroisses que j’ai rencontré en France une cristallisation des tensions entre dirigeants d’œuvres catholiques et membres du clergé, entraînant des discussions âpres sur leur rayon d’action et une redistribution spatiale[5]. L’enjeu géographique est en effet une question clé à la fin du XIXe siècle, pour l’Église en France, et en particulier dans la France urbaine, qui est déclarée à son tour pays de mission. Cependant les congrégations et autres hommes d’Église, qui investissent en force ce terrain, ne s’installent pas sur des terres vierges. Bien que de nombreux cris d’alarme soient lancés, comparant les faubourgs puis les banlieues des grandes agglomérations – Paris en tête – à une nouvelle « Chine peuplée d’incroyants », ces nouveaux espaces d’intervention ne sont pas exempts de tout découpage ecclésiastique. Plus que de nouvelles terres à conquérir, il s’agit souvent plutôt de circonscriptions bien définies mais devenues trop vastes, étant donné l’accroissement spectaculaire de leur population[6]. La géographie des diocèses et même celle des paroisses sont anciennes, même si le nombre de ces dernières s’avère parfois en décalage avec les nouvelles données démographiques et les mouvements migratoires de la population française. Aussi, quelle que soit la taille des paroisses au regard du nombre d’habitants et d’ordinaires du lieu chargés de les encadrer, toute initiative catholique s’inscrit dans une juridiction bien précise. Chaque œuvre doit alors délimiter son territoire, définir ses spécificités au risque de se heurter à l’autorité ecclésiastique, ainsi qu’aux œuvres environnantes ; la superficie de la paroisse et le nombre limité d’intervenants ne faisant paradoxalement qu’augmenter les effets de concurrence. Ces délimitations sont extrêmement précises, se dessinant pratiquement au numéro de rue près, ce qui montre toute l’importance stratégique de ces découpages territoriaux qui sont de l’ordre du remembrement. Plus qu’un problème d’espace, qui en l’occurrence est étendu, la pierre d’achoppement entre les œuvres cléricales est le moyen de subsistance de ces dernières. La délimitation d’une paroisse n’est pas qu’une question de frontières physiques (un tracé sur un plan ou sur une carte), elle sous-entend aussi toute une géographie humaine et caritative[7]. Outre les bénéfices financiers directs, issus de la répartition des prêtres, des subventions et traitements versés par le diocèse à chaque paroisse, se jouent aussi des avantages indirects : droits de quête, de kermesse, revenus liés au culte (mariages, enterrements, baptêmes, messes…), dont une des clés est la capacité à mobiliser un ample réseau de bienfaiteurs.

[1] Françoise Vergneault-Belmont, L’œil qui pense. Méthodes graphiques pour la recherche en sciences de l’homme, Paris, L’Harmattan, 1998, suivi de Lire l’espace, penser la carte, Paris, L’Harmattan, 2008.

[2] La différenciation entre les termes « laïcisation » pour les pays à dominante catholique et « sécularisation » pour les terres protestantes, proposée par certains historiens, comme Marcel Gauchet, n’a pas été retenue, faute d’éléments convaincants pour étayer cette thèse ; les deux mots sont donc considérés ici comme synonymes.

[3] Exception faite du Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes, UMR Cnrs 5190 qui, sous l’impulsion notamment de Jean-Luc Pinol, a développé des ateliers de cartographie pour les historiens et avait jusqu’à récemment une cartographe à demeure.

[4] Jacques Dubois, « La carte des diocèses de France avant la Révolution », Annales. Histoire, Sciences sociales, vol.20, n°4, juillet-août 1965, p. 680-691 ; voir aussi la série Histoire des diocèses de France, publiée aux éditions Beauchesne, depuis les années 1970.

[5] Mathias Gardet, Jean Viollet et l’apostolat laïc. Les œuvres du moulin-Vert (1902-1956), Paris, Beauchesne, 2004.

[6] Jacques-Olivier Boudon, Françoise Thelamon (sous la dir. de), Les chrétiens dans la ville, Publication des universités de Rouen et du Havre, 2006. Voir en particulier l’article de J.O. Boudon, « Être chrétien dans une ville déchristianisée. Paris au XIXe siècle », p. 181-195.

[7] Jean-Luc Marais, Histoire du don en France de 1800 à 1939. Dons et legs charitables, pieux et philanthropiques, Rennes, PUR, 1999.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.