PREMIERE PARTIE : De l’histoire de la jeunesse en mouvement à l’histoire de la jeunesse mouvementée

Mon premier terrain et apprentissage autonome de la recherche s’est effectué sur une terre étrangère, de 1986 à 1991 : le Mexique, grâce à une bourse du ministère des Affaires extérieures, prolongée par un poste de VSN[1] puis un contrat civil au Centre d’études mexicaines et centre américaines (CEMCA) de Mexico. Un séjour quasi en continu, sans pratiquement retourner en France, qui m’a permis une immersion dans le pays. Je ne peux évoquer cet itinéraire sans faire brièvement allusion à mon rapport personnel à l’espace d’étude choisi. Il me semble en effet que ce qu’Antoine Prost nomme « l’enracinement personnel des questions historiques, le poids des engagements[2] », joue un rôle certain dans la manière d’aborder un sujet, dans les façons de l’analyser.

Les récits d’un grand-père maternel géographe et grand arpenteur de l’Amérique latine, ayant vécu par ailleurs 35 ans en Espagne, ont été la motivation première de mon départ et de la familiarité rencontrée avec la langue espagnole. Des contacts avec de nombreux exilés latino-américains en France durant mes études supérieures et surtout la rencontre avec mon directeur de thèse, François-Xavier Guerra, dont c’était le terrain de recherche privilégié[3], ont fait le reste et décidé de la destination finalement choisie. En 1984, j’ai donc atterri dans une des plus grandes villes du monde, Mexico ; un premier séjour d’un mois et demi, dans le dernier pays où je pensais aller, le Mexique. Peut-être à cause de sa situation géographique (il fait en effet partie – on l’oublie souvent – de l’Amérique du Nord) ou bien le fait qu’il ne bénéficiait pas à l’époque de la réclame touristique d’aujourd’hui ou bien encore un pays qui avait beaucoup fait parler de lui avec sa révolution et après, comme s’il ne s’était plus rien passé… En fait si, en 1968, la révolte étudiante et la journée sanglante du 2 octobre, à Mexico, sur la place des Trois cultures dans le quartier populaire de Tlatelolco. Et c’est sur ce thème que j’avais décidé de travailler pour ma maîtrise avant de découvrir, juste avant de partir, une thèse d’un sociologue, Sergio Zermeño[4], portant sur ce sujet. J’ai alors fait un travail sur la mémoire et la célébration du mouvement à chaque date anniversaire du 2 octobre, à travers la presse et en interrogeant les acteurs de l’époque[5].

Mon retour et la présentation de ma maîtrise coïncidant avec l’année internationale de la jeunesse (qui avait été proclamée par l’Organisation des Nations Unies lors de son assemblée générale de 1979), François-Xavier Guerra m’a encouragé à continuer de travailler sur la jeunesse – ce que je n’avais pas eu conscience d’avoir fait – et à postuler pour les bourses d’échanges académiques. J’ai donc assisté aux sessions du colloque intitulé Les jeunes et les autres, organisé par le Programme mobilisateur « technologie, emploi, travail » du ministère de la Recherche et de la technologie à Paris, dans les locaux de l’ancienne École polytechnique, rue Descartes, les 9 et 10 décembre 1985. La majorité des intervenants étaient des sociologues, quelques psychologues, psychiatres, psychanalystes, ethnologues, démographes et statisticiens. Il y avait aussi quatre historiennes : Nicole Pellegrin, spécialiste d’anthropologie historique, qui était intervenue sur les classes d’âge et structures sociales sous l’ancien régime, Michelle Perrot qui avait évoqué en particulier les formes de charivari d’une jeunesse villageoise indisciplinée au XIXe siècle ; Martine Kaluszynski qui avait tenté de dresser un catalogue bibliographique un peu aride des ouvrages existant sur « Institutions et politiques jeunesse » et enfin Françoise Tétard qui avait pointé non seulement la difficile naissance d’un ministère de la Jeunesse après la seconde guerre mondiale, ainsi que la longue histoire des mouvements de jeunesse – une jeunesse saine et bien encadrée -, avec leur savoir faire et leur puissance de mobilisation, mais aussi la difficulté d’appréhender l’objet « jeunesse » pour l’historien[6].

Dans un article « auto-bibliographique » rédigé beaucoup plus tard à titre de bilan sur son domaine de recherche, Françoise Tétard a résumé l’impression de vertige que j’avais moi-même ressenti à écouter débattre durant ce colloque différents spécialistes, en particulier les sociologues, majoritaires parmi les intervenants, sur l’âge, les étapes, le sexe et les émois de la « jeunesse », tout en analysant les discours produits sur elle : « Le terme de “jeunes” en effet est un creuset de représentations sociales, qui varient et se multiplient selon l’endroit d’où l’on parle, la position que l’on occupe, les circonstances dans lesquelles on se trouve. […] Si le terme de jeunes désignait seulement un âge, cela resterait encore assez simple. Mais il inclut bien d’autres éléments, les sociologues et les démographes en savent quelque chose ! Et quand, lors des colloques organisés autour de l’année de la Jeunesse en 1985, Pierre Bourdieu rappelait avec insistance que “la jeunesse n’est qu’un mot”, n’exprimait-il pas lui aussi une méfiance, au-delà même des enjeux épistémologiques propres à sa discipline ? Il n’y a pas une jeunesse, mais des jeunesses. Il n’y a pas des jeunesses, mais des jeunes. Cette jeunesse au singulier pourrait donc se décliner au pluriel ? Et en la déclinant au pluriel, ce serait une façon de sortir de l’impasse téléologique. En est-on si sûr ? Cette option ne pêcherait-elle pas par trop de sociologisme ? […] L’historien pourtant reste assez démuni. […] Est-il possible d’isoler les jeunes du contexte de fabrication du discours qui est produit sur eux ? Dans la plupart des publications, y compris celle qui ambitionnent de décrire ou d’analyser “des jeunes”, le jeune est toujours associé à un domaine, à un secteur, à un espace, à une valeur (par exemple l’école, la rue, l’emploi, la famille, les mouvements de jeunesse, les associations, la politique, l’État, la culture, la musique, la violence, que sais-je…). Toute définition du jeune, toute enquête sur la jeunesse, toute évaluation sur l’état de la jeunesse est forcément rattachée à un cadre institutionnel et par la suite liée à des représentations sociales émanant de collectivités inscrites dans le socio-politique. Par conséquent faire un bilan des jeunes “en tant que tels” reste une gageure[7]. »

Du fait de l’axe problématique présenté, de la proximité de la période étudiée, de l’approche originale des institutions et politiques publiques de la jeunesse et des exemples concrets donnés, c’est Françoise Tétard que j’ai osé approcher en fin de sa communication. C’est à elle, que je dois non seulement la définition de mon sujet de thèse mais aussi mes premiers pas dans la recherche de par ses conseils assidus, ses encouragements et son amitié. Suivant son exemple, je n’ai pas cherché à travailler sur les jeunes en tant que tels, mais plutôt sur les organismes qui prétendent les regrouper ou parler en leur nom, sur les politiques qui leur sont adressées et sur les décideurs qui les ont conçues et mises en œuvre, en cherchant à délimiter des périodes pour lesquelles leurs actions sont mesurables et les philosophies qui les soutiennent.

Fin 1986, je suis donc reparti au Mexique. Traquant des traces de mouvements, sur le modèle de chercheurs déjà nombreux sur les organisations de jeunesse[8], j’ai fini en effet par débusquer deux fonds inédits d’archives sur deux mouvements de jeunesse mexicains de portée nationale et ayant pris tous deux un essor particulier dans les années 1930 : l’Association catholique des jeunes mexicains (ACJM), directement inspirée de son homologue française (l’ACJF) et la Confédération des jeunes mexicains (CJM), d’inspiration révolutionnaire et ne présentant en revanche que peu de ressemblance avec les organisations de jeunesses politiques de l’hexagone. La bibliographie riche de travaux français sur ces sujets a permis de compenser le vide des recherches dans ce domaine sur le territoire mexicain et m’a offert des pistes pour analyser l’originalité des méthodes éducatives, la spécificité des sociabilités qu’elles représentent, la force de recrutement et de propagande mise en œuvre par ces mouvements ainsi que leur dimension d’éducation populaire, tout en les mettant en regard des politiques-jeunesse déployées par l’Église et les différents gouvernements mexicains sur la période étudiée (1929-1945).

À mon retour en France, en 1991, et suite aux échanges réguliers avec Françoise Tétard qui avaient été maintenus durant toute ma recherche au Mexique (terrain qu’elle est venue visiter une unique fois), j’ai été sollicité par cette dernière sur plusieurs projets de recherche. Ma surprise a été de découvrir que tout en étant une historienne reconnue et impliquée dans le domaine des mouvements et politiques de la jeunesse et de l’éducation populaire, son poste de rattachement était le Centre de recherche interdisciplinaire de Vaucresson (CRIV), un laboratoire ayant un statut et un financement mi CNRS mi ministère de la Justice dont l’objet central était la jeunesse traduite devant les tribunaux et, de façon plus générale, le fonctionnement et les rouages de la justice des mineurs. J’ai découvert tout un autre pan de ses travaux sur des jeunesses considérées comme beaucoup plus mouvementées que celles dite « organisées » : les « blousons noirs », les jeunes filles enfermées dans une annexe de la prison de Fresnes, tous ces jeunes qualifiés parfois d’« inéducables[9] », ces jeunes « sous surveillance », ces jeunes encombrants qu’il faut protéger et dont il faut se protéger.

Au gré des collaborations, des contrats de recherche et des vacations proposées (mon statut de chercheur sous contrat est en effet resté précaire pendant une quinzaine d’années), j’ai travaillé, d’une part, sur l’histoire de l’association de Co-gestion pour les déplacements éducatifs des jeunes (Cogedep) et de l’association Cotravaux pour les jeunes, des centres sociaux, des cercles d’études inspirés notamment par Marc Sangnier, des colonies de vacances, des écoles de cadres de la jeunesse, de la Fédération française des clubs Unesco, de la Fédération française des éclaireuses, de la Fédération Île de France des maisons de jeunes et de la culture, des Guides de France, de la Ligue Française pour les Auberges de Jeunesse ; d’autre part, sur l’association nationale d’entr’aide féminine (ANEF, créée au départ pour la sortie des filles placées en institution), les association régionales de sauvegarde de l’enfance et de l’adolescence (en particulier celle de Bretagne), les centres d’observations, les clubs et équipes de prévention, les écoles d’éducateurs spécialisés et d’assistantes sociales, la Fédération des associations départementales des pupilles de l’école publique, les foyers de semi-liberté, les orphelins-apprentis d’Auteuil, l’orphelinat « la Maison des enfants de la Marine », l’œuvre de secours aux enfants, le placement familial, la Société parisienne d’aide à la santé mentale (SPASM) et sa Fédération nationale des Croix-Marine…

Je me suis retrouvé au carrefour, et non pas en porte-à-faux, de deux histoires, de deux politiques et de deux perceptions de la jeunesse, que Françoise Tétard avait coutume de résumer en citant les propos de Maurice Herzog[10], à l’époque haut commissaire à la Jeunesse et aux Sports qui, interpellé à propos des incidents provoqués par des bandes de blousons noirs à la fin de l’année 1959, aurait déclaré : « Je suis le ministre de toute la jeunesse, la jeunesse qui va bien comme la jeunesse qui va mal[11]. »

Malgré cette affirmation qui relève de l’ordre du défi et les actions ponctuelles entreprises par le haut-commissariat à la Jeunesse et aux Sports en faveur notamment des clubs et équipes de prévention, il y a bien deux secteurs de la jeunesse qui s’ignorent l’un l’autre, même lorsque l’un et l’autre contribuent à fabriquer des politiques visant les mêmes « usagers ». Car ces politiques sont générées par deux réseaux de décideurs et sont organisées autour de plusieurs ministères, qui n’ont pas la même façon de jouer de leur tutelle et qui ne travaillent pas avec les mêmes partenaires du secteur associatif, constituant de véritables frontières institutionnelles. Ces politiques sont par ailleurs mises en œuvre par des professions voisines mais différentes (instituteurs et animateurs d’un côté ; éducateurs et assistantes sociales de l’autre, notamment), ayant chacune leurs cultures, leurs références, leurs savoir-faire, qui cohabitent sans pour autant être articulées dans l’action.

Bien que nous ayons cherché constamment à décrypter ces chevauchements, ces concurrences et surtout ces impossibles intersections (à travers les réponses aux appels d’offres et aux demandes nombreuses de commémorations associatives ou institutionnelles), il restait souvent difficile d’afficher une double compétence ou de faire se rencontrer des acteurs, des témoins mais aussi des chercheurs appartenant à ces deux secteurs de la jeunesse sur une thématique commune, même si, dans leur itinéraire, ils avaient pu croiser les deux. Il s’est avéré tout aussi difficile, nous le verrons, de faire cohabiter dans un même lieu et de chercher à valoriser ensemble, des fonds d’archives privées recueillis souvent dans les mêmes conditions et présentant des caractéristiques communes.

Dans un colloque organisé en 1994, nous avions pourtant démontré l’importance du rôle des mouvements de jeunesse dans la formation des premiers éducateurs spécialisés et des juges des enfants ainsi que l’usage des méthodes et techniques, notamment scoutes, pour encadrer les jeunes inadaptés ; en revanche, nous avions aussi décelé les réticences de ces mêmes mouvements à intégrer dans leurs troupes, comme membres à part entière, les jeunes considérés comme des « mauvaises graines », de peur de contaminer les autres[12].

Plus récemment encore, dans un colloque organisé en 2005 centré sur cet imposant parc de châteaux qui a pu loger – et loge parfois encore – des œuvres à vocation sociale, opérant une reconversion de ce patrimoine en « châteaux du social[13] », nous avions non seulement pu dénombrer le même recours massif à ce type d’architecture tant du côté des mouvements de jeunesse et d’éducation populaire (pour créer des écoles de formation de cadres, des lieux de rencontres et de séminaires, des colonies de vacances…) que de l’éducation spécialisée (fondant des prisons, des colonies pénitentiaires, des centres rééducatifs, des écoles de cadres rééducateurs…). Nous avions aussi mis en relief l’usage ambivalent qui a pu en être fait : désir de revanche sociale en hébergeant les enfants des classes populaires dans des demeures autrefois réservées à la noblesse, mais aussi à l’inverse réincarnation des habitus du châtelain dans la distribution hiérarchique de l’espace, dans la réappropriation de son histoire « glorieuse », dans le rapport avec le voisinage immédiat ; somptuosité mise en avant de ces belles façades qui souvent s’avèrent être des cache-misères[14] ; enfin, apparition de certaines innovations pédagogiques en adéquation avec les fantasmagories engendrées par l’esprit du lieu, mais aussi replis sur soi et réflexes autarciques.

Malgré la richesse de ces rencontres, celles-ci ont fait figure d’événements exceptionnels et j’ai dû me résoudre à départager mes champs d’investigation, à dédoubler les journées et séminaires scientifiques en partenariat avec les réseaux d’acteurs mobilisés dans chacun des deux secteurs de la jeunesse et, même à devoir faire des choix en opérant progressivement un glissement de terrain – du Mexique à la France – et d’objet – de la « jeunesse qui va bien » (celle des mouvements de jeunesse) à la « jeunesse qui va mal » (celle de l’enfance inadaptée) –. Cette orientation m’a conduit au départ à une certaine schizophrénie tant il est difficile de justifier dans un itinéraire de chercheur français ce changement de décor, comme si, pour devenir un spécialiste reconnu de l’éducation spécialisée en France, il fallait surtout que je fasse oublier mon passé de mexicaniste ; ceci malgré les fortes résonnances rencontrées sur plusieurs thématiques et la permanence de certaines méthodologies adoptées. Pourtant, à l’inverse, c’est bien sur cette double compétence et sans aucun télescopage ressenti que j’ai été sollicité la dernière fois par l’Université de Guadalajara au Mexique, en tant que professeur invité pour trois mois, de juillet à fin septembre 2005. J’y ai en effet animé à la fois un séminaire-atelier sur les archives diocésaines de la ville de Guadalajara et un autre sur « Jeunes en conflit avec la loi, perspective historique et analyse filmographique. »

Cette expérience a été déterminante pour reconsidérer mon parcours de chercheur non pas selon deux pratiques déconnectées l’une de l’autre, mais bien sur un seul et même itinéraire, alimenté et enrichi par les deux terrains. Comme l’a affirmé Rebecca Rogers pour sa propre trajectoire personnelle et professionnelle, qu’elle définit entre deux cultures, auxquelles elle appartient de cœur et d’intellect et qui la nourrissent respectivement, ce parcours n’a pas été pour moi anecdotique, il a aussi « forgé le regard que je porte sur l’histoire et sur sa façon de l’écrire. Il a forgé les attitudes que j’ai par rapport à l’enseignement et aux étudiants. Il a forgé la façon dont je me place dans l’institution universitaire française et la vision que j’en ai[15]. »

C’est bien dans cette perspective que j’avais demandé à Françoise Tétard, qui se définissait elle-même comme franco-française dans ses entreprises, d’introduire l’ouvrage tiré de ma thèse publié en 2003. Après avoir cité Carlo Ginzburg[16] à propos du regard de l’étranger sur une terre qui n’est pas la sienne produisant un sentiment de dépaysement et se révélant souvent d’une grande fécondité intellectuelle, elle souhaitait que ce livre ne soit pas lu uniquement par des spécialistes de l’Amérique latine et que, au-delà des connaissances qu’il apporte, il soit l’occasion d’engager un débat sur la méthode[17].

C’est donc au risque de ce dépaysement et en assumant pleinement ma « mexicanité » que je propose sous forme d’une lecture croisée de mettre en exergue quelques lignes de force qui ont été et sont toujours des fils conducteurs dans mes recherches menées tant hier au Mexique qu’aujourd’hui dans l’hexagone.

[1] Volontaire du service national. Le service militaire obligatoire existant encore à l’époque, les postes de VSN distribués au compte goutte dans les organismes de recherche (il n’y en avait qu’un au Cemca) permettaient de poursuivre et même de financer ses recherches sans interruption.

[2] Antoine Prost, Douze leçons sur l’histoire, Paris, Seuil, 1996, p. 92.

[3] François-Xavier Guerra, né en Espagne mais de nationalité française, avait fait sa thèse sur Le Mexique: de l’ancien régime à la révolution (Paris, L’Harmattan, 1985). Il avait pris la relève de l’historien François Chevalier qui était présent dans ses séminaires, lui-même spécialiste et passionné du Mexique (son premier poste ayant été celui de directeur de l’Institut français d’Amérique Latine à Mexico de 1949 à 1962). Voir Mathias Gardet, « Les carnets mexicains de François Chevalier. Une invitation à la lecture », dans Véronique Hébrard (sous la dir. de), Sur les traces d’un mexicaniste français. Constitution et analyse du fonds François Chevalier, Paris, éditions Karthala, 2005, p. 137-149.

[4] Sergio Zermeño Granados, México : una democracia utópica, el movimiento estudiantil del 68, México, Siglo XXI, 4e éd., 1984.

[5] Mathias Gardet, Mémoires des événements étudiants au Mexique 1968-1984, mémoire de maîtrise d’histoire sous la direction de François-Xavier Guerra, Université de Paris I, 1985.

[6] Nicole Pellegrin, « Jeunesse au passé, classe d’âge et structures sociales sous l’ancien régime », Les jeunes et les autres. Contributions des sciences de l’homme à la question des jeunes, Vaucresson, CRIV, 1986, tome 1, p. 95-103 ; Michelle Perrot, « Quand la société prend peur de sa jeunesse, en France, au 19e siècle », ibid., p. 29-41 ; Martine Kaluszynski, « Le “catalogue” jeunesse », ibid., tome 2, p. 163-177 ; Françoise Tétard, « “Politiques de la jeunesse” (1944-1966) : paroles de volonté(s), politiques de l’illusion », ibid., p. 195-207.

[7] Françoise Tétard, « L’avantage avec la jeunesse, c’est qu’elle ne vieillit pas… Parcours auto-bibliographique », dans Les jeunes de 1950 à 2000. Un bilan des évolutions, Marly-le-Roi, INJEP, juin 2001, p. 283-298.

[8] Aline Coutrot avait rédigé un guide de Recherches précurseur sur Jeunesse et politique, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1971 ; Maurice Crubellier une première synthèse sur L’enfance et la jeunesse dans la société française 1800-1950, Paris, Armand Colin, 1979 et Gérard Cholvy avait déjà coordonné l’ouvrage sur les Mouvements de jeunesse chrétiens et juifs dans un cadre européen 1799-1968, Paris, Cerf, 1985 ; Joseph Debès et Emile Poulat sur L’appel de la J.O.C (1926-1928), Paris, Cerf, 1986 ; Philippe Laneyrie sur Les scouts en France : l’évolution du mouvement des origines aux années quatre-vingt, Paris, Cerf, 1985 ; Charles Molette sur L’Association Catholique de la Jeunesse Française 1886-1907 : une prise de conscience du Laïcat catholique, Paris, Librairie A. Colin, 1968 ; Jacques Varin sur Jeunes comme JC, Paris, Editions sociales, 1975…

[9] Françoise Tétard, « Punis parce qu’inéducables. Les “inéducables” comme enjeu des politiques correctives depuis le XIXe siècle », Le Nouveau Mascaret, revue régionale du CREAHI d’Aquitaine, n°51/52, premier trimestre 1998, p. 35-46, republié dans RHEI, n°12, Rennes, PUR, novembre 2010, p. 9-26.

[10] Maurice Herzog, figure charismatique notamment à cause de ses exploits d’alpiniste au sommet de l’Annapurna, est nommé haut commissaire à la Jeunesse et aux Sports et secrétaire du Haut-comité à la jeunesse par le général De Gaulle en 1958 et devient secrétaire d’État à la Jeunesse et aux Sports de 1963 à 1966. Voir notice faite par Françoise Tétard, Dictionnaire biographique des militants XIXe-XXe siècles. De l’éducation populaire à l’action culturelle (dirigé par Geneviève Poujol et Madeleine Romer), Paris, L’Harmattan, 1996.

[11] Françoise Tétard, introduction non publiée au colloque Maurice Herzog (27 septembre 1958 – 8 janvier 1966). Un septennat pour l’affirmation d’une politique « jeunesse et sports », organisé sous l’égide du comité d’histoire des ministères chargés de la jeunesse et des sports, Paris, Ministère de la Santé, de la Jeunesse, des Sports et de la Vie associative, 14 novembre 2008.

[12] Mathias Gardet, Françoise Tétard (sous la dir.), Le scoutisme et la rééducation dans l’immédiat après-guerre : lune de miel sans lendemain ?, Marly-le-Roi, Documents de l’Injep, n°21, 1995.

[13] Mathias Gardet, Samuel Boussion (sous la dir. de), Les châteaux du social, XIXe-XXe siècles, Paris, PUV-Beauchesne, 2010.

[14] Cette réflexion sur l’usage des façades pourrait être utilement poursuivie en s’inspirant du colloque postérieur organisé par l’École doctorale de Science politique de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne le 15 février 2009 sur « Les façades institutionnelles. Constructions, logiques sociales et appropriations des “orthodoxies” ».

[15] R. Rogers, « Avant-propos » à son ouvrage Les bourgeoises au pensionnat. L’éducation féminine au XIXe siècle, Rennes, PUR, 2007, p. 17.

[16] Carlo Ginzburg, A distance. Neuf essais sur le point de vue en histoire, Paris, Gallimard, 1998.

[17] Françoise Tétard, « préface » à Mathias Gardet, Jeunesse d’Eglise, jeunesse d’État au Mexique (1929-1945). Action des catholiques et fastes révolutionnaires, Paris, L’Harmattan, septembre 2003, p. I-V.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.