Introduction générale

Après avoir réalisé une thèse d’histoire sur deux organisations de jeunesse mexicaines d’envergure nationale durant la fin de la période révolutionnaire (1929-1944), j’ai été amené à mon retour en France à changer progressivement non seulement de décor, mais aussi d’objet en travaillant sur les mouvements de jeunesse et d’éducation populaire français puis sur la justice des mineurs et les politiques d’aide sociale à l’enfance. Cette confrontation successive puis simultanée de terrains a été pour moi d’autant plus féconde qu’elle ne se s’est pas inscrite dans une perspective comparatiste, mais bien dans une complémentarité et une continuité de pensée tant théorique, épistémologique, que méthodologique comme en témoignent les axes de recherches présentés dans la première partie

Depuis une quinzaine d’année, mon domaine de recherche s’est progressivement centré sur l’enfance inadaptée, un référentiel sectoriel pris dans son acception la plus large tel qu’il a été défini notamment par Daniel Lagache dès 1944 et qui, par la suite, a été relayé et généralisé par les acteurs de cette histoire, les praticiens, et les chercheurs[1]. Mes travaux ont porté tout particulièrement sur les populations désignées comme « orphelins » et comme « délinquants » tout en côtoyant inévitablement d’autres appellations, à défaut de représenter forcément d’autres catégories d’enfants : anormaux, arriérés, caractériels, pervers, assistés, victimes, handicapés… Comme tous mes prédécesseurs qui se sont aventurés sur ces terrains, j’ai été frappé par les difficultés de repérage et les nombreux brouillages qui affectent ce domaine structuré au gré des nécessités pratiques et des politiques de prises en charge.

Le premier facteur d’imprécision est l’amplitude temporelle de la notion d’« enfant » telle qu’elle est utilisée dans ce secteur. Malgré l’élaboration progressive d’âges psychologiques et sociaux, distinguant notamment la prime enfance, l’enfant, l’adolescence[2] et le jeune adulte, et malgré l’établissement de seuils d’âges fixés par les lois qui déterminent des minorités et des majorités pénales et civiles, des âges d’émancipation, d’obligation scolaire, de conscription et d’engagement militaires…, force est de constater, sur cette question des âges, la marge d’intervention étendue que continue à adopter la majorité des politiques sociales, sanitaires et judiciaires en matière d’inadaptation juvénile. Comme le pose Daniel Lagache lui-même, dans sa nomenclature et classification : est considéré « inadapté » : tout « jeune de moins de 21 ans que l’insuffisance de ses aptitudes ou les défauts de son caractère mettent en conflit prolongé avec la réalité et les exigences de l’entourage conformes à l’âge et au milieu social du jeune. » L’enfant et l’adolescent sont liés par le même sort et, de fait, quand les textes législatifs, les revues, les sociétés, les associations, les professionnels, les cliniques et autres institutions d’accueil portent l’appellation « enfance », leur champ d’intervention est la plupart du temps très large et peut s’étendre de 0 à 21 ans, sans toujours des différenciations claires dans les modes de traitements proposés. C’est le cas par exemple des lois et ordonnances relatives à l’enfance délinquante ou en danger moral du 22 juillet 1912, du 2 février 1945 et du 23 décembre 1958, des Sauvegardes et autres sociétés protectrices de l’enfance (qui apparaissent dès le milieu du XIXe siècle), du juge des enfants (qui prend corps à partir de 1945), de la revue Enfant (publiée par le juge Henri Rollet entre 1891 et 1936), des Cahiers de l’enfance (fondés par le journaliste Alexis Danan entre 1953 et 1964), du Service de neuropsychiatrie infantile créé à Paris en 1925 par le docteur Georges Heuyer ou encore du Vocabulaire de psychopédagogie et de psychiatrie de l’enfant du docteur Robert Lafon (Paris, PUF, 1963)…

Le deuxième risque de malentendus réside à l’inverse dans la segmentation, non pas par classes d’âge, mais par types d’inadaptation qui se renforce parallèlement à cette désignation générique de l’enfance inadaptée, avec l’élaboration de nomenclatures qui viennent justifier des prises en charge et conduisent à la délimitation de certains groupes d’enfants et souvent à leur mise à l’écart, à leur ségrégation et à leur clôture dans des institutions[3]. Bien que de nombreux chercheurs aient dénoncé la fragilité des supports et argumentations scientifiques à l’origine de ces classifications, n’hésitant pas à les qualifier d’invention, d’illusion ou de construction théorique[4], il semble qu’elles aient donné lieu à des spécialisations tant au niveau des professions, des établissements que des modes de prise en charge. Pourtant, même pour les catégories d’enfants qui pourraient apparaître le moins sujettes à caution, comme les orphelins ou les jeunes délinquants, les frontières dessinées entre ces populations opèrent des glissements qui conduisent souvent à des chevauchements. Une analyse sur des exemples concrets montre que les enfants désignés comme « orphelins » n’ont pas toujours perdu leurs parents ; de même, ceux dénommés « délinquants » n’ont pas forcément commis de délit ou, si ce dernier est attesté, ils en ont été la plupart du temps acquittés.

La troisième source de confusion réside à la fois dans l’éparpillement et le mélange de populations dus aux réseaux de placement et aux stratégies institutionnelles des œuvres, puis du secteur associatif. Il est difficile de pister et de remonter les filières qui conduisent à confier un enfant soit à un particulier, soit à une institution, tant elles peuvent être parfois privées, informelles, connaître de nombreux rebondissements ou placements en cascade, dépendre d’un carnet d’adresses, même si on peut repérer certains agents dépisteurs : comme le curé de la paroisse, le maire, l’instituteur, le policier ou le gendarme, plus tard l’infirmière visiteuse d’hygiène sociale, l’assistante sociale, l’éducateur… Reste la nébuleuse des dames d’œuvres, des philanthropes et autres gens de « bonne volonté » qu’il est souvent difficile d’identifier. Par ailleurs, malgré les affichages et les reconnaissances officielles négociées pour un accueil spécialisé, la plupart des établissements et services, pour fonctionner dans la durée, misent sur la polyvalence de leur public avec des effets de melting-pot et jouent sur les appellations, les habilitations ou les agréments, quand ils n’opèrent pas de reconversions de leurs structures. Dès le XIXe siècle, des établissements à gros effectifs (jusqu’à 600 et même pour certains 800 jeunes) mentionnent en leur sein l’existence de plusieurs sections censées garantir un accueil adapté aux différentes populations prises en charge. C’est le cas par exemple de la congrégation religieuse féminine du Bon Pasteur, qui reçoit aussi bien des orphelines, des fillettes en danger moral, des filles placées par mesure de correction paternelle que des jeunes délinquantes[5], voire même des jeunes filles placées par leurs familles[6].

La quatrième difficulté, qui découle des trois premières, est l’impossible comptage des jeunes inadaptés, faute de corpus statistiques suffisamment fiables, ce qui empêche souvent d’en mesurer la proportion dans une ou plusieurs classes d’âge. Les administrations qui produisent les statistiques, quand elles existent, ne s’intéressent qu’aux jeunes dont elles ont la tutelle de près ou de loin : la Justice, la Santé, l’Éducation nationale, la Défense… et chacune a fait fluctuer dans le temps sa façon de compter[7]. Ces chiffres ne sont pas exhaustifs des phénomènes, ils ne représentent que les enfants qui ont été dépistés, signalés et ont fait l’objet de mesures. On ne compte pas tous les orphelins, mais tous ceux dont on va devoir s’occuper ; on ne compte pas tous les mineurs, auteurs présumés de délits, mais ceux que l’on décide de sanctionner, de placer ou de rééduquer ; on ne dénombre pas tous les arriérés ou les handicapés, mais ceux que l’on a soumis à des tests ou à des examens. Comme le dit Henri Michard, directeur du centre de recherche et d’études de l’Éducation surveillée : les statistiques traduisent « le fonctionnement d’une institution, en un territoire donné, à un moment donné, et par rapport à une population donnée[8]. » La terminologie générique d’« enfants inadaptés » rend aléatoires ces calculs qui finissent par devenir des estimations ou des généralisations au prorata d’une population globale aux contours fictifs et en fonction de « besoins » tout aussi indéterminés. L’augmentation du nombre d’enfants inadaptés sans cesse rappelée dans l’après seconde guerre est aussi paradoxalement le produit des politiques sociales, renforcées par la planification du milieu des années 1960 qui, après s’être centrée sur la reconstruction, propose un programme de développement sanitaire et social. Comme le signale Aristide Beslais, directeur de l’enseignement primaire : « Ajoutons que le nombre croissant des cas d’inadaptation qui nous sont signalés tient aussi au développement des institutions sociales et des services sociaux, à l’action des associations diverses qui s’intéressent au sort des enfants malheureux, aux progrès de la psychologie infantile, de la pédiatrie et des méthodes de dépistage[9]. » Aristide Beslais offre peut-être là une piste pour sortir des pièges de ces recensements incertains par grandes familles sectorielles ou au contraire par types d’inadaptation. Plutôt que de tenter de déjouer les aléas des statistiques en recomposant des populations à l’aune de la critique scientifique, ne serait-il pas temps de compter les institutions et les œuvres qui les chapeautent, ainsi que leurs effectifs, qui au-delà des jeux de mots, des discours et des constructions théoriques ou politiques sont des réalités bien tangibles d’une prise en charge massive de jeunes de 0 à 21 ans quelle que soit la catégorie dans laquelle ils sont rangés.

À ces quatre facteurs de distorsions, s’ajoutent les effets pernicieux provoqués sur la production scientifique dans ce domaine. Malgré le peu de clarté des définitions et la perméabilité des frontières entre les classifications, ainsi que les nombreux chevauchements et mélanges sur le terrain des différentes catégories d’enfants, paradoxalement les recherches relatives à l’enfance inadaptée sont restées finalement compartimentées, voire cloisonnées[10]. Ceux qui s’intéressent à la Justice des mineurs n’évoquent pratiquement jamais l’histoire des arriérés ; ceux qui travaillent sur les anormaux d’école ne pensent pas aux délinquants ; les techniciens du handicap n’étudient que certaines formes d’handicaps physiques ou mentaux ; les spécialistes de l’histoire des orphelins, qui travaillent en fait la plupart du temps sur les enfants assistés ou abandonnés, semblent se centrer sur un monde à part, une institution tellement monolithique qu’elle finit par envahir toute la problématique : l’Assistance publique[11]. Ces travaux segmentés produisent parfois des chronologies qui, quand on les compare, semblent aller à contretemps, s’ignorant les unes les autres, jouant à saute-moutons ou ignorant des dates qui, pour les autres, sont considérées comme décisives. Le cas des recherches sur l’éducation dite spéciale (centrées essentiellement autour des anormaux d’écoles) et de celles sur l’éducation dite spécialisée (axées plus particulièrement autour de la délinquance juvénile) est exemplaire à cet égard. Les premières proposent comme date clé la loi du 15 avril 1909 sur l’éducation des arriérés avec la création des classes et écoles de perfectionnement qui, malgré quelques précurseurs, aurait marqué un tournant avec la politique asilaire du XIXe siècle ; une naissance ratée en quelque sorte étant donné le peu d’impact des réalisations dans l’entre-deux-guerres et le faible nombre d’instituteurs spécialisés. Cette première période aurait été interrompue brutalement par la seconde guerre mondiale avec la mise au ban de l’Éducation nationale, avant une renaissance dans les années 1950 comme en témoignerait notamment la création du Centre national de pédagogie spéciale de Beaumont-sur-Oise en 1947 et du Centre national d’études et de formation pour l’enseignement spécialisé de Suresnes en 1954[12]. Les secondes célèbrent l’ordonnance du 2 février 1945, mais aussi, de plus en plus, la période précédant la seconde guerre, comme date partage des eaux entre une conception punitive (incarnée par les colonies pénitentiaires du XIXe siècle, condamnées dans l’entre-deux-guerres par les médias comme « bagnes d’enfants ») et le primat donné à l’éducatif avec l’apparition de nouveaux professionnels : l’éducateur spécialisé, le juge des enfants, le psychologue et de nouvelles formes de prise en charge : les internats rééducatifs, la prévention spécialisée et le milieu ouvert[13]. Ces deux chronologies qui se tournent le dos gagneraient pourtant à être entrecroisées comme le montre la première tentative ébauchée par Jacqueline Roca, mais qui donne encore trop l’impression d’une juxtaposition insuffisamment articulée[14]. Pour ne donner qu’un exemple des pistes à creuser, citons une personnalité phare, revendiquée comme faisant partie du panthéon de l’histoire des deux secteurs : Georges Heuyer, médecin psychiatre, un des pères fondateurs de la neuropsychiatrie infantile. Chacun s’empare d’une tranche de vie du protagoniste, en lien avec ses problématiques, sans saisir toutes ses différentes implications. Or tout l’intérêt du personnage est la connexion étroite qu’il établit entre enfants anormaux et délinquance juvénile, dès sa thèse soutenue en 1912[15]. Tout le long de sa longue carrière, il soutiendra que 80% des délinquants sont des anormaux et que la plupart des anormaux, du fait de leur anormalité, sont des délinquants en puissance. Outre le discours, il a effectivement un pied dans les deux secteurs, proche du juge Henri Rollet et de sa société de patronage de l’enfance rue de Vaugirard, il étudie de près les jeunes traduits devant les tribunaux et propose une méthode d’observation particulière avec la mise en place de son service de neuropsychiatrie infantile. Parallèlement, faisant la synthèse des différentes méthodes expérimentées par la psychiatrie infantile naissante, il propose une fiche d’observation type, qu’il a l’occasion de tester lui-même auprès des écoliers, après sa nomination en 1920 comme médecin inspecteur des écoles de la Seine[16]. Il suit de près et intervient dans la formation des instituteurs spécialisés et celles plus tardive des éducateurs qui se veulent eux aussi spécialisés.

En choisissant de confronter deux catégories d’enfants : celle des orphelins et des mineurs délinquants, je chercherai dans la deuxième partie de ce mémoire à transcender deux champs de recherches bien séparés, dans lesquelles je me suis moi-même laissé piéger dans mes travaux, pour m’interroger sur un seul et même phénomène : celui de l’enfance placée. Il ne s’agit pas de se contenter d’emprunter le raccourci des itinéraires prédestinés qui font parfois de l’orphelin, balloté de mauvais placements en mauvais placements, un potentiel délinquant ni de se limiter à pointer les amalgames et les mélanges de population au sein de certaines institutions pour des conditions de survie ou d’économie de moyen, mais de s’interroger de façon plus large sur ce qui constitue, me semble-t-il, des référentiels communs :

  • Tout d’abord au niveau du mode de placement. Il s’agit dans les deux cas d’enfants placés et même déplacés. La logique de prise en charge qui prédomine très largement jusqu’au début des années 1960 repose en effet sur une rupture radicale avec le milieu dit « naturel » de l’enfant et donc sur un éloignement tant géographique qu’environnemental. Le jeune se trouve donc coupé de ses proches (familles, amis, connaissances) mais aussi de ses points de repère familiers : petit citadin dans la majorité des cas, il se retrouve transplanté en pleine campagne pour s’initier aux rudiments des travaux des champs. Outre cette orientation de séparation physique de l’enfant, les politiques de prise en charge oscillent perpétuellement depuis le XIXe siècle entre un placement individuel, chez un particulier (généralement un agriculteur ou un petit artisan) – plus tard on parlera d’une famille d’accueil – et un placement collectif avec la création d’établissements fonctionnant en internat.
  • Je chercherai ensuite à cerner la configuration très particulière de ces formes de prise en charge qui se caractérisent toute deux par une très forte prédominance de l’initiative privée légitimée par la puissance publique qui cherche timidement à instituer des formes d’aide mais aussi de régulations et de contrôle : législation, habilitations, agréments, listes, reconnaissance d’utilité publique, délégation de service public, prix de journées, inspections, représentants de droit… Du côté de l’État et la question des tutelles, se profilent essentiellement trois ministères qui chacun tour à tour chercheront à peser dans la balance : Intérieur, Justice, Santé.
  • J’interpellerai enfin la référence très précoce à la nécessaire éducation de ces jeunes pris en charge. Or, ce terme qui semble faire l’unanimité, contre toute attente, a peu d’accointance avec le projet d’instruction publique et d’éducation populaire qui émerge avec force à la fin du XIXe siècle. Bien qu’un certain nombre de ces enfants soient dans l’âge de l’obligation scolaire, ils se retrouvent très rapidement « hors la loi » scolaire quand ils ne sont pas considérés tout simplement comme non scolarisables. Reconnus pour leur mission d’assistance, les orphelinats et les colonies pénitentiaires pour jeunes délinquants ont ainsi bénéficié d’une grande bienveillance des pouvoirs publics et semblent même échapper aux querelles virulentes autour de l’éducation, qui agitent laïques républicains et catholiques à la fin du XIXe siècle. Alors que les débats font rage à l’extérieur sur le contenu des programmes éducatifs de l’école primaire, ils continuent à gérer en interne avec une grande marge de manœuvre leur enseignement, alors même qu’ils accueillent des enfants d’âge scolaire. Ceci malgré les dénonciations parfois cinglantes de leurs pratiques.
  • Si le deuil et l’infraction à la loi ne sont pas l’apanage d’un milieu social, en revanche la réponse institutionnelle qui en est faite est très fortement différenciée selon la catégorie sociale à laquelle on appartient. Les pupilles que vont prendre en charge l’Assistance publique et les œuvres sont uniquement les « orphelins pauvres », sauf dans le cas exceptionnel des offices des pupilles de la Nation qui feront appel à l’idée d’une dette de la Patrie et à une adoption nationale envers tous les fils et filles de soldats morts au combat quelque soit leur fortune[17]. De même, bien que les figures du « mauvais garçon de bonne famille » ou du « blouson doré »[18] soient parfois évoquées, en revanche l’étude des dossiers de jeunes placés montre qu’ils sortent très vite de l’engrenage judiciaire et sont minoritaires dans les établissements d’accueil par rapport aux jeunes des milieux populaires.

Au-delà de ces référentiels communs, j’analyserai les similitudes, voire les concomitances, qui se dessinent tant au niveau des politiques, de la législation que des lieux, des pratiques et des acteurs qui permettent d’interpeler les interactions, les rencontres, les collaborations entre ces deux champs d’intervention qui finissent par faire cause commune autour de nouvelles classifications d’enfants, se retrouvant à l’intersection des catégories plus anciennes que sont les « orphelins » ou les « mineurs délinquants ». C’est le cas tout d’abord, de celle des « moralement abandonnés », élaborée à la fin du XIXe siècle autour de la loi du 24 juillet 1889 sur la protection des enfants maltraités ou moralement abandonnés, complétée par celle du 19 avril 1898 sur la répression des violences, voies de fait, actes de cruauté et attentats commis envers et par les enfants. C’est le même phénomène qui se reproduit autour des « cas sociaux », qui connaissent leur consécration avec l’ordonnance du 23 décembre 1958 relative à la protection de l’enfance et de l’adolescence en danger, suivie des deux décrets du 7 janvier 1959, sur « la protection sociale de l’enfance en danger ».

Cette analyse de la structuration du domaine d’action sociale et éducative qu’est le placement d’enfants et, conjointement la division des champs de recherche qui en rendent compte, est l’aboutissement actuel d’un parcours de recherche d’une quinzaine d’années dont témoignent par ailleurs les autres pièces de mon dossier en vue de l’HDR (curriculum vitae et bibliographie raisonnée, publications sélectionnées). Élaborée dans le cadre des sciences de l’éducation, cette réflexion inclut aussi des propositions pratiques quant à l’enseignement et l’apprentissage de l’approche historique et son exercice dans le champ spécifique de cette discipline. Je crois en effet, au terme de l’expérience ici relatée et analysée dans la troisième partie, que les sciences de l’éducation, de par leurs objets et leurs publics, constituent un terrain propice à un usage renouvelée de l’histoire, avec une pédagogie adaptée à un public de non-historiens. Enfin nous concluons cette note de synthèse en évoquant des chantiers de recherches possibles que je souhaiterai développer, en collaboration avec des étudiants travaillant sous ma responsabilité, dans les années qui viennent.

[1] Daniel Lagache, « Nomenclature et classification des jeunes inadaptés », Sauvegarde, n° 2-4, 1946 ; Jean Chazal, Les enfants devant leur juge, Paris, éditions familiales, 1946 ; Informations sociales, numéro spécial consacré à l’enfance inadaptée, 1er avril 1948 ; Paul Lutz, La rééducation des enfants et des adolescents inadaptés, Toulouse, Privat, 1960 ; Jean Petit (sous la dir. de), Les enfants et les adolescents inadaptés, Paris, A. Colin, 1966 ; Michel Lobrot, « Les catégories d’enfants inadaptés », dans Ma classe de perfectionnement, Paris, Sudel, 1968, p. 7-42 ; Henri Giraud, L’enfant inadapté à l’école. L’action pédagogique auprès des enfants et adolescents psychiquement et physiquement handicapés, Toulouse, Privat, 1975 ; Michel Chauvière, Enfance inadaptée : l’héritage de Vichy, Paris, Éditions Ouvrières/Économie et Humanisme, 1980 ; Jean-Marie Renouard, De l’enfant coupable à l’enfant inadapté : le traitement social de la déviance juvénile, Paris, Centurion, 1990 ; Claude Wacjman, L’enfance inadaptée (anthologie de textes fondamentaux), Toulouse, Privat, 1993 ; Nathalie Bélanger, De la psychologie scolaire à la politique de l’enfance inadaptée, Ctnerhi, Paris, 2002…

[2] Voir par exemple Michelle Perrot, « Le printemps des adolescents », Le mouvement social, n°168, juillet-septembre 1994, p. 3-7 ; Agnès Thiercé, Histoire de l’adolescence (1850-1914), Paris, Belin, 1999 ; Patrice Huerre, « L’histoire de l’adolescence : rôles et fonctions d’un artifice », Journal français de psychiatrie 3/2001 (n°14), p. 6-8 ; François Marty, L’adolescence dans l’histoire de la psychanalyse, Paris, In Press, 2003…

[3] Jacqueline Roca, De la ségrégation à l’intégration des enfants inadaptés 1909/1975, Paris, Ctnerhi, 1992 ; Jacqueline Gateaux-Mennecier, « Les Sciences humaines et la segmentation du champ de l’enfance inadaptée », dans L’École face aux handicaps. Éducation spéciale ou éducation intégrative ?, Paris, PUF, 2000, p. 31-52 ; Élisabeth Callu, « Qui sont les enfants protégés par la puissance publique ? Catégorisation des mineurs et recomposition du secteur de l’enfance inadaptée », dans La Protection de l’enfance : un espace entre protéger et punir. L’émergence d’une idée, l’étape 1958-59, les recompositions contemporaines, Vaucresson, CNFE-PJJ, 2004, p. 53-69.

[4] Jean-Claude Chamboredon, « La délinquance juvénile, essai de construction de l’objet », Revue Française de Sociologie, XII, 1971, p. 335-377 ; Francine Muel, « L’école obligatoire et l’invention de l’enfance anormale », Actes de la recherche en sciences sociales, 1975, vol. 1, n°1.1, p. 60-74 ; Michel Lobrot, « Le mythe de l’inadaptation », Apprentissage et Socialisation, vol. 1, n°2, 1978, Montréal, p. 5-12 ; Jacqueline Gateaux-Mennecier, La débilité légère. Une construction idéologique, Paris, CNRS, 1990 ; Jean-Noël Luc, L’invention du jeune enfant au XIXe siècle, Paris, CNRS, 1990 ; Michel Claessens, Les dessous de l’intelligence ou l’illusion scientifique, Paris, Imago, 1990 ; Serge Ebersold, L’invention du handicap : la normalisation de l’infirme, Paris, Ctnerhi, 1992 ; Monique Vial, « Enfants “anormaux”. Les mots à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle », dans Handicap et inadaptation. Fragments pour une histoire : notions et acteurs, Paris, Alter/Fondation de France, 1996, p. 35-77. ; Martine Ruchat, Inventer les arriérés pour créer l’intelligence. L’arriéré scolaire et la classe spéciale. Histoire d’un concept et d’une innovation psychopédagogique, 1874-1914, Berne, Peter Lang, 2003 ; Jean-Jacques Yvorel, « L’”invention” de la délinquance juvénile ou la naissance d’un nouveau problème social », dans L. Bantigny, I. Jablonka, Jeunesse oblige. Histoire des jeunes en France (XIXe-XXIe siècles), Paris, PUF, 2009, p. 83-94 ; Maurice Capul, L’invention de l’enfance inadaptée – L’exemple de Toulouse Saint-Simon (1950-1975), Toulouse, Erès, 2010.

[5] Françoise Tétard, Claire Dumas, Filles de Justice. Du Bon Pasteur à l’Éducation surveillée (XIXe-XXe siècle), dans ma collection « Enfants hors la loi », Paris, Beauchesne, 2009.

[6] Voir Frédéric Chavaud, L’effroyable crime des sœurs Papin, Paris, Larousse, 2010.

[7] Voir par exemple : Jean-Noël Luc, La Statistique de l’enseignement primaire, 19e-20e siècles : politique et mode d’emploi, Paris, Economica/Inrp, 1985 ; Jean-François Gazeau, « Le discours et la méthode. Les chiffres de la délinquance juvénile ont-ils un sens ? », Pour, 1987, n°110/111, p. 27-34 ; Vincent Peyre, « Brèves considérations sur les chiffres de la délinquance juvénile », RHEI, 2000, n°3, p. 79-87 ; Delphine Serre, « Les Enfants “en danger” au prisme des statistiques de l’ODAS. Des catégories juridiques (1958) aux catégories statistiques (1994) », dans La Protection de l’enfance : un espace entre protéger et punir. L’émergence d’une idée, l’étape 1958-59, les recompositions contemporaines, Vaucresson, CNFE-PJJ, 2004, p. 71-82.

[8] Henri Michard, « Introduction », dans Maurice Levade, La délinquance des jeunes en France, 1825-1968, T.1, Vol. 1, Paris, Cujas, 1972, p. 21-30. Des critiques reprises récemment par l’Association Pénombre, La vie publique du nombre : sur la qualité des informations chiffrées et les enjeux de l’usage qui en est fait, voir http://www.penombre.org et Chiffres en folie, Paris, La Découverte, 1999.

[9] Aristide Beslais, « L’avenir de l’enseignement spécial », L’éducation nationale, n°26, 1er octobre 1959, p. 2.

[10] Sandra Dab, Olivier Faure, Françoise Tétard, « La volonté de classer », introduction au numéro spécial sur Classer les assistés (1880-1914), Alter & CRTS, Paris, n°19, 1990, p. 9-17 ; Jacqueline Gateaux-Mennecier, op. cit.

[11] Albert Dupoux, Sur Les Pas De Monsieur Vincent. Trois cents ans d’histoire parisienne de l’enfance abandonnée, Paris, Revue de l’Assistance publique, 1958 ; Danielle Laplaige, Sans famille à Paris, orphelins et enfants abandonnés de la Seine au XIXe siècle, Centurion, Paris, 1989 ; Jean-Pierre Bardet, Enfance abandonnée et société en Europe, XIVe-XXe siècle, École française de Rome, 1991 ; Olivier Faron, Les orphelins du deuil. Orphelins et pupilles de la Nation de la première guerre mondiale (1914-1941), Paris, La découverte, 2001 ; Virginie De Luca, Aux origines de l’État-Providence. Les inspecteurs de l’Assistance publique et l’aide sociale à l’enfance (1820-1930), Paris, INED, 2002 ; Ivan Jablonka, Ni père ni mère. Histoire des enfants de l’Assistance publique (1874-1939), Paris, Seuil, 2006 ; Isabelle Robin-Romero, Les Orphelins de Paris. Enfants et assistance aux XVIe-XVIIIe siècles, Paris, Presses de l’université Paris-Sorbonne, 2007 ; Guy Brunet, Aux marges de la famille et de la société. Filles-mères et enfants assistés à Lyon au XIXe siècle, Paris, L’Harmattan, 2008. Sans évoquer les nombreuses études régionales ou départementales.

[12] Voir par exemple Maxime Prudhommeau, Les enfants déficients intellectuels, Paris, PUF, 1956 ; Daniel Zimmermann, La rééducation pour quoi faire ?, Paris éditions ESF, 1973 ; Marianne Hugon, Les instituteurs des classes de perfectionnement,1909-1963, CRESAS-INRP et UER de Sciences de l’Education de Paris V, Thèse de 3e cycle, 1981 ; Patrice Pinell et Marcos Zafiropoulos, Un siècle d’échec scolaire, 1882-1982, Paris, Editions Ouvrières, 1983 ; Monique Vial, Les « anormaux » et l’école, Paris, A. Colin, 1990 ; Marc Barthélémy, Histoire de l’enseignement spécial en France 1760-1990, Cergy Saint-Christophe, Dialogues, 1996.

[13] Henri Gaillac, Les Maisons de correction 1830-1945, Paris, Cujas, 1971 ; Paul Fustier, L’identité de l’éducateur spécialisé, Paris, Editions universitaires, 1972 ; R . Hebert, Le métier d’éducateur spécialisé, Paris, J.-P. Delarge, 1976 ; Jacques Ladsous, L’éducateur dans l’éducation spécialisée. Fonction et formation, Paris, ESF, 1977 ; Michel Chauvière, op. cit. ; Jean-Marie Renouard, op. cit. ; Yves Roumajon, Enfants perdus… enfants punis, la jeunesse délinquante en France. Huit siècles de répression, Paris, Laffont, 1989 ; Maurice Capul, Michel Lemay, De l’éducation spécialisée, Ramonville-Saint-Agne/Montréal, Erès, 1996.

[14] Jacqueline Roca, op. cit.

[15] Georges Heuyer, Enfants anormaux et délinquants juvéniles. Nécessité de l’examen psychiatrique des écoliers, Paris, G. Steinheil, 1914.

[16] Mathias Gardet, « De la prévention au dépistage ou l’affirmation des médecins scolaires (1879-1939) », Informations sociales, n°161, septembre-octobre 2010, p. 14-21.

[17] Olivier Faron, op. cit. ; Mathias Gardet, Histoire du mouvement des Pupilles de l’école publique. Solidarité : une charité laïque ?, 1915-1939, tome 1, Paris, Beauchesne, 2008.

[18] La première expression fait allusion au titre du livre d’Henri Joubrel, avocat et défenseur de la cause des enfants, publié à Paris chez Aubier en 1957, la seconde émerge au début des années 1960 en contrepoint du phénomène des « blousons noirs » pour désigner les bandes de jeunes issus de milieux bourgeois.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.