Colloque “Passage, transferts, trajectoires en éducation”

24-25 juin 2019, Uni-Mail, Université de Genève : colloque international de l’Association transdisciplinaire pour les recherches historiques sur l’éducation (ATRHE), organisé par ERHISE (Equipe de recherche en histoire sociale de l’éducation), Université de Genève, et l’ATRHE. Vous trouverez le programme et les résumés des communications ici.

Notre collègue Fabienne Serina-Karsky y présente une communication dont vous trouverez  le résumé et le diaporama ci-dessous.

Un exemple de transfert du montessorisme en France : l’action philanthropique de Miss Cromwell entre 1914 et 1922

Dès 1914, la philanthropie américaine intervient auprès de la France en guerre en créant des fonds pour les régions dévastées portés par des hommes et des femmes qui se mobilisent de part et d’autre de l’Atlantique pour les alimenter.

Au-delà de la participation financière, on retrouve l’implication sur le terrain d’acteurs et d’actrices qui participent par leur personne à l’effort de guerre. Parmi les femmes américaines engagées, citons Edith Wharton qui dès novembre 1914 ouvre les American Hostels for Refugees et parcourt le territoire français pour écrire des chroniques journalistiques témoignant des horreurs de la guerre[1], Anne Morgan qui investit sa fortune personnelle et participe à ravitailler les villages du soissonnais[2], ou encore Mary Cromwell qui s’investit auprès de la petite enfance et ouvre des jardins d’enfants à Paris et sa région pour accueillir les petits réfugiés belges et du nord de la France.

A travers l’action de Miss Cromwell et de ses disciples, et par une approche socio-historique, nous retracerons l’essor du montessorisme en France à travers les jardins d’enfants créés pendant la première guerre mondiale, et son transfert dans l’école maternelle de l’après-guerre, tant du point de vue théorique que pratique[3]. En parallèle de l’école maternelle, nous verrons également comment le montessorisme essaime dans les jardins d’enfants et les écoles portés par les réseaux d’éducation nouvelle de l’entre-deux guerres.

[1] Wharton Edith, La France en guerre 1914-1915, Editions de Tournon, Paris, 2007.

[2] Diebolt Evelyne, Fouche Nicole. « 1917-1923 : Les Américaines en Soissonnais, leur influence sur la France ». In: Revue Française d’Etudes Américaines, N°59, février 1994. La présence américaine en France XIXe-XXe siècles. pp. 45-63.

[3] Flayol Emilie, La méthode Montessori en action : Théorie, pratique, critique, F. Nathan, Paris, 1922.

Diaporama_Serina-Karsky_ATRHE2019

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.