Colloque Le mythe du travailleur social unique, une histoire qui ne date pas d’hier

Image du programme

Le tout récent rapport de Brigitte Bourguignon de juillet 2015 réduit à peau de chagrin le projet de réarchitecture des diplômes du travail social émis en décembre 2014 par la commission professionnelle du travail social et de l’intervention sociale (CPC). Cette dernière proposait, au nom de la complémentarité des professions du travail social, une réorganisation drastique des métiers existants (assistant de service social, éducateur spécialisé, conseiller en économie sociale et familiale…) au profit de deux catégories : accompagnateur éducatif et accompagnateur social…

Ce qui est étonnant ce ne sont pas tant les atermoiements de ces politiques que l’amnésie profonde qui accompagne ce type de débat. Non seulement il fait peu référence à la construction historique de ces professions, mais surtout il oublie les tentatives récurrentes menées dans ce sens depuis les années 1950, en particulier l’utopie portée par le VIe plan (1971-1975) qui, dans un rêve d’action sociale globale, avait déjà imaginé un travailleur social unique ou polyvalent.

La journée d’études proposée aux Archives nationales de Pierrefitte, ouverte au grand public, a cherché non seulement à pointer à travers l’histoire les décalages dans l’apparition des professions du social, l’apparition du terme générique de « travailleur social » mais aussi à restituer toutes les tentatives avortées de créer des passerelles, des ponts, des propédeutiques communes, des annuaires et autres croisements en s’interrogeant sur le pourquoi de ces tentatives et de leur échec.

Programme :