Séminaire du 31 mars 2015 : La reconversion architecturale

France, Val de Marne, Saint Mande, college Decroly

L’école Decroly à Saint-Mandé, installée dans une batisse privée, en cours de reconstruction

Comme nous l’avait montré le colloque organisé en 2005 sur le thème « Les Château du social », rares sont les institutions françaises du social qui ont été pensées ad hoc, dans des architectures conçues et aménagées pour les besoins du public accueilli et de l’éducation qui doit s’y dérouler. Nombreuses sont les reconversions de bâtiments qui à l’origine n’avaient pas été construits pour de tels usages : anciens châteaux et demeures privées, fermes, hôtels, séminaires, couvents, prisons, écoles désaffectées, voire : baraquements, granges, écuries, orangeries…

Nous nous pencherons sur ces réaménagements, en étudiant en contrepoint les quelques réalisations architecturales innovantes qui viennent nuancer cet état des lieux spécifique à la France.

Documents préparatoires :

Bibliographie :

  • Bataille (Jean-Marie), Levitre (Audrey), Architectures et éducation. Les colonies de vacances, Vigneux, Matrice, 2010.
  • Boussion (Samuel), Gardet (Mathias), Les châteaux du social, Beauchesnes-PUV, 2010.
  • Toulier (Bernard), « Les colonies de vacances en France, quelle architecture ? », In situ, n° 9, avril 2008, p.1-44.

Parution : Louis François et les frontières scolaires

Sans-titre-189x300Les Presses Universitaires de Rennes publient Louis François et les frontières scolaires, Itinéraire pédagogique d’un inspecteur général (1904-2002) sous la direction de Jean-Paul Martin et Nicolas Palluau (avec le soutien du CUIP).

Inspecteur général d’histoire-géographie, Louis François a fortement marqué le système scolaire français du XXe siècle. Formé par le scoutisme des Éclaireurs de France, il a voulu, en partisan passionné des méthodes actives, bousculer les frontières entre les institutions éducatives et entre les disciplines d’enseignement. À ses yeux, la formation des élèves doit mobiliser des pratiques ouvertes sur le monde. Il fut professeur, géographe, résistant, déporté, gaulliste et démocrate, acteur clé de la construction de notre école contemporaine.

Retrouvez le bon de commande ici.

Les méthodes et les maîtres de l’école de plein air, O. Auriac – compte-rendu d’article

Compte-rendu présenté par Annie Cappan, Masterante, le 18 novembre 2014 – Séance du séminaire sur le « plein air »

Article en ligne sur Gallica : Auriac O (Inspecteur général de l’Enseignement primaire), 1934,  « Les méthodes et les maîtres de l’école de plein air », in L’hygiène par l’exemple, p179
Cet article présente la notion d’école de plein air, ses méthodes et la formation de ses maitres. Lire la suite

Le rapport avec les parents – Avant goût du séminaire du 2 décembre 2014

guide-de-l-education-familiale-de-maurice-tieche-918295231_ML

Couverture du Guide pratique d’éducation familiale, Paul Tieche, 1967

« Les parents sont et demeurent les premiers éducateurs de leur enfant » disent actuellement sur leur site la Fondation des apprentis d’Auteuil… drôle de retournement pour une œuvre qui, depuis sa création en 1866, avait privilégié l’accueil en internat en coupure totale avec le milieu d’origine. La place des parents dans les différents systèmes éducatifs mis en place est loin de tenir de l’évidence, comme le montre les rapports difficiles entre l’école républicaine et les parents d’élèves Lire la suite

Un exemple de transfert international de compétences : Louis Raillon , passeur d’éducation nouvelle entre la France et le Québec – Fabienne Serina-Karsky

Article paru dans la revue Recherche et Éducation, le 10 mars 2014, vous pouvez le lire ici ou télécharger le PDF.

Résumé :

En 1966, dans le cadre de l’accord de coopération franco-québécois sur l’éducation qui marque l’entrée du Québec sur la scène diplomatique internationale, Louis Raillon, qui dirige alors aux côtés de Roger Cousinet la revue Éducation et développement, est invité à partager son expérience au sein de la Commission des écoles catholiques de Montréal. Lire la suite

Les classes-promenades d’Edmond Blanguernon – Fabienne Serina-Karsky

poetes_et_chansonniers_blanguernon
Carte postale représentant Edmond Blanguernon chez lui, comme « poète lillois » © Lehembre-Boucq – 1904

Fabienne Serina-Karsky est intervenue au congrès international de l’Actualité de la recherche en éducation et formation (AREF) en 2013. Cet article s’inscrit dans le symposium consacré aux méthodes actives, propose de s’intéresser aux « classes-promenades » telles qu’elles ont été instaurées par l’inspecteur d’Académie de la Haute-Marne Edmond Blanguernon dès 1909, dans le but de répondre aux besoins d’activité des élèves et de mettre en contact « l’école et la vie ».

Après avoir retracé le parcours d’Edmond Blanguernon, professeur de lettres puis inspecteur, Fabienne Serina-Karsky décrit l’expérience pédagogique des classes promenades menées au début du XXè siècle.

Retrouvez l’article complet sur le site de l’AREF, et en PDF ici : Les classes-promenades d’Edmond Blanguernon

L’internationale des communautés d’enfants, une recherche collective

Le village d’enfants Pestalozzi à Troggen en Suisse, pendant sa construction (Brochure « Enfants sans foyer » UNESCO)

Samuel Boussion, Mathias Gardet, Martine Ruchat mènent depuis trois ans une recherche collective intitulée : « L’internationale des communautés d’enfants. Utopies et modèles pédagogiques dans l’après Seconde guerre ». Elle a débuté autour d’un événement fort :

Du 5 au 10 juillet 1948, l’Unesco convoque à une rencontre internationale une cinquantaine de personnalités pour réfléchir à la prise en charge et à l’éducation des enfants que l’on appelle « sans foyer ». Lire la suite

Le rapport entre éducation et pédagogie, avant-goût du séminaire du 28 octobre

Ferdinand Buisson

Ferdinand Buisson (1841-1932), auteur du Dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire (1887 et 1911)

Faut-il se contenter des définitions très vastes et finalement très floues proposées par les dictionnaires courants ? Avec déjà une différence notable entre celles données par le Petit Larousse : le pédagogue étant un « Enseignant, éducateur, spécialiste de pédagogie » « Personne qui a les qualités d’un bon enseignant » et la pédagogie se résumant à l’« ensemble des méthodes utilisées pour éduquer les enfants et les adolescents » ; et celles déjà plus ciblées offertes par Le Petit Robert : le pédagogue étant toute « personne qui s’occupe de pédagogie » ou « qui à le sens de la pédagogie », tandis que la pédagogie étant « la science de l’éducation des enfants » et par extension « de la formation intellectuelle des adultes ». Lire la suite

Histoire des éducations dans et hors l’école – Colloque de l’ATHRE 9-11 octobre Corte

6645870-10025211L’ATRHE est l’Association transdisciplinaire pour les recherches historiques sur l’éducation. Elle est née à l’initiative d’enseignants et de chercheurs de plusieurs disciplines engagés dans des travaux historiques ayant pour objet l’éducation. Un premier colloque s’est tenu les 22 et 23 mars 2013 : « Éducation et identités : perspectives historiques ». Le prochain colloque aura lieu à Corte du 9 au 11 octobre 2014.

« Histoire des éducations dans et hors l’école », présentation : Lire la suite

Bibliographie récente

MJC Doc Franç 1965 013

Lecture et discussions dans une salle de MJC en 1965

Vous trouverez ci-dessous et en pdf sur ce lien, une bibliographie des ouvrages datant de moins de quatre ans sur l’éducation populaire, l’éducation spécialisée et l’éducation nouvelle. On remarquera que la recherche sur ces trois champs est productive ces dernières années, c’est une bonne surprise. Lire la suite

Le séminaire, pourquoi et comment ? Compte-rendu #1

PicsArt_1412098673855La séance d’ouverture du premier séminaire de l’année 2014-2015 (programme complet ici) était l’occasion de rappeler son objet scientifique et sa spécificité et de donner le programme et les modalités de réflexion commune.

Mathias Gardet a ouvert la séance en rappelant la raison d’être du séminaire : l’éducation nouvelle, l’éducation spécialisée et l’éducation populaire sont trois champs qui gagnent à se confronter. D’autant plus que les croisements sont réels sur le terrain, ce ne sont pas trois secteurs hermétiques les uns aux autres. Lire la suite