Colloque Le mythe du travailleur social unique, une histoire qui ne date pas d’hier

Image du programme

Le tout récent rapport de Brigitte Bourguignon de juillet 2015 réduit à peau de chagrin le projet de réarchitecture des diplômes du travail social émis en décembre 2014 par la commission professionnelle du travail social et de l’intervention sociale (CPC). Cette dernière proposait, au nom de la complémentarité des professions du travail social, une réorganisation drastique des métiers existants (assistant de service social, éducateur spécialisé, conseiller en économie sociale et familiale…) au profit de deux catégories : accompagnateur éducatif et accompagnateur social…

Ce qui est étonnant ce ne sont pas tant les atermoiements de ces politiques que l’amnésie profonde qui accompagne ce type de débat. Non seulement il fait peu référence à la construction historique de ces professions, mais surtout il oublie les tentatives récurrentes menées dans ce sens depuis les années 1950, en particulier l’utopie portée par le VIe plan (1971-1975) qui, dans un rêve d’action sociale globale, avait déjà imaginé un travailleur social unique ou polyvalent.

La journée d’études proposée aux Archives nationales de Pierrefitte, ouverte au grand public, a cherché non seulement à pointer à travers l’histoire les décalages dans l’apparition des professions du social, l’apparition du terme générique de « travailleur social » mais aussi à restituer toutes les tentatives avortées de créer des passerelles, des ponts, des propédeutiques communes, des annuaires et autres croisements en s’interrogeant sur le pourquoi de ces tentatives et de leur échec.

Programme :

Les enfants juifs recueillis par l’Assistance publique de Paris (1940-1944)

Mis en avant

Antoine Rivière travaille actuellement sur l’histoire des enfants juifs confiés à l’Assistance publique pendant la Seconde Guerre mondiale. En janvier 2016, il a remis à Martin Hirsch, Directeur général de l’AP-HP, une première étude sur le sujet.

Retrouvez le texte de l’étude :

Et la présentation en vidéo du travail historique réalisé :

Séminaire du 31 mars 2015 : La reconversion architecturale

France, Val de Marne, Saint Mande, college Decroly

L’école Decroly à Saint-Mandé, installée dans une batisse privée, en cours de reconstruction

Comme nous l’avait montré le colloque organisé en 2005 sur le thème « Les Château du social », rares sont les institutions françaises du social qui ont été pensées ad hoc, dans des architectures conçues et aménagées pour les besoins du public accueilli et de l’éducation qui doit s’y dérouler. Nombreuses sont les reconversions de bâtiments qui à l’origine n’avaient pas été construits pour de tels usages : anciens châteaux et demeures privées, fermes, hôtels, séminaires, couvents, prisons, écoles désaffectées, voire : baraquements, granges, écuries, orangeries…

Nous nous pencherons sur ces réaménagements, en étudiant en contrepoint les quelques réalisations architecturales innovantes qui viennent nuancer cet état des lieux spécifique à la France.

Documents préparatoires :

Bibliographie :

  • Bataille (Jean-Marie), Levitre (Audrey), Architectures et éducation. Les colonies de vacances, Vigneux, Matrice, 2010.
  • Boussion (Samuel), Gardet (Mathias), Les châteaux du social, Beauchesnes-PUV, 2010.
  • Toulier (Bernard), « Les colonies de vacances en France, quelle architecture ? », In situ, n° 9, avril 2008, p.1-44.

Parution, l’Œuvre de Secours aux Enfants et les populations juives au XXème siècle

9782200285463-VDeux membres de notre équipe, Mathias Gardet et Samuel Boussion ont participé à l’ouvrage L’Œuvre de Secours aux Enfants et les populations juives au XXème siècle : Prévenir et Guérir dans un siècle de violences, publié par les éditions Armand Colin et dirigé par Laura Hobson Faure, Mathias Gardet, Kathy Hazan et Catherine Nicault

À l’automne 1912, un journal de Saint-Pétersbourg annonce la création d’une société chargée de « protéger la santé de la population juive en Russie ». Ainsi naît l’OZE, dont l’action, limitée tout d’abord à l’Empire tsariste, se développe dès 1923 dans l’ensemble de l’Europe.
En 2012, l’OZE, devenue OSE, a fêté ses 100 ans. Tandis que le segment français de son histoire, centré autour du sauvetage des enfants pendant et après la Seconde Guerre mondiale, est assez connu, son parcours transnational est resté dans l’ombre. Cet ouvrage collectif comble en partie cette lacune : il relate les mutations institutionnelles successives de l’OSE par-delà les frontières, évoque l’évolution des modalités de son action médico-sociale et les populations prises en charge, dans l’Empire russe, en Union soviétique, en Pologne, en Allemagne, en France, aux États-Unis et en Afrique du Nord, interroge enfin la spécificité de l’association au regard des politiques sociales des pays où elle s’est implantée.

Avec les contributions de :

Laura Hobson Faure, Mathias Gardet, Katy Hazan, et Catherine Nicault (co-directeurs de l’ouvrage), Michael Beizer, Samuel Boussion, Jean-Christophe Coffin, Ariel Danan, Nadav Davidovitch, Patrick Dubéchot, Christine Garcette, Daniela Gauding, Fouzi Ghlis, Mikhail Mitsel, Gary Pozin, Georges Weill, Rakefet Zalashik et Sabine Zeitoun

Ouvrage publié avec le soutien de la Fondation pour la mémoire de la Shoah et l’Œuvre de Secours aux Enfants.

« Pourquoi faire de l’histoire dans le champ du travail social ? » colloque 27 novembre 2014

les-assistantes-sociales

Affiche de promotion des assistantes sociales du ministère de la santé publique, années 1950

Ce colloque national est organisé par le CNAHES. Depuis 1994 le Conservatoire national des archives et de l’histoire de l’éducation spécialisée (CNAHES) rassemble dans le champ de l’Education spécialisée et de l’Action sociale un fonds patrimonial important, ceci en collaboration avec les Archives de France et avec le soutien des ministères de la Justice et des Affaires sociales. Lire la suite