Fabienne Serina-Karsky

Docteure en sciences de l’éducation, mes travaux de recherche portent sur l’histoire de l’Éducation nouvelle et les écoles dites « nouvelles » d’hier et d’aujourd’hui. Je m’intéresse plus spécifiquement aux innovations pédagogiques qui participent à instaurer un environnement scolaire bienveillant.

“Pratiques éducatives et bien-être de l’enfant à l’école : la contribution de l’Éducation nouvelle (1910-2010). Pour un nouveau paradigme éducatif” est le titre de la thèse que j’ai réalisée sous la direction d’Antoine Savoye et soutenue en décembre 2013. Elle a pour objet de mettre en lumière les pratiques éducatives qui participent à instaurer un environnement scolaire favorisant le bien-être de l’enfant à l’écoleMes travaux souhaitent contribuer à instaurer une réflexion dans la visée d’une « école suffisamment bonne ». Dans cette optique, je m’interroge sur les écoles se réclamant aujourd’hui encore du courant historique de l’Éducation nouvelle, qui inscrivent le bien-être de l’enfant à l’école au coeur de leur pédagogie. La démarche, qui relève de l’approche socio-historique, invite à retourner aux sources de ces écoles afin d’en extraire les fondements de ce qui fait leur spécificité aujourd’hui, et d’en projeter les perspectives, ainsi éclairées à la lumière du passé. La recherche historique bénéficie d’un corpus constitué par les écrits des pédagogues et par des fonds d’‘archives consultés en France et à l’étranger, et apporte un éclairage aux recherches collaboratives menées sur le terrain d’écoles nouvelles d’aujourd’hui. Cette mise en perspective permet d’esquisser un nouveau paradigme éducatif qui prenne en compte la dimension du respect et de la « bien-traitance » de l’enfant à l’école. La pensée d’Edgar Morin, qui place l’identité humaine au coeur de ses recherches, permet ici de penser la place et le respect de l’enfant à l’école dans une perspective dialogique, qui éclaire une entité globale rendue invisible si l’on pense le bien-être de l’enfant, appartenant à la sphère privée, et l’école, qui relève de l’espace public, comme deux entités antagonistes et séparées.

Je suis lauréate de l’Académie des sciences morales et politiques, prix de la Fondation pour le progrès en éducation en 2011, et lauréate de la Fondation Mustela en 2013

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *