Présentation du Rapport sur congrès national des colonies de vacances

Image de la couverture du Rapport du congrès des colonies de vacances, 1910

Image de la couverture du Rapport du congrès des colonies de vacances, 1910

Présentation par Florence Nicolas, masterante, à la séance du séminaire sur le plein air.

Document en ligne sur Gallica : Rapport du congrès national des colonies de vacances, 1910

Ce rapport rend compte de la rencontre entre 14 personnes dont 5 médecins et un avocat du 30/09/1910 au 01/10/1910.  Le président d’honneur du congrès est M le ministre de l’intérieur de l’instruction publique et beaux arts, du travail et de la prévoyance sociale.

Le rapport est divisé en 8 parties

1ère Partie : statistiques

L’auteur M Eugène Plantet est secrétaire d’ambassade honoraire. Grace à des statistiques il explique que la France est au 6ème rang derrière le Danemark, l’Angleterre, la Suisse, l’Allemagne et la Belgique pour le départ en colonie de vacances des enfants pauvres en 1899.

Dès cette première partie, l’auteur présente l’objectif des colonies de vacances comme « le sauvetage des enfants chétifs » (chétif : faible constitution, malingre, qui manque d’ampleur, insuffisant, pauvre. Source dictionnaire Larousse)

En 1910 seulement 5,12% des petits français de 7 à 13 ans partant en colonie de vacances contre 50% au Danemark.

2ème partie : Transport

Joël Gradel déplore les différences de prix des billets en fonction des régions alors qu’il s’agit pour des organisateurs bénévoles de « s’occuper d’enfants pauvres qui deviendront des ouvriers capables et résistants ».

En comparaison, le Danemark et la Hongrie font voyager gratuitement les enfants qui partent en colonie. Le prix du billet est très peu onéreux en Suisse et en Italie.

L’auteur demande la gratuité du transport ou un tarif réduit spécialement pour les colonies de vacances.

L’enjeu des colonies de vacances est « protection de la race » pour le Dr Boureille (directeur du préventorium antituberculeux Bd Garibaldi).
Il voit deux  intérêts pour les compagnies de chemin de fer à réduire les couts des billets :
– Un intérêt commercial : diminuer le prix du billet en fonction du nombre important d’enfants.
-La raison nationale : « La nécessité d’envoyer au grand air des enfants chétifs vivant dans des maisons privées d’air et de soleil, et de sauver la race qui risque de s’étioler. »

3ème partie Hivernage : Rapport du Dr Madeuf (directeur du journal de la santé)

L’hivernage : ensemble des opérations que l’on effectue pour permettre aux colonies d’abeilles de passer la mauvaise saison dans les conditions les plus favorables. (Source :dictionnaire Larousse)

80 colons algériens sont venus en France, la même chose pourrait se faire en Tunisie ou en Algérie, d’après le Dr Madeuf,  mais « pas chez l’indigène » chez des enseignants français.

L’hivernage rencontre des difficultés car il se déroule durant les moments de classe. Les parents ne permettent pas à leurs enfants d’interrompre leurs études « sous prétexte d’aller passer un bon moment dans le midi ».

L’auteur préconise l’hivernage à Nice ou sur le Côte d’Azur comme un acte de prévention de la santé des petits parisiens.
Son but est de « procurer, pendant l’hiver un peu de soleil, source de vie aux enfants délicats. (…) Les enfants chétifs, malades, convalescents peuvent aller se refaire des couleurs et prendre des forces au bon soleil du midi. (…) Transformer les faibles en enfants forts c’est augmenter la richesse nationale, c’est même assurer notre propre santé en nous donnant pour voisin (…) des biens portants au lieu de tuberculeux.
(…) Le soleil c’est la santé pour toujours. »

En plus, d’apporter un intérêt au pays car hivernage prévient les risques de contamination des prétuberculeux, celui-ci est peu cher donc accessibles aux familles pauvres.

Son cout est faible : 1,50 franc par jour. Le transport se ferait en compagnie d’un médecin.

L’hivernage représente aussi un intérêt pour les villes qui accueilleraient les colonies car cela donnerait l’envie aux familles riches d’envoyer leurs enfants en pension sur la Côte d’Azur.

Pour le bien des pupilles l’assistance publique pourrait elle aussi créer des pensions dans le sud.

L’hivernage est une spécialité française qui ne connaît pas de d’équivalence en Grande-Bretagne, en Allemagne ou en Belgique à cause du climat.

Comme l’hivernage « permet une convalescence rapide des pauvres en hiver », le Dr Mabeuf conclue qu’ « il  faut faire de la propagande pour l’hivernage ».

4ème partie : Les colonies maritimes

Cette partie est rédigé par M Delibes (adjoint au maire de Marseille) pour qui il est nécessaire de créer des colonies maritimes pour les enfants rachitiques, lymphatiques, scrofuleux, tuberculeux, anémiés). La cure maritime « sauve parfois des enfants des villes ».

L’adjoint au maire de Marseille souhaite la création d’une structure sur la plage des Lecques pour 150 à 300 enfants et demande une aide financière aux pouvoirs publics.

5ème partie : Hygiène et organisation médicale

Pour les Dr Calvet et Dr Paquet les colonies de vacances sont une idée philanthropique « donner aux petits déshéritée de la classe pauvre de bonnes et saines vacances. »

« Seuls les médecins peuvent opérer judicieusement le triage des enfants les diriger dans leur cure climatique, contrôler les résultats obtenus pour les améliorer, s’il y a lieu donner des notions hygiène et de pharmacie. »

Les médecins seulement sont aptes à choisir les enfants, qui ont été repérés par les enseignants ou les organisations religieuses, qui partiront en colonie. Dont le but est d’après le Dr Gourchon « de faire profiter les enfants pauvres, non malade, d’un séjour leur permettant de vivifier leur organisme flétri par une habitation malsaine, une nourriture insuffisante à la veille de succomber à la tuberculose. »

En inscrivant leurs enfants les parents s’engagent à ne pas demander d’indemnité en cas d’accident.

Les enfants qui partiront en colonie ont été recommandés par des enseignants ou des œuvres car ils vivent dans la plus grande misère (sociale et/ou physiologique).
Ils peuvent aussi être recommandés par avis du médecin.

Une enquête administrative permet de déterminer la misère sociale et une enquête médicale la misère physiologique.

Les enfants riches ou en bonne santé ne sont pas candidats pour les colonies.

Afin de définir quels enfants seraient les plus aptes à partir, les médecins déterminent un coefficient de robusticité =taille- (poids-périmètre thoracique).

Le climat :

Pour argumenter leurs points de vue, les médecins précisent que le changement de climat permet de soustraire :
-«  le malade au climat prédisposant aux inflammations
– à une vie sédentaire, cloitrée donc débilisantes
– à une agglomération (…) aux infections de l’air
– d’imposer un changement d’existence ».

En  fonction des climats, les médecins concluent que pour leur santé les tuberculeux latents iront à la montagne, les rachitiques et ceux qui ont croissance rapide à la mer, les anormaux (moral, indiscipliné, impulsif, peu attentif d’après les enseignants) et ceux qui ont des tares physiques (tics) iront à la plaine.

Fiches médicales :

Les médecins présentent deux types de fiches médicales, l’une qui sera dans le trousseau de l’enfant et pourra être vue par tous. L’autre présentera des informations précises sur l’habitation, les antécédents, des renseignements sur les parents (gains, prix du loyer, nombre de pièces…). Sur cette fiche il y aura une note de 0 à 10 pour évaluer l’opportunité du départ en colonie pour l’enfant. 10 étant la note la plus favorable pour le départ.
Les fiches médicales seront bleues pour les garçons et roses pour les filles.

Pharmacie portative :

Les auteurs se demandent quel intérêt de donner une pharmacie aux enseignants qui encadreront les enfants alors qu’elle peut être utilisée de façon dangereuse ?

« Les surveillants de colonie sont des enseignants dévoués dont l’éducation hygiénique est tout à fait rudimentaire. »
Au final, une pharmacie avec notice leur sera confiée.

Manuel d’hygiène pratique

La question est de savoir si les médecins doivent donner un manuel d’hygiène aux enseignants qui encadrent les colonies.
Si oui  « les enseignants apprennent le manuel ils n’auront plus le temps pour exercer leur surveillance. »

Une formation sur l’hygiène pourrait donc être bénéfique pour les enseignants.
Finalement un manuel leur sera remis contenant une partie sur l’hygiène proprement dite (le sol, l’air, l’eau, le repas, les vêtements, le soin corporel) et une autre sur l’usage des médicaments et des premiers soins.
Par la suite un manuel d’hygiène pourrait être fait à destination des enfants.

6ème partie : mode de placement

Le Dr Beauvisage pose la question de savoir quelles colonies sont les meilleures. Les colonies en placement familial ou en internat?

Il conclue que les deux présentent des avantages et des inconvénients (par exemple l’ennui dans les internats ou le manque de sécurité dans les colonies familiales) mais qu’il n’existe pas une colonie meilleure que l’autre.

7ème partie : Les mutualités scolaires

M. J Dubois demande aux mutualités de subventionner les colonies par la création d’une bourse. Cela aurait un bénéfice pour les mutualités si plus d’enfants partaient en colonie car ils seraient malades.

8ème partie : Responsabilités civiles et assurances

A l’époque l’assurance n’était pas obligatoire.
M. Ernest Vallier avocat à la cour, demande la création d’une assurance spéciale pour les colonies de vacances.

Fallait-il assurer les œuvres (les organisateurs de colonies) comme des crèches, ou les écoles ?

En cas d’accident,  la négligence dans le transport (par exemple trop d’enfant dans une voiture) ou exposer des enfants à des activités dangereuses peut engager la responsabilité civile de l’œuvre.

Afin de prévenir les risques des visites seront faits pour vérifier par exemple l’hygiène dans les fermes.

Comme aujourd’hui les œuvres ne sont pas responsables des actes des colons.

En 1910, les colonies de vacances étaient organisées dans un but de prévention de la santé des enfants pauvres, sous le contrôle de médecins. Les colons pouvaient partir en colonie qu’après une visite médicale.
Aucune réflexion n’était engagée sur le contenu pédagogique des colonies.

Florence Nicolas, 18 novembre 2014


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *