Les méthodes et les maîtres de l’école de plein air, O. Auriac – compte-rendu d’article

Compte-rendu présenté par Annie Cappan, Masterante, le 18 novembre 2014 – Séance du séminaire sur le « plein air »

Article en ligne sur Gallica : Auriac O (Inspecteur général de l’Enseignement primaire), 1934,  « Les méthodes et les maîtres de l’école de plein air », in L’hygiène par l’exemple, p179
Cet article présente la notion d’école de plein air, ses méthodes et la formation de ses maitres.

L’école de plein air ce n’est pas …

La notion d’école de plein air  reste confuse. Elle est dans un premier temps définie par ce qu’elle n’est pas.

  • Elle n’est pas un établissement pour restaurer la santé compromise d’enfants malades pré tuberculeux.
  • Elle n’est pas un préventorium où le dirigeant serait un médecin et non un instituteur quand il y en a un.
  • Elle n’est pas une garderie « une sorte de colonie de vacances » pour enfants diminués physiquement.
  • Elle n’est pas une école de perfectionnement qui est pour anormaux, arriérés, retardés, hors d’état de suivre un rythme accéléré de l’enseignement collectif.
  • Bien que des maitres envoient des élèves dans les écoles de plein air uniquement pour leur déficience intellectuelle, cette école ne doit pas être une école des « laissés pour compte ».

L’école de plein air c’est …

Ainsi,  sont justiciables à l’école de plein air « les enfants dont le développement des facultés intellectuelles – restées normales et intactes d’ailleurs – est empêché par une dépression physique plus ou moins profonde imputable à une maladie accidentelle et ancienne, à une déficience organique, à des conditions antihygiéniques de vie familiale ou même scolaire. »
La circulaire du8 septembre 1922 précise bien que ce sont « des enfants non malades, mais seulement susceptibles de le devenir, du fait qu’ils sont débiles, malingres ».

Ces enfants ont besoin d’un régime scolaire où les exercices physiques ont une part importante dans les programmes, mais conçu comme la condition féconde de l’activité intellectuelle. L’école de plein air est une école où le souci éducatif est primordial, où le directeur est bien l’instituteur et où le contrôle médical n’est qu’un régulateur.

Elles ne sont pas de simples bâtiments scolaires situées à la campagne. C’est une école où le travail scolaire se fait le moins possible entre 4 murs. C’est une école avec une scolarité réduite mais où les mêmes résultats scolaires sont attendus.
Se pose alors le problème des méthodes pour que les enfants de ces écoles arrivent au même niveau que les écoles ordinaires.

Quelles méthodes particulières ?

« L’éducation dispensée par l’école de plein air est une éducation naturelle et active,… c’est à dire le contraire d’un dressage où l’enfant est patient plus qu’agent, agi plus qu’acteur où il reçoit plus qu’il ne découvre par ses propres moyens, où il est conçu comme une matière à laquelle l’éducateur prétend imposer une forme. »3
L’enfant sera pris dans l’unité de son être – corps et esprit. Le corps ne sera pas négligé et l’enfant se soumettra plusieurs heures par jour à une discipline hygiénique par une gymnastique individuelle, corrective et curative : Discipline physique où l’air, le soleil et l’eau constituent le « milieu vital ».

En parallèle, c’est une  « éducation morale naturelle et active »  qui nait de la vie en commun dans de vastes espaces libres (et non dans une classe ou une cour étroite), dégagée de la tutelle permanente du maitre. Les enfants apprennent d’eux mêmes et entre eux, développant alors solidarité et initiative dans un espace naturel et réel, à l’opposé de l’école ordinaire. « C’est de la vie, non du livre, que sort la moralité pour entrer dans les actes ».4

Au point de vue intellectuel, les notions géographiques, scientifiques, mathématiques sont acquises par l’expérience au lieu d’être reçues toutes faites. « La force d’attention, l’esprit d’analyse …sont plus efficacement cultivés par les leçon de choses que par les leçons de mots… »5
Ainsi, partir de la nature n’est pas un obstacle pour acquérir des connaissances. Bien qu’il y ait dans l’école fermée des classes promenades (mais plutôt considérées comme un divertissement), l’école de plein air est un véritable lieu d’apprentissage où la nature est un grand livre du monde.
Ce n’est pas que le renouvellement de l’esprit dont il s’agit mais aussi de passer au premier plan des activités jugées accessoires comme les travaux manuels, ménagers, le jardinage, le dessin … . Ces activités sont des moyens d’expression souvent plus complets qu’un enseignement livresque. Par l’instauration de nouvelles méthodes, il s’agit de faire davantage appel à l’activité libre de l’enfant.
L’école de plein air apparait aussi comme un véritable champ d’expériences pédagogiques.

Loin de penser cette école comme juste une école de plaisir, mais de reconnaitre qu’apprendre avec plaisir est un bon moyen pour bien apprendre et pour favoriser la socialisation. « L’école de plein air est donc l’école  la plus sociale de toutes, tout en étant la plus préoccupée du développement personnel de chaque enfant. »

Pour répondre à ses objectifs (d’ordre social, pédagogique, hygiénique), l’éducation doit être instituée méthodiquement et pendant une certaine durée. Rappelons-le, l’école de plein air est une véritable école « réunissant toutes les « nouveautés » préconisées par les théoriciens et praticiens de l’Education nouvelle. »6
Ainsi, cette école convient aussi aux enfants bien portants.

Le recrutement et la formation des maitres

 

Le recrutement

Les maitres ne sont pas désignés seulement par une longue expérience, ni du fait de leur excellence à mener avec succès les élèves à l’examen. On ne peut passer ainsi de l’école fermée à l’école de plein air, une préparation spéciale étant nécessaire.
Les maitres sont désignés selon deux conditions :
– La vocation est nécessaire car l’école de plein air demande une disponibilité qui dépasse les intérêts personnels.
– Croire en l’enfant c’est à dire à son originalité,  à la richesse de sa nature et à l’efficacité de l’éducation libérale. L’école de plein air fait confiance à l’enfant.
« Le recrutement des maitres de l’école de plein air ne saurait donc se faire que parmi ceux qui sont marqués du signe de l’éducateur -né. »7

La formation

Des connaissances sont indispensables et portent sur la nature psycho-physiologique de l’enfant (connaissances de l’organisme enfantin, des affections de l’enfant …), sur la psychologie de l’enfant (individuelle et de groupe avec référence aux travaux de l’institut J.J. Rousseau et de Piaget) et sur la technologie pédagogique. Pour cette dernière, il s’agit des expérimentateurs dont les méthodes apportent des connaissances sur l’enfant grâce à des tests, des profils psychologiques… ainsi que des techniques pour le libre développement de l’enfant (ex l’école du travail de Kerschensteiner, l’école Montessori …Decroly, Freinet …).
A ces connaissances s’ajoutent une préparation professionnelle avec un apprentissage dans les classes où ces techniques sont appliquées et une pratique du dessin, du modelage, du tissage … pour être en état de l’enseigner lui même.
Sans grandes difficultés, les maitres actuels peuvent suivre le programme mais pour la culture spéciale qui leur manque, ils devront trouver dans diverses universités ceux qui peuvent leurs enseigner. Ils peuvent aussi aller se former par un stage dans une école de plein air bien organisée.
« … en se préparant à l’école de plein air, un maitre se prépare simplement à un meilleur exercice de sa fonction actuelle, car, encore une fois, l’école de plein air c’est la vrai école primaire, celle qui convient à tous les élèves des établissements du premier degré : aux bien portants comme aux débiles. »8
Au début du XXème siècle, a été envisagé le déplacement des écoles à la campagne pour préserver les enfants de la tuberculose et donc plutôt dans un cadre médical. Comme il y avait peu de chance que l’hygiène des logements des familles évolue favorablement, les efforts pour protéger les enfants devaient venir de l’école.

Mais dans cet article, est défendu l’école de plein air avec à sa tête un maitre et non un médecin, une véritable école avec une pédagogie particulière pour un enseignement favorisant la nature, l’activité physique associées à  l’activité intellectuelle, en opposition à l’école fermée, l’école ordinaire. Une école qui se professionnalise avec, pour la première fois, une formation pour les maitres des écoles de plein air.
Une école qui peut s’adresser à tous les enfants.

Bien qu’envisagé comme l’école de l’avenir, les circonstances financières n’ont pas permis le développement de ces écoles. Il faudra se contenter de l’école dans la cour, des classes promenades …

Annie Cappan, masterante, 18 novembre 2014


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *