L’internationale des communautés d’enfants, une recherche collective

Le village d’enfants Pestalozzi à Troggen en Suisse, pendant sa construction (Brochure « Enfants sans foyer » UNESCO)

Samuel Boussion, Mathias Gardet, Martine Ruchat mènent depuis trois ans une recherche collective intitulée : « L’internationale des communautés d’enfants. Utopies et modèles pédagogiques dans l’après Seconde guerre ». Elle a débuté autour d’un événement fort :

Du 5 au 10 juillet 1948, l’Unesco convoque à une rencontre internationale une cinquantaine de personnalités pour réfléchir à la prise en charge et à l’éducation des enfants que l’on appelle « sans foyer ».Le lieu choisi est très symbolique : le village Pestalozzi de Trogen-Heiden (fondé par un architecte idéaliste Walter Robert Corti en 1946 dans le canton d’Appenzell, en Suisse). Il s’agit de la Suisse, le seul pays européen épargné par la déflagration mondiale et le village fonctionne comme une fédération d’enfants de différentes nations. Il est en effet constitué de plusieurs maisons nationales et un gouvernement supranational, l’assemblée des enfants est sensé y incarner le modèle d’une éducation pacifique et démocratique dans la tradition de l’éducation nouvelle.

On retrouve parmi les participants à Trogen non seulement plus de 10 nationalités différentes (Belgique, Danemark, Etats-Unis, France, Italie, Malte, Norvège, Pologne, Royaume-Unis, Suisse, Suède et même un Chinois) mais aussi des experts, observateurs ou représentants de communautés d’enfants au profils très divers : pédiatres, médecins psychiatres, pédagogues appartenant à la mouvance éducation nouvelle, représentants d’organismes internationaux d’aide à l’enfance, instituteurs ou autres praticiens qui ont expérimenté ce type de prise en charge pendant la guerre. Il y a des prêtres catholiques et des laïques convaincus, des sympathisants communistes ; certains ont été dans l’armée d’occupation américaine, d’autres ont eu des relations plus troubles avec les régimes fascistes.

Enfants sans foyer1

Un enfant joue dans les décombres de Vienne (Brochure « Enfants sans foyer » UNESCO)

Au départ, toute cette histoire a donc pris l’allure d’un jeu de Cluedo tant les noms des principaux protagonistes, leur provenance et les liens tissés entre eux étaient intrigants, dignes des meilleurs romans d’espionnage de cette période de l’après Seconde-guerre. Que venaient dont faire, en juillet 1948, l’Anglaise Peggy Volkov, le professeur chinois M. Chuang, la Française Thérèse Brosse, l’Italienne Annamaria Princigalli et le Polonais Bernard Drzewieski au fin fond des montagnes suisses ? Qu’y avait-il de commun entre le prêtre Irlandais Edward Joseph Flanagan, immigré dans le Michigan, le prêtre belge Daniel Goens, immigré en Italie, le prêtre Italien Don Antonio Rivolta installé à Civitavechia près de Rome et le prêtre galicien Jesus Cesar Silva Mendez, descendant espagnol d’une famille de « gens du voyage » ? Pourquoi les deux hongrois, le Docteur Zsigmond Adam et le Pasteur Stehlo, disparaissent de cette aventure ? Qu’ont donc à se dire l’américain Carleton W. Washburne, grand voyageur, notamment en Russie, et l’honorable professeur florentin Ernesto Codignola qui a été tenté un moment par le régime mussolinien ? Comment l’Anglaise Gwendoline E. Chesters a-t-elle donc rencontré le Suisse Walter Robert Corti ? Que cache l’amitié entre le Hollandais D.Q.R. Mulock Houwer et l’Israélien Hanoch Reinold ?

Autant de questions énigmatiques qui soulignent le foisonnement d’une époque et les circulations humaines inattendus. Tout ce petit monde s’agite, se mobilise, se retrouve autour d’une grande cause, celle des enfants victimes de la guerre. Aux lendemains du chaos engendré par cette conflagration mondiale, ils partagent en apparence la même conviction : il y aurait un devoir de réparation, une dette envers ces enfants qui incarnent par excellence les victimes civiles et innocentes du conflit, transcendant les découpages géo-politiques de la période entre vainqueurs et vaincus. Ils sont à la fois pétris d’un nouvel idéal humanitaire, pacifiste et internationaliste et à la fois très vite rattrapé par les premiers heurts de la guerre froide qui succède plus discrètement aux faits d’armes et de destruction.

Educateurs en quête d’un renouveau pédagogique, experts du psychisme observant à la loupe cette nouvelle population de traumatisés, utopistes à la recherche de la « cité parfaite », politiciens et diplomates stratèges retissant leurs réseaux, chacun à sa façon tire ses billes de cette aventure et assaisonne à sa sauce les expériences de communautés, Républiques et villages d’enfants dont l’histoire restait à raconter…

Malgré ces divergences de motivations et après échange sur les différentes expériences à Trogen, une définition est retenue à l’unanimité pour qualifier la notion de communautés d’enfants : « les organisations éducatives ou rééducatives à caractère permanent, fondé sur la participation active des enfants ou adolescents à la vie de la communauté, dans le cadre des méthodes d’éducation et d’instruction modernes – et dans lesquelles la vie de famille se combine de diverses façons aux modalités de la vie de collectivité ».

Une petite fille de Varsovie dessine sa maison (Brochure "Enfants sans foyer" UNESCO)

Une petite fille de Varsovie dessine sa maison (Brochure « Enfants sans foyer » UNESCO)

Le 10 juillet, en clôture du colloque, une Fédération internationale des communautés d’enfants (FICE) est fondée, sensée promouvoir et réaliser cette idée, en assurant notamment les contacts internationaux entre éducateurs ainsi qu’entre les enfants. Si les références sont nombreuses à des initiatives plus anciennes comme celle de Boys Town dans le Michigan ou de Georges Junior Republic (« Freeville ») en Pennsylvanie, ou encore celles de Summerhill de A. Neil, de L’école La Ruche de l’anarchiste Sébastien Faure, ou encore celles du Little Commonwealth de Homer Lane ou de l’œuvre de Janusz Korczac et des autres ténors de l’éducation nouvelle, pour la première fois il y a tentative de confédération ou tout du moins de plateforme d’échange concertée.

Même si cette tentative échoue au bout de quelques années (de fait la masses des enfants victimes de la guerre sont rapidement en voie d’extinction), cette confrontation à introduit nous semble-t-il sur le long terme des questions de fonds, voire des brèches, notamment sur les pratiques professionnelles :

  • Tout d’abord sur la formation et les conditions d’exercice du métier de celui que l’on commence à appeler l’éducateur avec la mise en place à Genève de cours internationaux de moniteurs de homes d’enfants censée repenser la formation des éducateurs et renouveler leurs pratiques pédagogiques ;
  • Ensuite sur la prise en charge neuro-psychiatrique des troubles diagnostiqués chez ces enfants traumatisés par la guerre avec l’apparition d’un nouveau courant au sein de la psychiatrie infantile centrée autour de la question du traumatisme de guerre, porteur en soi de nouvelles formes de troubles du comportement, qui vient se heurter aux plus anciennes nosographies fondatrices de la psychiatrie infantile en France qui, elle, est basée sur l’hérédité et le milieu et résiste à intégrer dans ses théories l’événement de guerre considéré avant tout comme conjoncturel.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *